Mondialisation et accroissement des inégalités dans le monde - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Mondialisation et accroissement des inégalités dans le monde

Objectif : La mondialisation a un impact majeur sur les économies et le développement des pays. Face à ce phénomène, ils ne semblent pas à égalité : certains contrôlent ou impulsent la mondialisation, alors que d’autres la subissent. Si les inégalités ont toujours existé, sont-elles accentuées ou réduites par ce processus ? La mondialisation aggrave-t-elle la fracture Nord/Sud ?
1. Un paradoxe : de plus en plus de riches et de plus en plus de pauvres
Jamais les hommes n’ont produit autant de richesses. La planète est 45 fois plus riche en 2000 qu’elle ne l'était en 1900. La consommation générale de biens et de services est deux fois plus importante en 2003 qu’en 1980. L’espérance de vie a augmenté de 20 ans en moyenne dans les PED depuis 30 ans. Trois fois plus d’humains ont accès à l’eau potable en 2006 qu’en 1975.

Mais parallèlement, il n’y a jamais eu autant de pauvres. 50 % de la population mondiale vit avec moins de 2 $ par jour (base monétaire pour assurer la nourriture, les soins de base et le logement). Si la proportion des pauvres a diminué, leur nombre a augmenté mécaniquement par la croissance démographique.

Il y a donc un partage territorial très inégal des richesses. 1 % des plus riches disposent d’un revenu cumulé égal à la somme de celui de 57 % des humains les plus pauvres ; 20 % des plus riches reçoivent 83 % du revenu mondial et les 20 % des plus pauvres seulement 1,5 %.

Ces inégalités économiques se conjuguent avec des inégalités sociales et démographiques.
20 % des humains les plus riches consomment 45 % de la viande, 58 % de l’énergie, possèdent 87 % des véhicules. Certes, l’espérance de vie augmente dans le Sud (55 ans en 1970, 66 ans en 2000), mais la différence reste très marquée avec le Nord (79 ans). Un quart de la population mondiale n’a pas accès à l’électricité. Selon la FAO, 842 millions d’humains (94,7 % au Sud et surtout des paysans) souffrent de la faim.

Même la société d’abondance dans les pays développés donne l’impression que les progrès ne sont pas partagés par tous (SDF).
2. Des progrès inégalement partagés
En fait, la mondialisation a un effet différent selon les pays concernés. Les pays de l’Asie orientale ont réussi grâce à la mondialisation à réduire leur écart avec les pays de l’OCDE. Par l’ouverture à l’économie de marché, la Chine a vu quadrupler son RNB en 20 ans ; elle est devenue le 5exportateur de la planète. La Corée du Sud est devenue un pays développé, surtout grâce à son économie extravertie et à ses puissantes transnationales (les chaebols : Daewoo, Hyundai, Samsung).

La croissance rapide de ces pays asiatiques inquiète les pays du Nord qui voient leurs usines se délocaliser dans ces régions.

Mais sur la même période, l’évolution est complètement inverse pour l’Afrique subsaharienne (le revenu par habitant de la région en 1975 correspondait à 1/6e de celui de l’OCDE ; il ne représente aujourd'hui plus que 1/14e). Les pays de la zone, dont le commerce repose surtout sur les matières premières, accroissent leur dépendance économique avec les pays du Nord (le cours de tous les produits agricoles, y compris le café et le cacao, est ainsi défini à la bourse de Chicago).

La richesse en ressources naturelles n’est pas non plus une garantie de développement : des pays pétroliers du Sud sont devenus rentiers, donc dépendants du cours de la matière première (comme pour le Nigéria ou les pays du Golfe, pas tous aussi prévoyants que Dubai qui s'est reconverti avec succès dans le tourisme).
Les PMA restent à l’écart de la mondialisation, des flux financiers et de capitaux.

L’impact est donc nettement positif pour les pays à revenu intermédiaire ou élevé mais pas pour ceux aux revenus faibles. Il semble exister un « effet de seuil » : un niveau de richesse minimum paraît nécessaire pour qu’une économie puisse tirer avantage de sa participation à la mondialisation.

A l’échelle d’un pays, les progrès peuvent s’avérer fragiles. Le Brésil, qui a largement ouvert son économie et qui connaît une croissance économique forte, est aussi l’un des pays les plus inégalitaires de la planète. Il y a dans la population brésilienne 34 % de pauvres (mais 80 % sont dans le Nordeste pour « seulement » 18 % dans l’Etat de Sao Paulo, le plus dynamique économiquement.)

La crise asiatique de 1997 a aussi mis en évidence la fragilité d’un développement économique trop brusque.
3. Une nécessaire prise de conscience mondiale
Les bénéfices de la mondialisation ne sont pas automatiques (des mesures d’accompagnement sont nécessaires) et les pays doivent se l’approprier pour y trouver leur place.

Au site inca de Machu Picchu (Pérou), la mondialisation a entraîné l’importation de boissons étrangères (ruinant la production locale) mais a ouvert le site aux touristes du monde entier (ce qui a dopé les productions artisanales de céramique ou de tissu).

Parallèlement, pour réduire les inégalités mondiales, les pays développés ont leur rôle à jouer par le mécanisme de l’aide publique au développement. Or, malgré leurs promesses, celle-ci a nettement diminué : estimée à 0,30 % du revenu des pays donateurs en 1990, elle n’en représentait plus que 0,25 % en 2003.

Depuis 1992, cette aide est en baisse régulière. D’ailleurs, dans certains pays, les capitaux envoyés par les expatriés dépassent le montant de l’aide internationale reçue. Les pays développés se justifient en expliquant que l’aide est parfois détournée en achats militaires ou au profit de dirigeants corrompus.

Les ONG, acteurs de la mobilisation, jouent aussi leur rôle dans la réduction des inégalités. Elles opèrent des transferts d’argent importants et jouent un rôle crucial lors des catastrophes humanitaires. Mais le risque est fort d’une dépendance des populations vis-à-vis de l’aide humanitaire.

Enfin, la Banque mondiale, dont l’action suscite la critique des altermondialistes, a pour vocation première de lutter contre la pauvreté. Pour octroyer les prêts, elle impose une politique de rigueur budgétaire, de privatisation et d’ouverture au commerce international.

Depuis 2003, cette institution onusienne a pris conscience des limites de cette politique trop libérale et cherche à associer davantage les ONG, la société civile et les Etats, tout en tenant compte à la fois des spécificités locales et du développement durable.

La multiplicité des acteurs rend toutefois difficile un changement de cap global d’une mondialisation capitaliste dans un rôle plus social.
L’essentiel

La mondialisation tend à renforcer les espaces déjà favorisés, à susciter le développement des pays les plus à même de s’y intégrer (Asie) mais fragilise aussi des économies plus dépendantes (Afrique).

Jamais le monde n’a connu autant de riches mais jamais il n’y a eu autant de pauvres. Toutefois l’analyse doit être conduite à différentes échelles car localement, la mondialisation peut s’avérer néfaste pour certains secteurs économiques tout en en favorisant d’autres. Elle doit donc être régulée par l’action des Etats, des ONG, voire de la Banque mondiale, dans l’objectif de réduire les inégalités.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents