Modulation par le système nerveux du fonctionnement automatique du coeur - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Modulation par le système nerveux du fonctionnement automatique du coeur

Objectif
L’effort physique s’accompagne d’une augmentation de l’activité cardiaque.
Comment cette modulation est-elle assurée ?
1. Le cœur est doué d’automatisme

Isolé de l’organisme, le cœur continue de battre s’il est maintenu dans des conditions physiologiques convenables.

Le cœur présente une activité automatique liée à la contraction spontanée de certaines cellules du myocarde. Cet automatisme cardiaque est une propriété utilisée lors des transplantations cardiaques.

Lors de ces greffes, on constate néanmoins que le cœur au repos bat plus vite chez le receveur que chez le donneur. L’absence de connexions nerveuses au niveau du cœur du greffé suggère une intervention du système nerveux dans l’établissement de l’activité cardiaque.

2. Une modulation par le système nerveux
a. L’innervation cardiaque
Le cœur reçoit un ensemble de nerfs appartenant à deux grands systèmes :
– le système nerveux parasympathique, constitué par les nerfs X ou pneumogastriques, connectés d’une part au cœur et d’autre part au bulbe rachidien ;
– le système nerveux sympathique, constitué des nerfs sympathiques reliés au cœur d’un côté et au bulbe rachidien de l’autre, en passant par la moelle épinière.

Doc. L'innervation du cœur.



b. L’effet des fibres nerveuses

Chez un chien anesthésié, il est possible d’enregistrer l’activité cardiaque à l’aide d’un dispositif d’enregistrement mécanique des contractions ventriculaires : les systoles correspondent aux parties ascendantes du tracé et les diastoles aux parties descendantes. La vitesse de déroulement du papier est maintenue constante.

On procède par la suite à une série d’expériences afin de déterminer le rôle des fibres nerveuses connectées au cœur.

Une stimulation des nerfs X se traduit par une diminution de l’amplitude des contractions et surtout par une baisse importante du nombre de contractions durant la stimulation. Les nerfs X sont donc des nerfs efférents, porteurs d’ordre, à action cardio-modératrice.

Une stimulation des nerfs sympathiques conduit, elle, à des contractions d’amplitude plus importante ainsi qu’à une augmentation du nombre de contractions durant la stimulation. Les nerfs sympathiques, également moteurs, exercent une action cardio-accélératrice sur le cœur.

Enfin, une dernière expérience consistant en la section successive des nerfs X ,droit et gauche, conduit à une accélération cardiaque. Cette expérience illustre l’effet permanent cardio-modérateur exercé par les nerfs X et explique la fréquence plus faible du cœur innervé au repos par rapport au cœur dénervé.

3. Une commande par les centres bulbaires

Des expériences ont permis de mettre en évidence l'existence de zones dans le bulbe rachidien dont la stimulation reproduisait les effets des excitations des nerfs X et sympathiques.

Il apparaît donc que les nerfs cardiaques ont une activité contrôlée par des centres nerveux situés dans le bulbe rachidien, un centre cardio-modérateurauquel sont reliés les nerfs X et un centre cardio-accélérateur relié aux nerfs sympathiques. 

L’essentiel

Le cœur est un organe doué d’automatisme dont l’activité est modulé par le système nerveux.
Deux composantes antagonistes exercent, d’une part, une activité cardio-modératrice, sytème parasympathique, et une activité cardio-accélératrice, système sympathique, d’autre part.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents