Marx : les prolongements contemporains - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Marx : les prolongements contemporains

1. Le reflux de la pensée marxiste
a. Le compromis fordiste et la moyennisation sociale
Les prophéties marxistes d'une exploitation sans cesse poussée des prolétaires ne se sont pas réalisées. La croissance fordiste au XXe siècle s'est caractérisée par une redistribution des gains de productivité, qui s'est traduite par des améliorations du pouvoir d'achat. Il n'y a donc pas eu de paupérisation de la classe ouvrière, qui a plutôt profité de la croissance économique.

Cette amélioration des conditions de vie est allée de pair avec une perte des identités culturelles de la classe ouvrière (désyndicalisation, baisse des réseaux de solidarité, etc.). Pour de nombreux sociologues, on assisterait même à une moyennisation sociale qui se manifesterait par une égalisation partielle des niveaux de vie. H. Mendras, par exemple, pense qu'il est désormais impossible de raisonner en termes de classes ou de strates : il n'y aurait plus qu'une seule et large classe moyenne, qui de fait deviendrait une « classe centrale ». En son sein, deux constellations principales s'organiseraient en croisant profession et niveaux de diplômes : les constellations populaires et centrales.
b. La prééminence des stratégies individuelles
A cela s'ajoute le fait que l'engagement dans un conflit est désormais souvent marqué par des considérations purement individuelles. On en trouve un exemple avec ce que les Américains appellent le syndrome NIMBY (Not In My BackYard) : la défense de sa propriété personnelle et de son cadre de vie contre l'ouverture d'un tunnel routier ne conduisent pas nécessairement à adhérer à la préservation de l'environnement en général. Ce souci individuel se traduit aussi par des stratégies personnelles qui nuisent à une mobilisation de masse.

Pour M. Olson, la logique individuelle veut que chacun fasse porter sur autrui le coût et la responsabilité d'une mobilisation. Chacun espère cependant profiter des gains d'une mobilisation réussie, sans s'engager personnellement. Au final, cette stratégie de passager clandestin se traduit par une absence totale de manifestation de mécontentement.
2. De nouvelles formes d'oppositions
a. Les nouveaux mouvements sociaux
« Un mouvement social a deux dimensions : le conflit avec l'adversaire, et une visée, un projet d'orientation culturel, sociétal. »
Par cette phrase, A. Touraine définit les nouvelles oppositions entre groupes sociaux, au sortir de l'ère industrielle. Si le travail était la source essentielle des conflits dans la société industrielle, dans une société « postindustrielle », les conflits s'organisent désormais principalement autour de la lutte pour la détermination de « l'historicité », pense A. Touraine.

Ce concept, un peu obscure de prime abord, est relativement simple. Il s'agit de l'action qu'exerce la société sur elle-même, sur ses pratiques sociales et culturelles. Cette historicité est donc un enjeu fort, puisque le groupe « dirigeant » ou écouté peut déterminer l'orientation sociale de la collectivité, lui imposant des choix de vie ou moraux. C'est pourquoi de nouvelles revendications apparaissent dans les années 1970 avec les mouvements antinucléaires ou féministes, souhaitant une nouvelle orientation de l'historicité.
b. Un nouveau monde populaire
De plus, la moyennisation sociale n'est pas si nette et plusieurs constats viennent la contredire. Il reste tout d'abord 5 millions d'ouvriers dans la population active française, auxquels il faut sans doute ajouter la catégorie des employés, puisque leurs conditions de vie sont comparables. Nous aurions alors une large classe populaire, relativement homogène, marquée par des revenus faibles et sans grand espoir d'ascension sociale. Ce monde populaire est de plus touché par le chômage, ce qui fait dire à certains qu'il existe une nouvelle « fracture sociale ».

A. Lipietz va plus loin encore, puisqu'il identifie une « société en sablier », dans laquelle de nouvelles couches sociales se prolétarisent, perdant leur statut de classe moyenne...
L'essentiel

Le XXe siècle a sans doute sonné le glas d'une analyse marxiste en termes de classes sociales antagonistes. Désormais, une relative moyennisation sociale associée à des attitudes plus individualistes limitent la portée des conflits de travail. Cependant, cela ne saurait faire oublier l'émergence de nouveaux mouvements sociaux, ou le constat d'une société pour partie en sablier.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents