Maîtrise d'une culture - Cours de SVT avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Maîtrise d'une culture

Objectifs : Les principales préoccupations des agriculteurs ou des horticulteurs sont d'améliorer la qualité des cultures et d'en augmenter le rendement.

Comment ces professionnels s'y prennent-ils pour y parvenir ?

1. Choix des espèces cultivées et conditions du milieu
Les agriculteurs choisissent aujourd'hui judicieusement les plantes à cultiver. Ils cultivent celles qui correspondent le mieux à leurs attentes en terme de productivité ou de qualité, mais aussi aux attentes des consommateurs.
Pour une utilisation précise de la pomme de terre par exemple, l'agriculteur choisit une variété précise. La consistance et le goût des tubercules, caractères correspondant à la qualité recherchée, dictent souvent le choix.

Différentes variétés de Pomme de Terre pour différentes utilisations

Par ailleurs, les agriculteurs cultivent certaines variétés plutôt que d'autres selon le climat ou les caractéristiques du sol. En Afrique équatoriale et centrale, ils utilisent du maïs précoce et résistant à la verse pour pouvoir réaliser deux cycles par an et augmenter en même temps la production.
2. Amélioration de la reproduction
Les agriculteurs interviennent sur la reproduction des plantes qu'ils cultivent ayant une très bonne connaissance de leur cycle de vie.
Ils choisissent des semences adaptées pour obtenir des fleurs, des fruits et des légumes de très bonne qualité et en quantité suffisante. Pour ce faire, ils réalisent des hybrides ayant des caractères qu'ils voudraient garder, perfectionner ou introduire dans de nouvelles lignées.

En outre, une irrigation maîtrisée s'avère indispensable. Chez le maïs, une irrigation insuffisante provoque la réduction du nombre de fleurs femelles. Cela a des conséquences néfastes sur la fécondation, donc sur la quantité de grains de maïs qui baisse. Le maïs a besoin d'un apport important d'eau, en particulier sur deux périodes clés de son développement (30 jours avant et 30 jours après la floraison).

Par ailleurs, les cultivateurs agissent directement sur la pollinisation en introduisant des insectes pollinisateurs, comme c'est le cas dans certaines cultures sous serre.

3. Contrôle des conditions de culture
L'homme améliore également ses cultures en intervenant sur la nutrition des plantes. Il leur apporte des éléments nutritifs en ayant recours à des engrais appropriés afin de pallier certaines insuffisances de la nature. Les engrais apportent les sels minéraux et les nitrates que les plantes puisent par leurs racines. Ils favorisent la croissance rapide des plantes
Remarque : L'apport en éléments nutritifs peut se révéler toxique. En effet, si ces produits s'accumulent dans les végétaux consommés par les humains ou dans l'eau des rivières, ils peuvent être à l'origine de maladies graves et de pollutions de l'environnement.
Dans certains cas, pour des cultures plus délicates, le cultivateur préfère maîtriser davantage les éléments physiques et plante sous serre car la température, parfois l'éclairage voire l'apport de dioxyde de carbone, peuvent y être contrôlés. Ainsi, par la modification artificielle des conditions de vie des plantes, et grâce à une bonne connaissance des besoins de celles-ci, une récolte maximale peut être menée à terme sans subir directement les aléas de la météo.
4. Protection des cultures
Divers produits chimiques permettant de lutter contre les parasites des cultures (pesticides, fongicides, ...) protègent celles-ci des maladies. Ils sont souvent utilisés préventivement, ou plus rarement lors de l'apparition des premiers signes de la maladie ou de l'attaque du parasite comme par exemple le mildiou, champignon microscopique qui parasite la pomme de terre. Cependant, les professionnels utilisent ces produits avec modération et précaution car ceux-ci peuvent s'avérer dangereux et toxiques pour l'environnement.

Aussi les agriculteurs utilisent-ils également des méthodes plus naturelles comme l'introduction d'un prédateur naturel du ou des parasites de la plante, mais sans effet négatif sur la culture. Pour la protection de ses rosiers, l'horticulteur introduit des coccinelles, prédateurs naturels des pucerons, principal fléau du rosier.

L'essentiel

L'homme améliore quantitativement et qualitativement ses productions végétales. Pour ce faire, il agit sur :

  • la reproduction en sélectionnant et en utilisant des semences adaptées,
  • la croissance que les engrais apportés et l'irrigation peuvent favoriser,
  • les conditions de culture pour protéger les plantes des maladies, des mauvaises herbes et des animaux ravageurs.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents