Les relations entre investissement, progrès technique et obsolescence économique - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les relations entre investissement, progrès technique et obsolescence économique

On ne peut scier un arbre avec ses dents ! Voici un exemple qui démontre l’absolue nécessité du capital productif dans l’activité économique. Il n’existe en effet pas de production qui n’utilise que du travail ou que du capital. Le capital s’impose donc comme une des sources essentielles de l’activité économique et plus précisément de la croissance.

Il apparaît donc important d’analyser comment l’investissement, loin de se limiter à augmenter simplement le stock de capital, vise surtout à mettre en œuvre le progrès technique facteur de gains de productivité. La concurrence accrue entre les entreprises met le progrès technique au centre de cette course à la compétitivité. Nous le verrons, une entreprise qui n’investit pas est une entreprise qui risque de se trouver rapidement dépassée.

1. L’investissement : un enjeu crucial pour les entreprises
a. Investir, c’est accroître son stock de capital
Quand une entreprise achète une machine, elle investit car elle accroît son stock de capital (après l’opération d’investissement, elle aura une plus grande quantité de moyens de production qu’avant).

Les investissements, qui peuvent être matériels ou immatériels, émanent soit des ménages, soit des administrations publiques, soit des entreprises (on parle alors d'investissement productif). Les investissements des entreprises peuvent être des investissements de capacité, des investissements de productivité ou des investissements de remplacement (et parfois les trois à la fois).

b. Investir, c’est rester compétitif
L’investissement est crucial au niveau de l’entreprise. De celui-ci va dépendre la capacité de l’entreprise à réaliser des profits et à faire face à la concurrence pour gagner, ou au moins ne pas perdre, des parts de marché. L’avenir de l’entreprise dépend du « bon » choix de ses investissements, que ce soit sur le plan de leur volume (leur montant) ou que ce soit sur le plan de leur nature (investissement de productivité ou de capacité, investissement immatériel ou matériel, etc.).

2. L’investissement, un enjeu pour la société tout entière
a. La relation réciproque entre investissement et progrès technique
Défini comme l’ensemble des améliorations apportées aux façons de produire, le progrès technique est en lien étroit avec l’investissement. Les deux sont étroitement liés d’abord parce que le progrès technique engendré par les dépenses d’investissement influe fortement sur les transformations à long terme de la société et puis parce qu’il découle directement de dépenses d’investissement particulières, celles de « recherche-développement » menées par les entreprises et les pouvoirs publics.

Le progrès technique mis en œuvre grâce aux investissements génèrent une hausse de la productivité et cette hausse de la productivité, à son tour, aboutit, par des canaux variés, à une accélération de la croissance. On voit donc l’importance du progrès technique pour la croissance. Mais, au-delà de ce rôle, le progrès technique permet au système productif d’évoluer et empêche l’obsolescence ; c’est le principe de la « destruction créatrice ».
b. Le phénomène de destruction créatrice
L’économiste autrichien Joseph A. Schumpeter a montré les bouleversements qu’entraînait à long terme le progrès technique dans les structures de la production. Le mécanisme est assez simple à comprendre : dans les secteurs où les gains de productivité sont rapides parce qu’il y a de nombreuses innovations, les profits sont élevés. Ces profits élevés attirent de nouveaux producteurs, la concurrence augmente et les prix baissent. Les producteurs les moins productifs ne pourront pas supporter cette baisse des prix et feront faillite. Cela pose bien sûr des problèmes sociaux mais, sur le long terme, il est nécessaire que les entreprises les moins rentables et/ou fabriquant des produits dépassés disparaissent : en effet, dans ces entreprises, les facteurs de production (capital et travail) sont utilisés moins productivement qu’ils pourraient l’être ailleurs.
Dans cette course à la compétitivité, l’obsolescence économique condamne les entreprises les plus fragiles.

L’essentiel

Les notions d’investissement, de progrès technique et d’obsolescence sont donc étroitement liées, et elles le sont d’autant plus dans un environnement concurrentiel où les nouvelles technologies bouleversent les façons de produire et où la guerre des prix fait rage.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents