Les Professions et Catégories Sociales (PCS) - Maxicours

Les Professions et Catégories Sociales (PCS)

Comment représenter la structure sociale actuelle ? L’existence de classes sociales est fortement discutée. Aujourd’hui on analyse plutôt la société sous formes de strates.
1. Principes et conception
a. Définition
La nomenclature des Professions et Catégories sociales (PCS) propose un classement de la population totale française (active et inactive) dans des catégories susceptibles de représenter fidèlement leur position sociale.
Cette grille est utilisée régulièrement pour des enquêtes statistiques économiques ou sociales. Elle évolue avec la société, le dernier changement majeur a eu lieu en 1982 (avant cette date on parlait de Catégories Socioprofessionnelles CSP). Cette dénomination est d'ailleurs passée dans le langage courant.
Ce classement répond à une logique de stratification sociale, cela montre que les catégories sont ouvertes à la mobilité mais que la société est tout de même hiérarchisée.
b. Critères de classement
Toute la population est classée dans 8 grandes catégories qui sont elles-mêmes ensuite subdivisées en plusieurs niveaux pour obtenir un classement de plus en plus précis.
Les actifs forment les 6 premières catégories et les inactifs les catégories 7 et 8 (retraités et autres personnes sans activité). Il y a une exception qui est la catégorie « chômeurs n'ayant jamais travaillé » qui se trouve dans la catégorie 8 mais qui contient des actifs. Les chômeurs ayant déjà travaillé sont classés dans leur catégorie d'origine (en effet être chômeur n'est pas une profession).

PCS Premier niveau de découpage Exemples
1. Agriculteurs exploitants. 11 sur petite exploitation
12 sur une exploitation moyenne
13 sur grande exploitation
Céréalier, éleveur bovin…
2. Artisans, commerçants et chefs d'entreprises. 21 Artisans
22 Commerçants
23 Chefs d'entreprises
Plombier, Boulanger...
3. Cadres et professions intellectuelles supérieures. 31 Professions libérales
32 Cadres de la fonction publique
35 professions de l’information, des arts et du spectacle
Professeur de lycée, acrobate, avocat...
4. Professions intermédiaires. 43 Professions de la santé et du social
47 Techniciens
Infirmière, contremaître…
5. Employés. 52 Agents de la fonction publique
55 Employés de commerce
...
Secrétaire, vendeur, hôtesse de caisse...
6. Ouvriers. 62 Ouvriers qualifiés de type industriel
64 Chauffeurs
Zingueur, chauffeur de bus, berger...
7. Retraités. 71 Agriculteurs retraités
72 Artisans, commerçants retraités
 
8. Autres personnes sans activité professionnelle. 81 Chômeurs n’ayant jamais travaillé
84 Elèves et étudiants de 18 ans et +
Étudiant, personne au foyer...


Les critères de classement des actifs sont donc :

• le statut indépendant ou salarié qui sépare les catégories 1 et 2 des autres. Il y a tout de même une exception pour la sous-catégorie 31 (professions libérales).

• le secteur d'activité pour la catégorie 1 (secteur primaire) et les catégories 3 à 5 (secteur tertiaire). Il est à noter que la catégorie « ouvriers » contient des actifs du secteur primaire (ouvriers agricoles), secondaire (ouvriers du secteur industriel) mais aussi tertiaire (ouvriers qualifiés de type artisanal).

• le travail manuel qui distingue les catégories 1 et 6.

• le niveau de diplôme et le niveau de responsabilités qui hiérarchise les catégories 3,4 et 5. Les employés étant ceux qui ont des positions subalternes.

• la distinction secteur privé ou public qui entre en compte à l'intérieur des catégories 3,4 et 5.

Doc. 1. Agriculteur exploitant (PCS 1) Doc. 2.  Avocat (PCS 3)
2. Quelle est la portée de ce classement ?
a. Intérêts
Le critère socioprofessionnel est, au même titre que l'âge, le sexe ou le lieu de résidence, une variable explicative pour les comportements, les manières de penser... des individus. On peut prendre l'exemple d'abord des choix politiques. On constate que les artisans, chefs d'entreprise, professions libérales...votent plutôt à droite lors des élections. Cela s'explique par leur statut d'indépendant qui rejoint les thèmes libéraux sur la défense de la propriété privée, du droit d'entreprendre et de la baisse des taux d'imposition notamment pour les entreprises.

Si on observe aussi les pratiques culturelles telles que la fréquentation des musées ou du théâtre, la lecture de livres... on constate que les cadres et professions intellectuelles supérieures ont des pratiques plus fréquentes que les ouvriers ou les employés. Cela s'explique notamment par une différence de niveau de diplôme, les catégories supérieures étant plus sensibilisées à cette forme de culture que les catégories populaires.

Enfin les PCS permettent d'appréhender la mobilité sociale. Celle-ci mesure la probabilité de pouvoir changer de PCS dans sa vie active (mobilité intra-générationnelle) ou par rapport à ses parents (mobilité inter-générationnelle). Cette mobilité peut être ascendante (un fils d'ouvrier qui dévient cadre) ou descendante. On peut voir que cette mobilité est assez forte pour les catégories de la classe moyenne du secteur tertiaire (beaucoup de fils d'employés sont devenus cadres ou sont classés dans les professions intermédiaires). Par contre la mobilité est faible pour les fils de cadres et d'ouvriers qui restent généralement dans la catégorie de leur père (reproduction sociale).
b. Limites
Ces catégories ne sont que des constructions théoriques, elles n'ont aucune existence réelle et cela ne forme donc pas des groupes tout à fait homogènes, capables de se mobiliser pour défendre leurs intérêts comme c'est le cas des classes sociales.

Certaines de ces catégories sont en effet très hétérogènes, on retrouve chez les employés tous les actifs du tertiaire qui ont un emploi subalterne mais aussi des policiers par exemple. Dans la PCS cadres et professions intellectuelles supérieures on classe aussi bien un professeur d'université qu'un clown ou un avocat ! Même dans des catégories d'indépendants comme artisans, commerçants et chef d'entreprise on va donc avoir à faire à un artisan qui travaille seul mais aussi à des chefs d'entreprise qui gèrent plusieurs milliers de salariés. C'est pour cela que le revenu n'est pas un critère de classement de ces PCS.

Une autre limite importante concerne les conditions d'emploi. La nomenclature détaillée distingue les salariés du secteur privé et ceux du public (qui ont un emploi protégé) mais la précarité des emplois fragilise cette distinction. Dans les administrations, on retrouve de plus en plus de salariés qui ont statut contractuel et dans les entreprises privées deux salariés peuvent occuper la même fonction mais l'un avec un emploi stable et l'autre avec un contrat précaire. Ils ont donc probablement un mode de vie assez différent.
L'essentiel
Les PCS sont un outil pour appréhender la stratification de la société française. Le critère socioprofessionnel est une variable explicative pour les différences de pratiques culturelles, au même titre que l’âge ou le sexe. Mais ce n’est pas un outil parfait car les catégories restent très hétérogènes.
Synthèse visuelle

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.