Les mouvements artistiques et littéraires de la seconde moitié du XIXe siècle - Cours d'Histoire avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les mouvements artistiques et littéraires de la seconde moitié du XIXe siècle

Les mouvements artistiques et littéraires de la seconde moitié du XIXe siècle

1. La rupture avec une conception classique de l'art
Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, les conceptions esthétiques imposées par l'Académie et les Salons sont remises en cause par des artistes qui reprennent à leur compte l'idée de progrès véhiculée par les positivistes. Ils ne souhaitent plus limiter leurs sources d'inspiration à l'Antiquité et au classicisme et veulent ouvrir leur art aux innovations technologiques de la période contemporaine.

Influencés par les travaux de grands photographes (comme Nadar), les artistes de la fin du XIXe siècle s'inspirent du traitement photographique de la lumière pour composer leurs toiles (réutilisation de premiers plans plus nets et d'arrière-plans plus flous), Courbet peint ses Baigneuses (1853) à partir de photographies.

Aussi certains d'entre eux choisissent-ils d'exposer hors des Salons officiels et fondent le courant impressionniste caractérisé par un travail en pleine nature sur les jeux de lumière et les variations chromatiques.

Face à cette civilisation industrielle mécanisée qui leur semble décadente, les artistes symbolistes préfèrent réhabiliter l'imaginaire, tandis que les préraphaélites privilégient quant à eux les thèmes légendaires.

2. Un art pour tous ?
La fin du XIXe siècle voit l'entrée des masses dans la vie politique, mais également dans l'art : la société industrielle devient un sujet à part entière. Victor Hugo décrit le travail des enfants dans des poèmes, Zola et le courant naturaliste mettent en scène la condition ouvrière, les peintres représentent les loisirs des classes moyennes (Renoir et Le Moulin de la Galette, 1876) ou les nouveaux moyens de transport (Monet et la gare Saint-Lazare).

Sous l'effet de la forte croissance urbaine, l'architecture devient une préoccupation constante. De nouveaux matériaux apparaissent comme le verre et les structures métalliques qui sont utilisés pour la construction des gares, des grands halls des Expositions universelles (Crystal Palace à Londres). Les grandes villes se modifient (multiplication des gratte-ciels aux Etats-Unis, élargissement des voies de circulation à Paris sous Haussmann).

L'extrême fin du XIXe siècle voit l'apparition d'un genre nouveau : les arts décoratifs qui s'adressent à un public plus large et pour lesquels l'objet d'art a une fonction utilitaire. L'Anglais William Morris a une influence fondamentale sur ce mouvement puisqu'il crée, en 1861, le premier magasin d'ensemble mobiliers et d'objets de décoration. Cette tendance est à l'origine de l'Art nouveau qui, par l'intermédiaire de ses principaux représentants (Victor Horta, Hector Guimard, Antonio Gaudí), tente d'imposer un projet à la fois esthétique et social : « L'art pour tout et pour tous. »

L'essentiel

Les changements qui affectent les sociétés occidentales dans la seconde moitié du XIXe siècle se manifestent dans les mouvements artistiques par une rupture avec l'académisme et une conception classique de l'art. Les artistes revendiquent plus d'autonomie et explorent des sujets et des matériaux nouveaux, souvent en rapport avec la révolution industrielle.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents