Les modalités de mise en oeuvre de la mondialisation - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les modalités de mise en oeuvre de la mondialisation

La mondialisation est un processus essentiel du monde contemporain : il transforme les territoires et les économies, change la vie quotidienne, développe des pays et en marginalise d'autres, contribue à la circulation mondiale des idées et des marchandises. Quelles sont ses modalités de mise en oeuvre ? Comment expliquer son importance actuelle ?
1. Un phénomène ancien qui s'est accéléré au XXsiècle
a. Un héritage historique
Une première mondialisation apparaît en fait au XVIsiècle avec les Grandes découvertes et le développement du grand commerce atlantique. Les produits (et les idées) passent les océans : le commerce triangulaire des esclaves l'illustre bien.
Les Provinces-Unies (Pays-Bas actuel) sont au XVIIsiècle le centre de l'économie mondiale et développent le capitalisme marchand. Avant la Révolution française, la France et l'Angleterre contrôlent à eux deux le quart du commerce mondial.

Le XIXsiècle voit l'industrialisation changer radicalement la structure de l'économie. Les produits sont moins coûteux à produire, les transports s'améliorent (la vapeur remplace la voile) : la logique d'exportation s'impose.
A la même époque, la colonisation entraîne une circulation importante des hommes et des capitaux. L'Europe investit partout dans le monde et l'Angleterre est en 1900 le premier investisseur mondial.
Malgré des réflexes protectionnistes en temps de crise (dans les années 1930 notamment), l'idée libérale fait aussi son chemin et les frontières tendent à s'ouvrir.
b. Les progrès technologiques du XXe siècle
A partir de 1945, des innovations technologiques vont encore renforcer ce phénomène. Cela se voit notamment par l'accroissement des capacités des navires et des avions. Des bateaux de grande taille spécialisés dans un transport particulier apparaissent (les « supertankers » pour le pétrole par exemple).
Le transport aérien est de plus en plus rapide (aucun pays n'est à plus de 24 heures d'avion de Paris désormais). Pour accélérer le transfert de marchandises, la conteneurisation est la norme et les grands ports (Rotterdam, Singapour, Hong-Kong) ou aéroports deviennent des plate-formes multimodales. Le temps de transport diminue et les coûts se réduisent.
En conséquence, le tonnage transporté par les navires est multiplié par deux entre 1970 et 2000. Depuis 1990, le transport aérien a augmenté de 40 %. Le volume du commerce mondial est 16 fois supérieur à ce qu'il était en 1945.
Des progrès colossaux sont aussi accomplis dans les télécommunications : liaisons satellites, téléphones portables, Internet...
Les informations et les capitaux s'échangent désormais de façon instantanée. Les attentats du 11 septembre 2001 ont ainsi été vus en direct dans le monde entier. La circulation des capitaux fonctionne en continu.
2. Les facteurs économiques et politiques
a. Des marchés de plus en plus ouverts
Depuis 1945, la libéralisation mondiale des échanges s'accélère. Créé sous l'égide de l'ONU en 1947, le GATT (Accord Général sur les Tarifs douaniers et le Commerce) plaidait dans ce but et a largement contribué à abaisser les barrières douanières. L'OMC le remplace depuis 1994 mais suit toujours la même politique. Le FMI et la Banque mondiale octroient des prêts aux pays, en échange de mesures libérales et d'ouverture de leurs marchés.
Ce phénomène est amplifié par l'éclosion de marchés régionaux. Sur le modèle de l'Union européenne (qui inaugure un marché commun à 6 en 1957), d'autres zones mondiales tentent de créer des zones de libre-échange :
• l'ALENA (pour l'Amérique du Nord) en 1993,
• l'ASEAN (1967),
• le MERCOSUR (1991).

Les marchandises circulent librement à l'intérieur de ces zones et il existe généralement un tarif extérieur commun aux membres de l'Union.
Les politiques nationales et régionales contribuent donc largement à la diffusion de la mondialisation.
b. Les multinationales et la division internationale du travail
A côté des états, il faut signaler le rôle très actif des multinationales. L'idée n'est pas nouvelle : à ce titre, les Compagnies des Indes (hollandaises, anglaises ou françaises) préfigurent déjà les FMN actuelles. Toutefois, dans leurs formes contemporaines, les multinationales se développent largement après 1945. La croissance de leur nombre est d'ailleurs concomitante de la mondialisation. 7 000 vers 1965, elles sont environ 63 000 en 2000. 
Profitant de l'ouverture des frontières, elles investissent à l'étranger, pour acheter de la matière première, trouver de nouveaux clients ou délocaliser la production dans des pays moins coûteux en main d'œuvre.
C'est la division internationale du travail : la recherche, la direction et la production sont séparées géographiquement et souvent dans des pays différents, de plus en plus éloignés.
3. Les facteurs sociaux
a. L'importance de la demande
La mondialisation s'explique aussi par l'augmentation de la consommation mondiale, elle-même dopée par la croissance du niveau de vie. Celui-ci n'a jamais été aussi élevé, ni aussi largement répandu à ce niveau qu'actuellement.
Certes, cela concerne surtout les pays développés mais les pays émergents ne sont pas à l'écart. Les classes moyennes chinoises cherchent ainsi grandement à s'équiper en automobiles et découvrent les joies de la grande distribution.
b. L'abondance de la main d'œuvre dans les PED
Les délocalisations, une des conséquences de la mondialisation, s'expliquent par une main d'œuvre abondante et peu coûteuse dans les pays en voie de développement.
Quand un ouvrier dans l'habillement coûte 14 dollars par heure (charges sociales incluses) dans l'Union européenne, on ne le paye que 2 dollars en Europe centrale et un demi dollar en Inde.
Cette main d'œuvre n'est d'ailleurs pas toujours sous-qualifiée. La région de Bangalore en Inde s'est ainsi spécialisée avec succès dans la programmation informatique.
Alors que les délocalisations concernaient surtout la production industrielle, elles s'intéressent aussi désormais aux services.
L'essentiel

Le phénomène complexe et multiforme de la mondialisation résulte de plusieurs aspects. Il a pris naissance au temps des grandes découvertes, s'est internationalisé au XIXsiècle et a connu une croissance exponentielle au XXe siècle. Cela s'explique par les nombreux progrès techniques (dans le transport) et technologiques (pour les télécommunications notamment).
L'ouverture des marchés depuis 1945, favorisée par les marchés régionaux, a eu une conséquence : le développement des stratégies internationales des entreprises.
Enfin, la demande (en produits de toutes natures) dopée par la hausse du niveau de vie, ainsi que l'offre en main-d'œuvre peu coûteuse dans les PED, contribuent à rétrécir le monde un peu plus chaque jour.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents