Les limites du PIB - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les limites du PIB

Le PIB permet de mesurer les richesses produites dans un pays mais est-il pour autant un indicateur de bien-être? Toutes les richesses sont-elles bien comptabilisées?
1. Un instrument de mesure imparfait
a. Le problème de la sous-estimation des richesses produites
Le PIB est un véritable compteur de richesse qui estime la valeur produite sur le territoire national au cours d'une année. Pour ce faire, il comptabilise la valeur des biens et services vendus (le PIB marchand qui est la somme des valeurs ajoutées des entreprises) mais aussi la valeur de la production des administrations qui est évaluée au coût des facteurs (PIB non marchand).

Mais ce mode de calcul n'évalue que partiellement la richesse produite. En effet, de nombreuses activités ne rentrent pas en compte dans le calcul du PIB du fait qu'elles ne font l'objet d'aucune transaction sur le marché et que l'on ne peut donc pas les évaluer en termes monétaires. Il s'agit principalement du travail domestique et du bénévolat. Ainsi si une personne épouse sa femme de ménage cela fera baisser le PIB car le travail rémunéré de celle-ci se transformera en tâche domestique.

De même, de nombreuses activités, licites ou illicites, échappent au PIB. Ce sont les activités qui relèvent du « travail au noir » ou de ce que les économistes appellent « l'économie souterraine ». Une évaluation de ces activités est faite et intégrée à la richesse produite mais cela ne peut être une mesure précise.
b. Le problème des comparaisons internationales
Les performances économiques des pays du globe sont généralement faites sur la base de leur PIB ou de leur PIB par habitant. Or, les comparaisons d'un pays à l'autre posent problème pour plusieurs raisons :

- d'une part, elles sont généralement faites sur la base d'une évaluation en dollar. Or, les fluctuations de cette monnaie d'une année à l'autre peuvent rendre les comparaisons dans le temps hasardeuses ;

- d'autre part, la richesse des pays en développement est souvent mal évaluée du fait de l'absence d'un outil statistique fiable et de l'importance de l'économie informelle (dons, services gratuits...) ;

- de plus, l'utilisation des taux de change officiels sous-estime leur richesse nationale. C'est la raison pour laquelle on calcule de plus en plus leur PIB en parité de pouvoir d'achat. Les effets de l'inflation sont aussi éliminés par le calcul du PIB réel.
2. Le PIB n'est qu'un indicateur quantitatif
a. Le problème de la prise en compte de la qualité de vie
Un des grands reproches adressé au PIB est qu'il ne prend pas en compte les aspects qualitatifs de la croissance. Par exemple :

- Il ne met pas en évidence la structure de la production. Ainsi, il va comptabiliser de manière positive la création d'armes comme celle de médicaments. Il ne prend pas en compte le bien-être. C'est l'Indicateur de Développement Humain (IDH) qui mesure plus particulièrement la qualité de vie.

- Il n'analyse pas les inégalités qui existent dans le domaine de la répartition de la richesse produite. Les États-Unis font partie des pays les plus riches mais leur nombre de pauvres est supérieur à celui de la France.

- Il ne prend pas en compte des critères décisifs dans la qualité de la vie : le temps de travail, la durée des vacances, les conditions de logement et de transport, etc.
b. Les nuisances occultées ?
À l'heure où l'on se préoccupe de plus en plus d'environnement, le PIB est montré du doigt. On lui reproche de fonctionner selon une logique de l'addition et non pas de la soustraction. Les produits polluants qui détériorent l'environnement, le tabagisme et les accidents sont enregistrés au titre de l'augmentation globale des richesses. Les nuisances et leur palliatif y figurent au même titre que la production de biens objectivement utiles.

C'est la raison pour laquelle les comptables nationaux commencent à élaborer des comptes prenant en considération la détérioration du capital écologique et du capital humain. Certains indicateur comme le PIB vert ou l'empreinte écologique tentent de prendre en compte les aspects positifs ou négatifs de la création de richesses sur l'environnement.
L'essentiel
Le PIB est avant tout un indicateur quantitatif. Il est encore loin de refléter parfaitement la richesse d'un pays et la qualité de vie de ses habitants. C'est néanmoins un outil de toute première importance pour l'analyse économique. Il reste à l'améliorer ou à le compléter par d'autres indicateurs pour prendre en compte la qualité de vie plutôt que la quantité de richesses produites.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents