Les inégalités : frein ou stimulant de la croissance ? - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les inégalités : frein ou stimulant de la croissance ?

1. Pour les libéraux, les inégalités stimulent la croissance
a. La lutte contre les inégalités coûte cher
Les économistes libéraux s'entendent pour dire que la lutte contre les inégalités ne peut se faire qu'au détriment de la croissance et de l'emploi. Le raisonnement qu'ils tiennent est le suivant :

• l'instauration du salaire minimum et des cotisations sociales destinées à financer les prestations accordées aux plus démunis alourdit le coût du travail au détriment de l'investissement ;

• la hausse des charges salariales a des effets sur le prix de vente, la compétitivité des entreprises et donc l'emploi ;

• la lutte contre les inégalités se traduit par des hausses d'impôts pour les catégories sociales aisées. Cela a pour effet de réduire leur épargne et donc les ressources disponibles pour l'investissement.

Ils en concluent que la lutte contre les inégalités est génératrice de chômage. Elle pénaliserait les travailleurs les moins bien formés, les plus vulnérables.
b. Les dangers de la « surprotection »
Le deuxième argument développé par les libéraux est que la lutte contre les inégalités est socialement désastreuse. Elle serait responsable des grands maux de la société contemporaine, à savoir l'assistanat, l'absence d'esprit d'initiative ou encore les comportements attentistes et irresponsables. En un mot, la lutte contre les inégalités par le biais de la protection sociale aurait des effets anesthésiants. Ainsi, les indemnités chômage décourageraient la recherche d'un emploi.

A contrario, les inégalités sont souhaitables dans la mesure où elles stimulent l'esprit de compétition et les efforts pour accéder à un statut social et un niveau de vie supérieurs.
C'est ainsi que l'on peut interpréter les propos de F. Hayek, prix Nobel d'économie en 1974 lorsqu'il écrit : « Ce qui paraît injuste sur le moment oblige ceux qui en sont victimes à modifier leur comportement et à engager d'autres actions. »
2. Pour les sociaux-démocrates, la lutte contre les inégalités est au service de la croissance
a. Les arguments d'ordre économique
Les sociaux-démocrates font un raisonnement de type keynésien. Selon eux, augmenter les bas salaires et accorder des prestations sociales aux ménages les plus défavorisés permet d'augmenter la propension à consommer et donc d'augmenter la demande. En effet, un ménage pauvre dont le revenu augmente utilise la quasi-totalité du revenu supplémentaire à la consommation.

Pour illustrer cela, on peut évoquer le modèle de croissance fordiste. Il s'est fait sur la base de l'augmentation du pouvoir d'achat des ouvriers et des employés.
C'est ainsi que la consommation de masse et la croissance des Trente Glorieuses ont été rendues possibles.

On sait d'autre part que l'existence du système de protection sociale a joué un rôle important dans la gestion de la crise des années 1980-1990. Sans l'aide aux plus démunis (chômeurs, nouveaux pauvres...), la chute de la production aurait été plus importante et, par voie de conséquence, le chômage aussi.
b. Les arguments socio-politiques
La pauvreté est malheureusement le terreau de l'exclusion avec ses corollaires que sont la ghettoïsation, la violence, les conflits, l'insécurité. Cela a un coût très élevé pour la société. C'est la raison pour laquelle la lutte contre les inégalités les plus criantes par le biais de la politique de redistribution est un gage de paix sociale, elle-même gage de croissance économique.

D'autre part, lutter contre les inégalités, c'est aussi lutter contre les inégalités dans le domaine de la santé, de la formation. Des individus en bonne santé et bien formés seront socialement utiles. Ils contribueront ainsi à l'amélioration de l'efficacité économique et sociale.
L'essentiel
De Malthus à Hayek, nombreux sont les économistes libéraux à avoir légitimé les inégalités au nom de l'efficacité économique. Selon eux, il est injuste et inefficace de mener des politiques de réduction des inégalités. À l'inverse, pour les sociaux-démocrates, il est indispensable de prévenir la formation d'inégalités intolérables. C'est l'objectif d'équité. Pour eux, il est nécessaire de lutter contre les inégalités les plus criantes afin d'assurer une croissance harmonieuse.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents