Les homophones 3 - Cours de Français avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les homophones 3

Objectif : éviter de faire des fautes d'orthographe en utilisant les homophones grammaticaux (mots ayant la même prononciation mais pas la même graphie).
1. Les homophones : l'a/là/la
  • L'a est la contraction du pronom personnel le/la et du verbe avoir conjugué à la 3personne du singulier du présent de l'indicatif. On peut la remplacer par l'avait.
    Ex. : Il ne trouve plus sa clé. Il ne sait plus s'il l'a prise. (Il ne trouvait plus sa clé. Il ne savait plus s'il l'avait prise.)

  • Le mot s'écrit avec un accent lorsqu'il s'agit d'un adverbe de lieu, qui signifie ici, ou un adverbe de temps, qui signifie à cette époque.
    Ex. : Ne viens pas avant 16h ; je ne serai pas . (Ne viens pas avant 16h ; je serai pas ici.)
            En ce temps- régnait sur le royaume un horrible géant. (A cette époque régnait sur le royaume un horrible géant.)
  • Le mot la s'écrit sans accent lorsqu'il s'agit de l'article défini féminin singulier (toujours placé devant un nom commun) ou du pronom personnel (toujours placé devant un verbe). Si aucune des solutions précédentes ne fonctionne, il faut en déduire que le mot s'écrit la.
    Ex. : La cantine est fermée. ( ‡ ici/à cette époque/l'avait cantine est fermée.)
2. Les homophones : ou/où
  • Le mot ou s'écrit sans accent lorsqu'il s'agit d'une conjonction de coordination qui signifie ou bien.
    Ex. : Je préfère lire ou écouter de la musique. (Je préfère lire ou bien écouter de la musique.)
  • Le mot s'écrit avec un accent lorsqu'il s'agit d'un pronom interrogatif ou relatif et qu'il désigne le lieu.
    Ex. : Par es-tu passé ? 
            Voilà l'entrepôt sont stockées les marchandises.
3. Les homophones : ni/n'y
  • Le mot ni s'écrit ainsi quand il s'agit d'une conjonction de coordination. Dans une phrase, ni ne se trouve jamais tout seul. Il y en a forcément un deuxième. Il faut donc le repérer : ni ... ni.
    Ex. : J'ai si mal à la gorge que je ne peux ni manger, ni parler.
  • Le mot n'y est la contraction de la négation ne et du pronom y. N'y est toujours suivi d'un verbe (qui est à la forme négative). Il faut donc regarder quel mot se trouve derrière.
    Ex. : N'y allez pas ! C'est trop dangereux !
4. Les homophones : si/s'y
  •  Le mot si est une conjonction de subordination qui exprime l'hypothèse (une action qui peut se produire mais ce n'est pas sûr) ou un adverbe d'intensité qui signifie tellement. Il faut vérifier que si ne soit pas suivi d'un verbe.
    Ex. : Je ne sais pas si je vais venir. (Le mot placé juste derrière si n'est pas un verbe.)
            Il est si petit qu'on ne le voit pas. (Il est tellement petit qu'on ne le voit pas.)
  • Le mot s'y écrit ainsi désigne la forme contractée du pronom personnel réfléchi se et du pronom y. S'y  précédant toujours un verbe, il suffit de vérifier que le mot qui suit est un verbe.
    Ex. :
    Qui s'y frotte s'y pique.
5. Les homophones : ce/se 

  • Ce peut être un pronom démonstratif. Dans ce cas, on peut le remplacer par cela.
    Ex. : Ce n'est pas grave. (Cela n'est pas grave.)

    Attention à l'expression ce que, où ce est employé comme pronom démonstratif.
    Ex. : Ce que je déteste, c'est l'hypocrisie. (La chose que je déteste, c'est l'hypocrisie.)

    Ce peut aussi être un adjectif démonstratif (déterminant). Il est alors placé devant un nom qu'il sert à désigner.
    Ex. : Ce tableau est le plus coloré de la collection.

  • Se est un pronom réfléchi. Il se trouve toujours devant un verbe appelé verbe pronominal.
    Ex. : Paul se plaint sans cesse.
6. Les homophones : qu'elle(s)/quel(s) ou quelle(s)

  • Qu'elle(s) est la contraction de la conjonction de subordination que et du pronom personel elle(s). On peut remplacer qu'elle(s) par qu'il(s). Notons que « qu'elle(s) » est toujours suivi d'un verbe, contrairement à « quel(s) » et « quelle(s) », qui sont suivis d'un nom.
    Ex. : S'il revient, dis qu'elle est partie. (S'il revient, dis qu'il est parti.)
  • Quel(s) ou quelle(s) peut être un adjectif exclamatif ou un adjectif interrogatif. Si la solution précédente ne fonctionne pas, on peut en déduire que le mot s'écrit quel(s) ou quelle(s) et l'accorder avec le nom duquel il dépend.
    Ex. : Quelle belle robe ! (‡ Qu'il belle robe !)
            Quels voyageurs n'ont pas payé leur billet ? (‡ Qu'ils voyageurs n'ont pas payé leur billet ?)
7. Les homophones : leur/leur(s)

  • Leur est un pronom personnel à la 3e personne du pluriel. Il est invariable et se place devant un verbe. On peut le remplacer par lui.
    Ex. : Je leur demande de sortir. (Je lui demande de sortir.)
  • Le mot leur(s) est un déterminant possessif. Il est placé devant un groupe nominal et s'accorde en genre et en nombre avec le nom. Si le remplacement par lui ne fonctionne pas, c'est que leur s'accorde en genre et en nombre.
    Ex. : Je demande aux voyageurs leur passeport. (‡ Je demande aux voyageurs lui passeport.)
L'essentiel

Les homophones grammaticaux ont la même prononciation mais s'écrivent différemment. Il s'agit de mots de natures différentes (ils n'appartiennent pas à la même classe grammaticale).
Pour éviter les confusions, il faut analyser la forme sur laquelle on hésite. Pour cela, on peut faire un test de substitution (on remplace le mot homophone par un autre de même nature pour déterminer sa classe grammaticale).

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents