Les explications des fluctuations de la croissance économique - Maxicours

Les explications des fluctuations de la croissance économique

Objectif :
Comprendre les principaux facteurs d'une crise économique.
La croissance économique n’est pas stable ni régulière, on observe de manière plus ou moins fréquente des périodes de ralentissement (récession) voire de baisse de l’activité économique (dépression).
1. Les cycles économiques
a. La mise en évidence de différents cycles
À partir du 19e siècle et la répétition de crises de faible ampleur (avant celle de 1929), on cherche à mettre en évidence des mécanismes endogènes qui pourraient entraîner des périodes de crise récurrentes. Clément Juglar est le premier à mettre en évidence, en 1862, l’existence de périodes de croissance et de récession revenant à intervalles réguliers. Plus tard, d’autres études montreront que ces cycles ont des périodicités différentes.

On part du principe qu’il existe 3 grands types de cycles :
- Les cycles longs (mis en évidence par Kondratiev) d’une durée de 50 à 60 ans en tout ;
- Les cycles courts (C. Juglar) d’une durée équivalente à une dizaine d’années ;
- Les cycles mineurs (ou cycles Kitchin) d’une durée de 3 à 4 ans.

La crise de 1929 avant celle des années 1970 donna une importance particulière à ces analyses pour tenter de mettre en évidence des facteurs endogènes aux crises et les combattre.
b. Les explications de ces cycles
Les cycles mineurs s’expliquent essentiellement par les variations de stocks. En période de croissance, les entrepreneurs deviennent optimistes et sur-stockent en prévision d’une activité intense. Le déstockage qui arrive ensuite ralentit l’activité économique sans pour autant déclencher de ralentissements spectaculaires de la croissance.

C. Juglar explique les cycles courts par le crédit et la spéculation. Les périodes de croissance proviennent du recours facile au crédit, encouragé par les banques. Une forte spéculation se développe ainsi (sur les titres, les biens immobiliers, etc.) jusqu’à ce que les valeurs monétaires soient déconnectées des valeurs réelles. L’explosion de ces bulles spéculatives met en difficulté les agents économiques et plus particulièrement les banques qui restreignent alors le recours au crédit, ce qui entraîne une récession plus ou moins marquée. C’est la théorie du cycle du crédit.

D’autres analyses plus modernes expliquent ces cycles par les augmentations de salaire et de durée du travail lors de fortes hausses de productivité. Les salariés sont incités à travailler davantage, ce qui crée une augmentation de l’activité économique. Mais l’accumulation de capital finit par faire baisser la productivité et les salariés préfèrent alors profiter un peu plus de leurs loisirs et du patrimoine accumulé. On parle de théorie des cycles réels.

L’analyse des cycles longs a été popularisée par J. Schumpeter, qui place le progrès technique au centre de ces variations de l’activité. L’introduction d’une innovation majeure déclenche toute une série d’innovations liées (les « grappes d’innovations »). Mais pour développer ces innovations, les entrepreneurs doivent s’endetter et les profits attirent des concurrents. Lorsque le marché arrive à saturation, il se produit alors un retournement vers la récession.
2. Les crises dépendent aussi de variables externes
a. Les chocs externes
Les crises peuvent aussi être créées par des chocs externes au système économique national. Ces causes peuvent être :

- un choc d’offre lorsque les conditions de l’offre changent brutalement ; l’exemple typique est celui des chocs pétroliers des années 1973 et 1979. Cette hausse brutale du prix du pétrole (décidée par les pays producteurs) va fortement faire augmenter les coûts de production et donc les prix dans les pays occidentaux entraînant un ralentissement durable de la croissance. Les coûts de production sont liés au pétrole car il est utilisé dans le transport et la fabrication des marchandises (production de chaleur ou d’électricité) ainsi que dans les matières plastiques. Les mauvaises conditions climatiques peuvent aussi expliquer des fluctuations de la production des ressources naturelles et donc de la croissance des pays producteurs ;

- un choc de demande lorsqu'un évènement particulier va modifier la demande globale (qui est constituée de la consommation, de l’investissement, des exportations et des dépenses de l’État). Une politique plus protectionniste peut entraîner une brusque chute des exportations ou une défiance des marchés financiers peut empêcher les entreprises de financer leurs investissements, entraînant ainsi une crise comme ce fût le cas en 1997 en Asie du Sud-Est.

Conformément à la théorie keynésienne, c’est à l’État de tenter de relancer la demande pour limiter les effets de la crise. Il peut augmenter ses dépenses ou modifier sa politique fiscale pour favoriser les investissements. Ces politiques sont contra-cycliques (elles luttent contre le ralentissement économique dans la période descendante du cycle).
b. Effets cumulatifs des crises
Les crises peuvent avoir des conséquences inattendues car leurs effets peuvent être progressifs et cumulatifs. Un simple ralentissement économique est qualifié de « récession », qui s’accompagne parfois d’une désinflation (un ralentissement de la hausse des prix).

Cependant, la crise peut dégénérer en dépression ; dans ce cas, une baisse importante et durable de l’activité économique est effectuée. La déflation (une baisse généralisée des prix) annonce en général une grave crise économique. En effet, si les ménages profitent au début pour améliorer leur pouvoir d’achat, la déflation s’accompagne, à terme, de chômage et de baisse des revenus qui vont impacter la demande globale. De plus, les agents économiques se mettent progressivement à augmenter leur épargne pour différer leur consommation (ils prévoient que les produits seront moins chers dans le futur), ce qui aggrave la baisse de la demande et la chute des prix, entraînant de la sorte une spirale déflationniste.

Dans ces cas-là, une intervention massive de l’État est inévitable (comme ce fut le cas lors de la grande dépression des années 1930). La crise financière de 2008 n’a entraîné jusqu’à maintenant que des périodes de récession grâce à l’intervention des États, notamment aux États-Unis et dans l’Union européenne.
L'essentiel
Les périodes de crise se manifestent sous la forme de cycles de durées diverses. Ces crises ont souvent des causes endogènes (comme un ralentissement du crédit) mais peuvent également provenir des chocs exogènes sur l’offre ou la demande (comme les chocs pétroliers des années 1970).
Lors des crises les plus fortes, le spectre d’une spirale déflationniste suivie d’une dépression (comme lors de la crise des années 1930) ressurgit.
Synthèse visuelle

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.