Les espaces agricoles - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les espaces agricoles

Objectif : Depuis les années 50, une série de transformations rapides et radicales ont affecté l'agriculture française. Quelles conséquences ont-elles eu sur l'évolution des espaces agricoles ?
1. Les mutations de l'espace agricole français
a. Une « révolution agricole »
Depuis les années 1950, l'agriculture française a connu un fort mouvement de modernisation : généralisation de la mécanisation, remembrement, utilisation massive d'engrais et de pesticides... Cette modernisation s'est accompagnée d'une tendance à la spécialisation des cultures à l'échelle des exploitations mais aussi des régions.

Le nombre des actifs agricoles a fortement chuté : ces derniers ne représentent plus aujourd'hui qu'un million de personnes (contre 4 millions dans les années cinquante) soit moins de 4% de la population active.

Le nombre des exploitations agricoles est également en baisse : une sur trois a disparu depuis 1988. Toutefois, si elles sont moins nombreuses, ces exploitations sont aussi plus grandes : leur taille moyenne est supérieure à 40 hectares (contre une quinzaine vers 1950).

b. Du productivisme à la surproduction
Avec moins de travailleurs et moins d'exploitations, l'agriculture française produit toutefois de plus grandes quantités : ses rendements ont été multipliés par trois dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Cette augmentation de la productivité a notamment bénéficié à partir des années 1960 des effets de la politique agricole commune européenne (PAC) qui, en subventionnant la production et les exportations, a offert des débouchés aux agriculteurs.

Mais ce modèle d'agriculture productiviste est actuellement en crise : on lui reproche notamment son coût environnemental (pollution) ou encore sanitaire (comme le montre la crise de la « vache folle » entre 1996 et 1998). En outre, face à la surproduction qu'engendre un tel système, une réforme de la PAC a imposé dès 1992 l'instauration de quotas de production et le gel de certaines terres avec mises en jachère.

De fait, la superficie agricole utilisée (SAU) est en recul : soumise également aux progrès de l'urbanisation, elle ne couvre plus aujourd'hui que la moitié du territoire national (contre presque 2/3 dans les années cinquante).

2. Les espaces agricoles régionaux
a. Les espaces de grandes cultures
Les systèmes de grandes cultures céréalières et de plantes industrielles dominent sur les sols fertiles du Nord et du grand Bassin parisien. Blé, maïs, colza, tournesol, betteraves à sucre... y sont produits de manière intensive au sein de vastes exploitations performantes et fortement mécanisées. Dans ces espaces, le remembrement a modifié le parcellaire, dessinant un paysage d'openfield parsemé de silos.
b. Les espaces d'élevage intensif
Les systèmes d'élevage intensif correspondent souvent à des régions traditionnelles d'élevage. C'est notamment le cas en Bretagne où l'élevage hors sol est très développé. Le passage à une agriculture productiviste y a transformé le paysage traditionnel de bocage sous l'effet du remembrement et des arrachages de haies consécutifs. L'élevage hors sol se pratique également autour des grandes villes françaises, stimulé par la proximité des consommateurs et des industries agroalimentaires.
c. Les espaces de culture spécialisée
Du fait de la demande des marchés urbains, les cultures spécialisées sont en plein essor. Outre les vignobles de qualité (Bordelais, Bourgogne, Champagne...), elles comprennent les zones de maraîchage, d'arboriculture et d'horticulture, des vallées du Rhône et de la Loire auxquelles s'ajoutent des exploitations situées en zone périurbaine. Généralement de petite taille, elles pratiquent une agriculture intensive essentiellement sous serres et à forte valeur ajoutée.
d. Les espaces de persistance des systèmes agricoles traditionnels
Plusieurs régions, notamment dans le sud et l'est de la France, ont conservé des systèmes agricoles traditionnels : par exemple, la polyculture (fondée sur la complémentarité entre céréaliculture et petit élevage) demeure encore fortement présente dans le sud-ouest. L'élevage extensif (ovin ou bovin selon les zones) reste quant à lui pratiqué dans les différentes montagnes françaises. Actuellement, ces espaces connaissent de nombreuses difficultés.
L'essentiel

Portée par un fort mouvement de modernisation, une logique productiviste s'est imposée en quelques décennies au sein de l'agriculture française. De cette évolution émerge une agriculture dualiste où des espaces spécialisés et dynamiques côtoient des zones en difficulté marquées par la persistance de systèmes agricoles traditionnels.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents