Les conséquences d'une ration alimentaire déséquilibrée - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les conséquences d'une ration alimentaire déséquilibrée

Objectifs
Dans les pays développés et industrialisés, l'alimentation est devenue trop riche et les excès qui en résultent sont à l'origine de maladies qui entraînent une mortalité élevée. En revanche, dans les pays pauvres et sous-développés, ce sont plutôt la malnutrition et les maladies par carence qui prédominent.
Quelles sont les maladies par excès ?
Quelles sont leurs conséquences ?
Comment se manifestent les maladies par carence ?
1. Les maladies par excès
Dans les pays développés, la ration alimentaire est souvent excessive et à l'origine de troubles divers.
a. L'obésité
Bien que la nutrition joue un rôle important dans l'obésité, elle n'en est pas le seul facteur ; on trouve aussi des facteurs de prédisposition d'ordres génétique, social, psychologique, etc.

Les erreurs alimentaires fréquemment rapportées sont :
– une consommation excessive de graisses animales ;
– une consommation excessive de sucres rapides (les excès sont stockés sous forme de lipides, c'est-à-dire de graisses) ;
– une mauvaise répartition des repas dans la journée : plus les aliments énergétiques sont consommés tard dans la journée (après 14 heures principalement), plus il y a de risques de les mettre en réserve sous forme de graisses pendant la nuit.

Il faudrait donc limiter la consommation de viandes et la remplacer par du poisson, remplacer les lipides saturés par des lipides insaturés et limiter les apports en glucides rapides, présents en abondance dans les boissons gazeuses notamment.

Actuellement, en France, l'obésité touche 25 % des femmes et 20 % des hommes (aux Etats-Unis, 1 personne sur 3 est touchée) et l'obésité infantile progresse de façon alarmante : à l'âge de 10 ans, 1 enfant sur 10 est considéré comme obèse (ce taux a doublé en 20 ans).

L'obésité est un problème d'autant plus inquiétant et grave qu'elle constitue un facteur de risque pour d'autres maladies telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires.

b. Les maladies cardiovasculaires
Il a été établi une corrélation étroite entre la consommation excessive en acides gras saturés d'origine animale et l'athérosclérose.

L'athérosclérose désigne le dépôt de plaques de cholestérol (plaques d'athéromes) sur la paroi des artères : celles-ci se rétrécissent progressivement, deviennent moins élastiques, la pression artérielle augmente (hypertension) et un caillot peut se former, pouvant entraîner un infarctus du myocarde en cas d'obstruction totale de l'artère (cas des artères coronaires, par exemple). C'est donc l'excès alimentaire qui est à l'origine de ce taux excessif en cholestérol responsable de l'athérosclérose. C'est un problème majeur qui doit être pris en considération quand on sait que les maladies cardiovasculaires constituent la première cause de mortalité en France.

2. Les maladies par carence
Alors que la production alimentaire mondiale serait suffisante pour nourrir l'ensemble de la population sur Terre, 800 millions de personnes, dont principalement des enfants, souffrent encore de malnutrition. Elle est  responsable de maladies diverses.
a. Le Kwashiorkor
Cette maladie, très répandue en Afrique, touche les jeunes enfants qui passent d'une alimentation à base de lait maternel à une alimentation à base de bouillie de farines végétales comme la farine de maïs. Ces enfants, alimentés correctement jusqu'à l'âge de 18-24 mois, présentent alors des symptômes caractéristiques du kwashiorkor : œdèmes importants (ventre gonflé, visage bouffi) et une peau craquelée qui pèle facilement.

Ces enfants reçoivent pourtant des apports quantitatifs suffisants : il s'agit donc d'une carence concernant les apports qualitatifs. En effet, une étude de leur alimentation révèle que les apports en certains acides aminés essentiels sont inexistants ou insuffisants : la maladie est liée à un manque de protéines d'origine animale (les protéines végétales consommées ne permettent pas d'assurer les besoins qualitatifs de l'enfant en acides aminés essentiels). Un supplément quotidien en viande ou poisson, même en quantités faibles, suffirait à faire disparaître la maladie.

b. Les avitaminoses
Ce sont des maladies liées à une carence en vitamines, comme par exemple :
– le scorbut provoqué par une carence en vitamine C due à une alimentation dépourvue de fruits et légumes frais ; les symptômes sont la fatigue, des œdèmes des bras et des jambes, des hémorragies nasales et gingivales, le déchaussement des dents... ;
– le béribéri dû à une carence en vitamine B1 due souvent à une consommation exclusive de riz décortiqué, car la vitamine B1 se trouve dans le son du riz et du blé ; cette avitaminose provoque de graves troubles nerveux.
c. Carences en ions minéraux
Elles sont également sources de maladies comme par exemple :
– la carence en fer, ou anémie, touche environ 1 femme sur 4, même dans les pays riches, en fonction de l'abondance de leurs règles ; le sujet est pâle, fatigué et s'essouffle rapidement ; le fer est surtout apporté par la viande rouge et le poisson ;
– la carence en iode est responsable de mauvais fonctionnements de la thyroïde (apparition de goitre), et de retards intellectuels plus ou moins marqués ; l'iode est présent en abondance dans le poisson et les fruits de mer et, en outre, beaucoup de sels de table sont iodés.
L'essentiel

Il existe deux types de déséquilibres alimentaires responsables, soit de maladies par excès telles que l'obésité, soit de maladies par carence où malnutrition et sous-nutrition font des ravages.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents