Les circuits du réflexe myotatique - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les circuits du réflexe myotatique

Objectif : Le maintien de la posture, association de mouvements involontaires coordonnés, nécessite la mise en jeu coordonnée de divers muscles visant à s'opposer à l'action de la pesanteur. Par quelle activité le maintien de la posture est-il assuré ? Quels sont les circuits de cette activités réflexe ?
1. Le réflexe myotatique assure le tonus musculaire nécessaire au maintien de la posture
On appelle posture, une position donnée du corps dans l'espace. Pour maintenir une position corporelle, l'organisme doit compenser les effets de la gravité qui tendent à faire s'effondrer le corps. Les muscles présentent donc un état de contraction permanente, le tonus musculaire, indispensable à la stabilisation des os autour des articulations.
a. Le maintien de la posture, une activité réflexe
Tout déséquilibre est suivi d'un retour ou d'une tentative de retour à l'équilibre. Cette réponse de l'organisme met en jeu un ensemble de muscles dont les contractions vont permettre la stabilisation du corps. Cette activité posturale, ajustant le tonus musculaire, est induite par des messages nerveux porteurs d'ordre et est contrôlée automatiquement : cette activité motrice repose sur des mécanismes réflexes.
b. Le réflexe myotatique, mécanisme prépondérant
Le maintien de la posture met en jeu deux grands types de muscles : l'un déclenche un mouvement d'extension lorsqu'il se contracte, l'autre un mouvement de flexion. Ces muscles sont qualifiés d'antagonistes.

L'application d'un coup bref sur le tendon d'Achille du muscle du mollet (ou du tendon rotulien du muscle de la cuisse) provoque une contraction immédiate et automatique de ce muscle et une extension du pied (ou de la jambe), ainsi qu'un relâchement de l'antagoniste. Cette réponse du muscle en réponse à son propre étirement est qualifiée de réflexe myotatique.

 

Les muscles étant constamment soumis à la pesanteur, provoquant leur étirement, le réflexe myotatique joue un rôle prépondérant dans le maintien de la posture.

2. Les circuits du réflexe myotatique
Dans le cas du réflexe myotatique, le muscle est à la fois récepteur du stimulus, son étirement, et effecteur, par sa contraction.

Les messages nerveux à l'origine de cette contraction sont véhiculés par les nerfs rachidiens et transitent par la moelle épinière.

a. Un traitement des messages au niveau de la moelle épinière
L'enregistrement de l'activité électrique d'une fibre afférente et d'une fibre efférente lors d'un réflexe myotatique montre que les messages sensitifs et moteurs sont différents. La moelle épinière réalise donc un traitement de l'information et c'est à son niveau que s'explique l'existence d'une double réponse différente à un même message.

Au niveau de la moelle épinière, les nerfs rachidiens se ramifient en racine dorsale, sensitive ou afférente, et racine ventrale, motrice ou efférente comme le montre les expériences de section de ces racines (voir la fiche « Etude des supports anatomiques du réflexe anatomique »).

L'innervation réciproque, traduite par la contraction d'un muscle et le relâchement de son antagoniste, suggère qu'un même message provoque l'excitation du motoneurone innervant un muscle et l'inhibition du motoneurone innervant l'antagoniste.

b. Les circuits neuroniques
  • Un circuit principal monosynaptique

    Au cours d'un réflexe myotatique, l'enregistrement des réponses nerveuses au niveau des fibres nerveuses afférentes et efférentes de la moelle épinière montre que le délai mis par le message pour aller d'une paire d'électrodes réceptrices à l'autre est relativement court. Ce délai correspond sensiblement à celui nécessaire pour franchir une synapse, zone de contact entre deux neurones. Les neurones sensitifs et moteurs sont donc connectés par une seule synapse, le circuit est dit monosynaptique.

    L'activation du motoneurone entraîne en outre une contraction du muscle en réponse au message nerveux. La synapse est qualifiée de synapse excitatrice car elle a entraîné la naissance d'un message moteur dans le neurone.

  • Un circuit secondaire polysynaptique

    Lors de ce même réflexe myotatique, l'enregistrement effectué au niveau du motoneurone relié au muscle antagoniste montre que le délai d'enregistrement est double du précédent. Cela signifie donc que le circuit met en jeu deux synapses, il est dit polysynaptique.

    Par ailleurs, la réponse du muscle antagoniste est un relâchement, ce qui signifie donc que le motoneurone a été inhibé contrairement au précédent. Cependant, l'inhibition de ce motoneurone ne peut être due à l'action directe du neurone en T, son fonctionnement conduisant à l'activation. Cette inhibition est en fait liée à l'existence d'un neurone inhibiteur entre le neurone en T et le motoneurone de l'antagoniste, expliquant par la même l'existence de deux synapses.

    L'activité du neurone en T va donc déclencher l'activation d'un interneurone dont l'effet sera d'inhiber le motoneurone de l'antagoniste. La synapse est alors qualifiée d'inhibitrice car elle empêche la naissance d'un message dans le neurone.

L'essentiel

Le réflexe myotatique permet le maintien de la posture. Il représente une réaction involontaire de contraction d'un muscle en réponse à son propre étirement. Dans le même temps le muscle antagoniste subit lui un relâchement. Les messages nerveux à l'origine de ce réflexe emprunte un trajet constituant l'arc réflexe.

Le fonctionnement coordonné des muscles antagonistes repose sur l'existence de réseaux de neurones permettant à deux organes de répondre de manière différente à un même message sensitif. Cette propriété intégratrice des centres nerveux est liée à l'existence de deux types de synapses, excitatrice et inhibitrice.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents