Les camps de concentration - Cours d'Histoire avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les camps de concentration

1. La mise en place des camps
Dans les limites du « Grand Reich » de 1942, près d’un millier de camps de concentration, dont les plus anciens remontent à 1933 (Dachau, Oranienburg, Sachsenhausen), servent à l’anéantissement des ennemis de l’Allemagne. Seront déportés dans les camps Juifs, Tziganes, communistes, homosexuels et handicapés.
Des camps sont construits jusqu’en 1943 comme Bergen-Belsen et Dora.


C’est à partir de 1941 que le nombre des détenus impose une augmentation sensible dans l’édification de nouveaux camps. De six en 1939, ils sont une vingtaine en 1944, auxquels est attachée une multitude de Kommandos de tailles diverses. Ces Kommandos sont des lieux de détention regroupant des prisonniers travaillant à l’extérieur du camp.

On distingue les camps de concentration, qui sont des camps de travail forcé dans lesquels les prisonniers travaillent jusqu’à l’épuisement et où la mortalité est très forte, et lescamps d’extermination ou centres de mise à mort (les chambres à gaz ou extermination par le travail), qui ont fonctionné de 1941 à 1944 (Chelmno, Belzec, Sobibor et Treblinka).

La carte est révélatrice de la situation géographique des camps :

• Les camps de concentration sont situés dans le Grand Reich.
• Les camps d’extermination sont situés dans la Pologne d’avant 1939.
L’essentiel

À l’intérieur du « Grand Reich », des camps de concentration et d’extermination sont édifiés pour éliminer les ennemis de l’Allemagne nazie. Les premiers sont antérieurs et sont destinés à la démolition physique et morale de la personne humaine, tandis que les seconds sont des centres de mise à mort.
2. La vie dans les camps
Le but de l’univers concentrationnaire placé sous la haute main de Himmler et des SS, est de réduire les adversaires par un processus d’avilissement et de dégradation physique de l’individu.
Les prisonniers sont dépouillés de tout souvenir personnel, vêtus d’un uniforme rayé, désignés par un simple numéro. Les déportés politiques sont volontairement mêlés aux détenus de droit commun qui assurent des fonctions subalternes de surveillance. Or ces hommes, criminels, voleurs… dotés d’un pouvoir sur leurs inférieurs ne leur ménagent pas les brimades et les brutalités. De plus, les tortures, les exécutions brisent, dans le camp, toute résistance.

Le travail forcé, les épidémies de typhus, la sous-alimentation entraînent une mortalité impressionnante.

À Buchenwald, par exemple, le régime alimentaire n’accorde que 600 à 700 calories par jour contre 2 000 à 2 500 calories nécessaires à un adulte. De surcroît, un grand nombre de prisonniers périt dans les wagons clos qui emmènent les prisonniers, sans eau ni nourriture, vers les camps de la mort.
L’essentiel

 
La mortalité dans les camps oscille, selon les saisons et les épidémies, entre 25 et 90 % de la population concentrationnaire, tant les conditions de vie et de travail sont rudes. La fatigue, la sous-alimentation, le travail long et pénible dans le froid viennent à bout des hommes les plus résistants.
3. Les camps, lieux du génocide juif
Les camps servent aussi de cadre à de véritables génocides. Des convois entiers de Juifs, de Polonais, de Russes sont envoyés dans les chambres à gaz et leurs cadavres sont brûlés dans les fours crématoires.
Au total, 10 à 12 millions de déportés de tous les pays d’Europe passent dans ces camps de la mort.

Le nombre de Juifs morts au cours de cette sinistre période est compris entre 5 et 6 millions. Près d’un million sont morts des privations, des épidémies et des exactions qui ont frappé dans les ghettos d’Europe orientale. Plus d’un million ont été fusillés par les S.S de façon sommaire. Trois millions ont été massacrés dans les camps, dont 1 million à Auschwitz, 750 000 à Treblinka, 550 000 à Belzec, 200 000 à Sobibor…

La conclusion de ces évaluations est que la Shoah correspond bien à un assassinat collectif et industriel. Elle montre la volonté délibérée d’un État, l’État nazi, de supprimer un peuple, le peuple juif, en employant tous les moyens technologiques dont il dispose.
L’essentiel

Presque 6 millions de Juifs meurent pendant la guerre, dont trois dans les camps de concentration et d’extermination. Le génocide juif, la Shoah, est bien un massacre concerté, systématique, et industriel d’un peuple.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents