Les accents, tréma et cédille - Maxicours

Les accents, tréma et cédille

Objectif : Comprendre ce que signifie l’accentuation (accents, cédille, tréma) : c ‘est un signe graphique qui sert, soit à indiquer des différences dans la prononciation des voyelles, soit à distinguer deux mots d’écriture identique.
1. Les accents
On ne met pas d'accent sur une voyelle suivie d'une consonne doublée ou d'un « x » :
- essayer, exigence.

Les mots commençant par des- ne prennent pas d'accent sur le « e » de ce préfixe quand le mot qui sert à les construire commence par un « s »  puisqu’il y a doublement de consonne.
Ex : desserrer, dessaler, dessouder...
mais : désespérer, désherber, désaltérer, désaffecter, déshonorer...

Exceptions :
- châsse, châssis,
- que je crûsse (imparfait du subjonctif du verbe croître).

Exemples de mots ne prenant pas d'accent, y compris ceux dont le radical en prend un :
- appas (pluriel de appât), assener (mais tu assènes) ;
- bateau, Benelux, boiter (synonyme de claudiquer, ne pas confondre avec une boîte), boiteux ;
- ça (de cela), chalet, chapeau (mais château), chapitre (mais épître), cime, Clemenceau, cote (synonyme de cotation), coteau (mais la côte) ;
- diesel, diffamer (mais infâme), drolatique (mais drôle) ;
- express (mais faire exprès) ;
- fantomatique (mais fantôme), fibrome, futaie (mais vin vielli en fût) ;
- gaiement, gaie (gaîté ne se dit plus), gaine, gangrener (mais la gangrène), gnome, goitre, gracier, gracieux, gracile (mais la grâce et la disgrâce) ;
- hache, havre (mais hâve) ;
- indu (mais indûment), infamant, infamie (mais infâme) ;
- à jeun (mais jeûner et le jeûne), jeune (de jeunesse),
- mat (terme du jeu d’échecs, mais le mât d'un bateau), moelle, moelleux, moellon (mais poêle, poêlon) ;
- Nigeria ;
- psychiatre ;
- racler (mais bâcler), ratisser (mais râteau, râtelier), receler (mais il recèle), reclus, repartie (réponse), revolver, ruche ;
- sur (aigre), surir, symptomatique (mais symptôme), syndrome ;
- tache (souillure), tatillon (mais tâter) ;
- Venezuela, Vietnam, vilenie ;
- zone...
2. L'accent aigu
L'accent aigu ne peut se mettre que sur la voyelle « e ».
- café, féerie, musée...
- goéland, goélette, goémon, poésie, israélien...
3. L'accent circonflexe
a. Règle générale 
L'accent circonflexe peut se placer sur toutes les voyelles sauf le « y ».
- noirâtre, tempête, abîme, dôme, flûte...
b. L'accent circonflexe indique souvent la disparition d'un « e » ou plus souvent d'un « s »
- âge s'écrivait autrefois eage ;
- tête s'écrivait autrefois teste ;
- forêt, forestier ;
- vêtement, vestimentaire ;
- hôpital, hospitalier ;
- fenêtre, défenestrer.
c. Il coiffe les voyelles de certains mots afin d'éviter une confusion
la tâche (travail) à distinguer de la tache (salissure) ;
crû (participe passé de croître) à distinguer de cru (verbe croire et adjectif) ;
- (adjectif, du verbe devoir) à distinguer de l'article du (contraction de « de le ») ; il ne prend un accent circonflexe qu'au masculin singulier (due, dues et dus) ;
- mûr (adjectif) à distinguer de mur (substantif) ;
sûr (adjectif = certain) à distinguer de sur (préposition et adjectif signifiant aigre).
d. Autres cas
- le « o » des pronoms possessifs : le nôtre et le vôtre (à distinguer des adjectifs possessifs : notre et votre) ;
- le « i » des verbes en -aître et -oître, lorsque le « i » est suivi d'un « t » : il disparaît, il croît...
  Egalement : je croîs (verbe croître) pour le différencier de je crois (verbe croire).
- le « i » de 3 mots en -ître : bélître, huître, épître.
- le « a » du suffixe -âtre, marquant la dépréciation : grisâtre, douceâtre...
- mais pas sur -iatre : pédiatre, psychiatre.
- les voyelles de certaines terminaisons verbales : nous saisîmes, nous reçûmes, vous chantâtes, qu'il chantât, qu'il eût chanté, il fût venu...

Attention : Dans certains cas, le tréma l’emporte sur l'accent circonflexe : nous haïmes, qu'il haï.
4. L'accent grave
a. Règle générale
L'accent grave ne peut se mettre que sur le « a » et le « u » pour éviter la confusion entre deux mots, et sur le « e » pour en préciser la prononciation.
b. Sur le « a » et le « u »
Il ne change pas la prononciation.
à = préposition, à distinguer de a = forme du verbe avoir ;
çà = adverbe, à distinguer de ça = pronom démonstratif ;
= adverbe, à distinguer de la = article ou pronom ;
deçà, delà, holà, voilà ;
déjà ;
= pronom relatif ou adverbe de lieu, à distinguer de ou =conjonction de coordination.
 
c. Sur le « e »
règlement, mais réglementation, réglementer et réglementaire.

Lorsque l'accent grave apparaît en fin de mot, le mot est terminé par « s » :
après, près, exprès, auprès, très...
abcès, procès, excès, succès, congrès, progrès...
dès = préposition (à distinguer de des = article).
 
Il apparaît en milieu de mot quand la voyelle de la syllabe suivante est un « e » muet :
mystère, enlèvement...
trèfle, lèpre...
5. Le tréma
Le tréma est un signe que l'on place au-dessus des voyelles « e », « i », « u », pour indiquer que la voyelle qui les précède immédiatement doit être prononcée séparément.
a. Sur le « e »
- aiguë, ambiguë, exiguë, contiguë, ciguë, canoë, Israël, Noël...

Exceptions : goéland, goélette, goémon, moelle, poêle, poème, poésie, israélien...
b. Sur le « i »
- ambiguïté, exiguïté, aïeul, faïence, égoïste, haïr, maïs, ouïe, inouï, coïncider, coïnculpé...

Exceptions : coincer, Saigon, séquoia, Hanoi, oui, ouistiti, éblouir...
c. Sur le « u »
- Saül, Esaü.
6. La cédille
La cédille se place sous le « c » uniquement devant les voyelles « a », « o » et « u » pour former le son « se ».
- maçon, façade, déçu.

Exception : douceâtre.


L’essentiel

Les accents, le tréma et la cédille sont des signes graphiques qui servent à noter des différences de prononciation des voyelles ou d’une consonne ou qui permettent de distinguer deux mots d’écriture identique mais de sens différent.

L’accent aigu n’existe que sur la voyelle « e ».
L’accent grave peut être positionné sur toutes les voyelles sauf le « y ».
L’accent circonflexe apparaît sur un mot dont une lettre a disparu : forestier -> forêt.
Les trémas se placent sur les voyelles « e », « i », « u », lorsqu’elles sont précédées d’une autre voyelle ; ils permettent de savoir que les deux voyelles concernées doivent être prononcées séparément.
La cédille se place sous la consonne « c » lorsqu’elle est placée devant « a », « o », « u » ; elle est destinée à signaler que la syllabe doit se prononcer avec le son « se ».

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.