Le socialisme - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le socialisme

Le socialisme est une théorie qui s'oppose au libéralisme et qui naît en réaction au capitalisme. Le terme est apparu en 1830.
Il désigne l'ensemble des doctrines qui dénonce les abus du capitalisme libéral. Pour les socialistes, seule une autre organisation de la société peut les faire disparaître. Ils veulent construire un monde nouveau et plus juste. Mais les socialistes se divisent sur les moyens pour y parvenir.
1. Un ou des socialismes ?
a. Les premiers socialistes : des utopistes aux anarchistes
Les premiers socialistes, en raison de leurs idées généreuses, sont appelés « utopiques » parce qu'ils imaginent une société idéale, sans proposer (ou rarement) de moyens pour faire aboutir concrètement leurs idées. Les principaux représentants sont les Français Saint Simon et Fourier, ou l'Anglais Owen.
Un exemple : Fourier veut rassembler les hommes en entités de travail de 1600 personnes, les phalanstères, où chacun accomplit le travail de son choix et trouve ainsi équilibre et bonheur.

 L'anarchisme est un courant qui ne reconnaît  « ni de maître, ni de Dieu ». Les anarchistes comme Proudhon proposent d'abolir l'Etat, qui opprime les ouvriers et d'éliminer de la société tout pouvoir établissant une contrainte sur l'individu. Ils veulent aussi supprimer la propriété privée car elle permet d'exploiter ceux qui n'ont rien.

L'anarchisme compte sur la grève générale pour provoquer l'effondrement de l'Etat et met tous ses espoirs dans les syndicats, moyens efficaces de mener la lutte. Les syndicats sont aussi considérés comme les cellules de base d'une société sans Etat. C'est l'anarcho-syndicalisme.
Pour certains anarchistes, comme Bakounine, le recours à la violence est possible.
b. Le « socialisme scientifique » : entre révolution et réformes
Le marxisme, doctrine philosophique, économique et sociale élaborée par Marx et Engels est l'héritage commun dont se réclament socialistes et communistes.

Dans le Manifeste du Parti communiste, publié en 1848, Marx et Engels expose une grille de lecture de la société industrielle fondée sur la lutte des classes. Celle-ci oppose la bourgeoisie capitaliste et le prolétariat exploité.

Ils définissent un projet politique révolutionnaire qui repose sur l'organisation du prolétariat à l'échelle internationale en vue de la conquête du pouvoir. Cette conquête se traduirait par l'instauration de la « dictature du prolétariat » et l'abolition du capitalisme et par voie de conséquence l'émergence d'une société sans classes et sans Etat : le communisme. La pensée de Marx et Engels influence alors de manière décisive le socialisme.

Dans un premier temps, et jusqu'en 1917, Communisme et socialisme présentent le même projet : changer la société. Mais les moyens pour y parvenir les divisent. Toutefois Marx  impluse la création de la Ire Internationale en 1864 mais, faute d'unité elle est dissoute dès 1876 :
 
 
« Les communistes se refusent à masquer leurs opinions et leurs intentions. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l'ordre social passé. Que les classes dirigeantes tremblent devant une révolution communiste ! Les prolétaires n'ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner.
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » K. Marx et F. Engels, Manifeste du Parti communiste, 1848.
 
Certains (c'est le cas du Labour Party anglais, du parti social-démocrate allemand ou de Jaurès en France), pensent que la révolution n'est pas indispensable. Ils sont favorables à une transformation de la société par le vote de lois sociales et par l'intervention de l'Etat dans l'économie. Ils sont partisans du pluralisme politique.

La diffusion du suffrage universel favorise ce courant qui anime d'ailleurs la IIe Internationale créee en 1889 : « La social-démocratie [...] n'est nullement enthousiasmée par l'idée d'une révolution violente dirigée contre la totalité du monde non-prolétarien [....]. Actuellement, la social-démocratie est un parti de réformes démocratiques et socialistes. » E. Bernstein, Socialisme théorique et social-démocratie pratique, 1900.

En revanche, d'autres, comme le Russe Lénine, demeurent fidèles à l'idée que le changement ne peut se faire que par la révolution.

Ces divergences suscitent des tensions entre le socialisme dit réformiste et le socialisme dit révolutionnaire, tensions qui conduisent à une rupture nette en 1917 lors du déclenchement de la révolution russe de 1917 : les socialistes réformistes gardent le nom de socialistes tandis que les socialistes révolutionnaires prennent le nom de communistes.

Cette division s'accompagne de la formation dès 1919, sous l'impulsion de Lénine, de la IIIe Internationale qui rassemble les seuls partis communistes et qui revendique un régime fondé sur le  parti unique (le Parti communiste) et la collectivisation des moyens de production afin de réaliser une société sans classe.
2. Le socialisme s'affirme de façon inégale en Europe
a. Une influence variable
Le socialisme devient une force politique importante en Europe au début du XXe siècle. Des partis nationaux se constituent.
Née en 1875, la social-démocratie allemande est un modèle. Très structurée, elle capte une grande partie des suffrages ouvriers et devient, en 1912, le premier parti du Reichstag.
En France, la fusion des différents partis socialistes donnent naissance, en 1905, à la Section Française de l'Internationale Ouvrière qu'anime Jean Jaurès. Elle est bien implantée dans les grands centres industriels (Paris, Nord) et conquiert les campagnes déchristianisées (Var, Massif Central). Elle représente un électeur sur cinq en 1912.
Au Congrès de Tours, en 1920, la SFIO se divise entre SFIO et Parti Communiste.
En revanche, l'idée socialiste ne parvient pas à prendre aux Etats-Unis.
b. Les liens complexes entre socialisme et syndicalisme
On retrouve dans le syndicalisme les mêmes divergences sur les objectifs et les méthodes d'action que dans le mouvement socialiste lui-même. Certains souhaitent inféoder les syndicats aux partis socialistes, alors que d'autres veulent garantir l'indépendance syndicale.
En Grande-Bretagne comme en Allemagne ou aux Etats-Unis, les syndicats sont essentiellement réformistes.
En Grande-Bretagne, les Trade Unions favorisent la création du Labour Party.
En Allemagne, c'est le SPD (Parti Social-démocrate) qui suscite la formation de puissants syndicats.
En France et dans les pays d'industrialisation récente, se développe un syndicalisme plus révolutionnaire comme la Confédération Générale des Travailleurs (CGT) qui reste proche de la SFIO tandis que la CGT Unifiée s'aligne sur le Parti Communiste.
La contestation de la société industrielle débouche sur une action de nature politique. Celle menée par les courants socialistes et les syndicats est efficace, aboutissant même à une révolution en Russie. Elle incite également les Etats à intervenir pour améliorer la condition ouvrière par des réformes.
L'essentiel

Le socialisme dénonce les méfaits de la société capitaliste et conteste voire rejette le libéralisme. Il s'enracine dans le courant utopique français et anglais des années 1830, mais aussi dans le marxisme.
La révolution de 1917 provoque une rupture au sein du socialisme entre les communistes d'un côté, et les socialistes de l'autre. 

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents