Le doublement des consonnes (2) - Cours de Français avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le doublement des consonnes (2)

Objectif : Connaître les quelques règles qui régissent le doublement des consonnes et surtout, apprendre les exceptions, extrêmement nombreuses et génératrices de troubles, d’hésitations et donc d’erreurs.
1. Règle générale
Une consonne n'est jamais doublée quand elle jouxte une autre consonne.
 
Exception :
- à l’imparfait du subjonctif des verbes tenir, venir : que je tinsse, que je vinsse.
- après une voyelle accentuée : démission.
2. Doublement du n
a) Au début d'un mot
Le n n'est généralement pas doublé dans les mots commençant par :
• an- : anagramme, analyse, animal, ...

Exceptions : année, anneau, annexe, annihiler, annoncer, annoter, annuaire, annulaire et leurs dérivés.
 
• en- : énergie, énigme, ...

Exceptions : enneiger, ennemi, ennoblir, ennui et leurs dérivés.
 
• in- : inédit, inouï, ...

Exceptions : inné, innerver, innocent, innocuité, innombrable, innommable, innover et leurs dérivés.

• on- et un- : onéreux, unité, ...
b) À l'intérieur d'un mot
Il n’y a pas de règle générale, mais il faut noter les cas suivants : 
• les verbes en -onner :
Lorsqu’ils sont formés à partir d'un nom en -on, les verbes en -onner prennent deux n :
poison - > empoisonner ; prison - > emprisonner ; ...

Exceptions : Poumon - > s'époumoner ; ...
 
Lorsque le verbe est formé à partir d'un mot ne se terminant pas par -on, il prend ou non deux n : téléphone - > téléphoner ; couronne - > couronner ; plafond - > plafonner, ...
Il faut également distinguer : détoner (exploser) et détonner (sortir du ton)
 
• Les mots en -onniste et -onnisme prennent généralement deux n, s'ils viennent d'un mot en -sion ou -tion : illusion - > illusionniste ; abstention - > abstentionniste ; déviation - > déviationniste.
 Dans les autres cas, ils prennent un seul n : daltonisme, synchronisme, ...
 
• Les mots en -onal s'écrivent avec un seul n : national, ...
sauf : confessionnal.
 
• Les mots en -onnel et -onnellement s'écrivent avec deux n : rationnel, exceptionnel, personnel, ... ; rationnellement, exceptionnellement, personnellement, ...
sauf : colonel.

• Les mots en -onalisme, -onaliste, -onalité, -onaliser et -onalisation s'écrivent avec un seul n : nationalisme, nationalité, nationaliser, nationalisation ; rationalisme, rationalité, rationaliser, rationalisation, ...
mais : personnalité, personnaliser ; institutionnaliser, institutionnalisation ; ...
 
• ATTENTION aux mots suivants, qui, tout en étant de la même famille, ne se comportent pas de la même façon vis-à-vis du doublement de leur consonne.
LES CONNAÎTRE UNE FOIS POUR TOUTES.

colonne

MAIS

colonel

consonne

consonance

coordonner

coordination

donner

donation

ennoblir

anoblir

honneur

honorer

millionnaire

millionième

résonner

résonance

sonner

sonore

tonner

détoner

3. Doublement du p
a) Au début d'un mot
• Le p n'est généralement doublé que dans les mots commençant par ap- : appeler, apparaître, appentis, ...

Exceptions :
- apercevoir, apaiser, aplanir, aplatir, apitoyer, apostropher, apurer, ....
- apache, apanage, aparté, apathie, apatride, apéritif, apesanteur, apeurer, aphone, api, apiculture, aplomb, apogée, apoplexie, apostasier, apostat, apostiller, apostrophe, apothéose, âpre, apte
et leurs dérivés.

• Le p n'est pas doublé dans les mots commençant par ép-, ip-, op- :  épingle, ipéca, opinion, ...

Exceptions : opportun, opposer, oppresser, opprimer, opprobre, ...
b) À l'intérieur d'un mot
Il n’y a pas de règle générale.
4. Doublement du r
a) Au début d'un mot
• Le r n'est jamais doublé dans les mots commençant par or- et ur- : oreille, urée, ...

• Il n'est généralement pas doublé dans les mots commençant par ar- et er- : araignée, érosion, ...

Exceptions :
- arracher, arraisonner, arranger, arrêt, arrhes, arrière, arrimer, arriver, arroger, arrogant, arrondir, arroser et leurs dérivés.
errements, errer et les mots de la même famille.
 
• Le r est généralement doublé dans les mots commençant par ir- : irradier, irruption, ...
 
Exceptions : ire, irascible, iranien, iris, ironie, iroquois et leurs dérivés.
b) À l'intérieur d'un mot
Il n’y a pas de règle générale.
Pour les terminaisons en -are, -aire, -eure, -ore, -ire, -oire, -oure, -yre, le r n'est généralement pas doublé : gare, affaire, demeure, aurore, lire, grimoire, bravoure, lyre, ...

Exceptions : amarre, bagarre, barre, escarre, jarre, tintamarre, bécarre, beurre, leurre, bourre, courre et leurs dérivés.
5. Doublement du s
Le doublement du s signale que le son [s] dur doit être prononcé, alors que le s non doublé entre deux voyelles signale la prononciation du son [ze].
6. Doublement du t
a) Au début d'un mot
• Le t n'est pas doublé dans les mots commençant par et-, it-, ot- et ut- : étude, itinérant, otage, utopie, ...

Exception : ottoman.
 
• Le t est souvent doublé dans les mots commençant par at- : attendre, atterrir, ...

Exceptions : atavisme, atèle, atelier, atermoyer, athée, athlète, atlantique, atlas, atmosphère, atome, atone, atours, atout, atrabilaire, âtre, atroce, atrophie et leurs dérivés.
b) À l'intérieur d'un mot
Il n’y a pas de règle générale.
• Le t est souvent doublé pour obtenir le son [è] ouvert : jeter -> je jette ; charretier -> charrette
 
• La plupart des finales en -ate, -athe, -atre, -ante, -anthe, -aite, -ente, -enthe, -ite, -itre, -yte, -ytre, -inte, -inthe, -ute, ... ont rarement le t doublé : rate, allopathie, théâtre, soixante, acanthe, ...

Exceptions : natte, latte, chatte, baratte, blatte, batte, datte, jatte, patte, battre, quitte, butte, hutte, lutte et leurs dérivés.
 
• En ce qui concerne les finales en -ote et -ete, on trouve autant de mots avec deux t qu'avec un seul :
ablette, alouette, biscotte, carotte, ...
-  arbalète, requête, note, hôte
, ...
 
• Verbes en -oter : Ils s'écrivent généralement avec un seul t.

Exception :
- les verbes dérivés d'un nom féminin en -ottebotter, carotter, crotter, culotter, flotter, ...
- les cinq verbes suivants : ballotter, frisotter, frotter, garrotter et grelotter.
L’essentiel

Une consonne n'est jamais doublée quand elle jouxte une autre consonne, sauf à l’imparfait du subjonctif (que je vinsse) et à la suite d’une voyelle accentuée (démission).

Le s est doublé lorsqu’on veut signaler le son [se].
Le t n’est doublé que dans les mots commençants par at-. Comme le l, le t est doublé pour signaler la prononciation ouverte du [è] (jeter, jette – appeler, appelle).
Le n, le p et le r obéissent à des règles de doublement très variables.

De nombreuses exceptions méritent d’être parfaitement connues.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents