Le contrôle des cycles - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le contrôle des cycles

Objectif
Les cycles ovariens et utérins sont synchronisés de façon à permettre une fécondation suivie d’une gestation.
De quelle manière se fait cette synchronisation ?
1. Les hormones ovariennes
L’ovaire a une fonction endocrine : il déverse ses produits de sécrétion directement dans le sang.
a. Pendant la phase folliculaire
La granulosa et la thèque interne du follicule en développement produisent des œstrogènes, et principalement de l’œstradiol. Ces hormones agissent sur le développement de la muqueuse utérine après sa desquamation au moment des menstruations.
b. Pendant la phase lutéale
Le corps jaune secrète des œstrogènes et de la progestérone en fonction du développement du corps jaune. Ces hormones secrétées ont une action sur la formation de la dentelle utérine augmentant fortement la présence des glandes et activant leur sécrétion de glycogène. La muqueuse utérine devient très irriguée par spiralisation des artérioles.

Doc. Évolution de la concentration plasmatique des hormones ovariennes.


2. Le contrôle par le complexe hypothalamo-hypophysaire
L’hypophyse est une petite glande située à la base du cerveau sous l’hypothalamus, formée de deux parties : l'antéhypophyse et la posthypophyse.

C’est l’antéhypophyse qui contrôle le cycle ovarien, elle secrète deux gonadostimulines : la FSH (Follicle-Stimulating Hormone) et la LH (Luteinizing Hormone). Ce sont des glycoprotéines.
La LH présente un pic très important au 14e jour qui entraîne l’ovulation.

L’antéhypophyse est elle-même sous le contrôle de l’hypothalamus. Celui-ci secrète une neurohormone, la GnRH (Gonadotrophin-Releasing Hormone, un polypeptide) libérée dans le système porte-hypophysaire qui va agir sur les cellules hypophysaires. Cette sécrétion est pulsatile, importante avant l’ovulation entraînant une sécrétion pulsatile des hormones hypophysaires.

3. Le rétrocontrôle des hormones ovariennes
Il s’effectue sur le complexe hypothalamo-hypophysaire.

Au début de la phase folliculaire, le taux d’œstrogènes est faible, car le follicule est peu développé, ce qui maintient un faible taux de FSH et de LH : c’est un rétrocontrôle négatif.

En fin de phase folliculaire, le taux d’œstrogènes augmente, car le follicule devient mûr, ce qui entraîne un pic de FSH et surtout de LH : c’est un rétrocontrôle positif.

Durant la phase lutéinique, la présence de progestérone en plus des œstrogènes provoque un rétrocontrôle négatif, d’où une diminution des taux de FSH et LH.

L’essentiel

Il existe une boucle de régulation : le pic de LH déclenchant l’ovulation est lui-même provoqué par les ovaires.

De plus les hormones ovariennes provoquent un développement maximal de la dentelle utérine en phase lutéale afin de permettre la nidation.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents