Le bilan humain et moral du génocide et ses conséquences à court terme - Cours d'Histoire avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le bilan humain et moral du génocide et ses conséquences à court terme

On entend par génocide la pratique de l'extermination méthodique et systématique de nations et de groupes ethniques visant à leur disparition totale.
1. Le bilan humain et moral
a. Le bilan humain
5,5 millions de Juifs sur les 8 millions qui vivaient en Europe ont disparu lors de la Seconde Guerre mondiale. On utilise le terme hébreu de Shoah pour désigner le génocide dont a été victime ce peuple. Parmi les victimes de la barbarie nazie (10 millions de déportés), on compte aussi les Tziganes (220 000), les Slaves et les prisonniers politiques.
b. Le bilan moral
Le sommet de l'horreur a été atteint pendant la Seconde Guerre mondiale. Les nazis ont mis un soin méticuleux à exterminer ceux qu'ils désignaient comme les « sous-hommes » : camps de concentration où le travail forcé conduisait à la mort, « Solution finale » : camps d'extermination, expériences faussement médicales sur des cobayes humains.
La révélation à l'opinion publique de ces horreurs lors de l'ouverture des camps a provoqué un profond traumatisme moral. Ce choc s'ajoute au bouleversement engendré par l'utilisation destructive de la bombe atomique.
L'essentiel
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la révélation des horreurs nazies (génocide) provoque un profond traumatisme moral.
2. Les conséquences à court terme du génocide
a. Le procès de Nuremberg
Suite à la découverte des horreurs nazies, on décide d'organiser un procès pour juger les responsables de cette barbarie. Pour la première fois, à Nuremberg (novembre 1945-septembre 1946), dans la ville de la grandeur passée du nazisme, on crée la notion de crime contre l'humanité qui doit permettre de punir les responsables de génocide. 21 accusés comparaissent à ce procès exemplaire. 12 sont condamnés à mort, les autres à des peines de prison proportionnelles à leur implication dans le régime nazi.
Mais, aujourd'hui, la légitimité du procès est discutée par les historiens. On parle de procès de vaincus : la présence de l'URSS, du côté des juges, a quelque chose de gênant puisque l'URSS s'était rendue coupable de crimes contre l'humanité à Katyn. Mais, le procès de Nuremberg est celui des criminels de guerre nazis seulement. L'URSS a fait pression pour que l'épisode de Katyn ne soit pas évoqué lors du procès.
b. La création de l'Etat d'Israël
Depuis la fin du XIXe siècle, la Palestine est la destination d'un flux régulier d'immigrants juifs. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la tension est très vive entre Arabes et Juifs et plusieurs projets d'un partage entre les deux peuples échouent. A la fin du conflit, l'opinion publique mondiale, épouvantée par le génocide, penche en faveur des Juifs, tandis que l'immigration reprend. En 1947, l'ONU opte pour le partage de la Palestine en deux Etats indépendants (Jérusalem passant sous administration internationale) : un Etat juif et un Etat arabe. L'Etat d'Israël est donc proclamé dès la fin du mandat britannique, en 1948. Il est immédiatement reconnu par de nombreux Etats, dont les Etats-Unis et l'URSS. La création d'Israël provoque plusieurs guerres, aboutissant à des conquêtes territoriales par l'Etat hébreux et à un conflit toujours d'actualité.
L'essentiel
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, on juge les criminels responsables du génocide lors du procès de Nuremberg. L'Etat d'Israël est créé par l'ONU en 1947 pour permettre aux rescapés de la Shoah de commencer une nouvelle vie.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents