La seconde révolution industrielle ou la marche vers le progrès - Cours d'Histoire avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La seconde révolution industrielle ou la marche vers le progrès

Objectif : La révolution industrielle évoque une transition capitale dans l’histoire des Nations : celle du passage d’un système économique traditionnel fondé sur l’exploitation de la terre (agriculture) à une économie refaçonnée par la naissance et l’essor de l’industrie. La seconde révolution industrielle amène de nouvelles sources d'énergie mais aussi un nouveau mode de travail.
1. De nouvelles sources d’énergie
La seconde révolution industrielle puise ses racines à la fin du XIXe siècle en Allemagne et aux Etats-Unis. La croissance issue de la première révolution a connu deux crises dont celle de 1929 (Krach boursier aux Etats-Unis). Dans ce contexte, l’essor industriel va se concentrer dans certaines régions reléguant les autres autour de leurs activités traditionnelles. L’électricité, le pétrole, l’essor de l’automobile et les progrès de la chimie vont être les marqueurs de cette nouvelle phase.
a. Des énergies nouvelles : L'éléctricité et le pétrole
L’électricité va être l’objet de recherches poussées qui vont conduire à de nombreuses applications. Ainsi, l’américain Thomas Edison crée en 1879 la lampe à incandescence. Les premières compagnies d’électricité apparaissent avec George Westhinghouse (Etats-Unis) qui fonde la Westhinghouse Electric Corporation en 1886 pour la distribution du courant. Parce qu’elle se transporte, l’électricité va peu à peu entrer dans les foyers (éclairage, appareils), changer la physionomie des villes, permettre l’essor des tramways (traction électrique) et annoncer la décadence de la machine à vapeur (création de moteurs électriques).

Il faut attendre le début du XXe siècle pour que « l’or noir » donne naissance à une nouvelle branche industrielle. Utilisé essentiellement comme source d’énergie, le pétrole va connaître une nouvelle vie suite à une impulsion venu du marché de la consommation : l’augmentation vertigineuse de la demande en carburants liquides lié à la commercialisation du moteur à essence. Le pétrole se positionne comme source d’énergie majeure.
b. De nouveaux modes de transport
D’abord propulsée par la vapeur, l’automobile va sortir de l’âge artisanal grâce à Carl Benz (Allemagne) qui adapte sur un véhicule le moteur à explosion (1886). On assiste alors à diverses recherches qui vont déboucher sur de réels progrès en terme de mécanique tout en permettant à cette branche industrielle d’éclore (création de la firme Citroën en 1919). Cependant, l’automobile est un luxe pour les classes aisées et un loisir pour les plus sportifs d’entre eux. La démocratisation du la voiture s’amorcera avec l’avènement des Trente Glorieuses (1945-1975) et l’apparition d’un marché de masse avec ses petites voitures moins coûteuses.

Enfin, les progrès incontestables de l’aviation et de la chimie clôturent cette grande vague d’innovations. Après les planeurs et les aéroplanes à vapeur, le perfectionnement des avions a lieu au début du XXe siècle. Toutes les grandes nations vont alors en établir le commerce à visée militaire ce qui va alimenter la recherche. C’est en ce sens que l’avion devient une arme nouvelle (Le Victory Program de F. D. Roosevelt accentue sa production.) avant une réelle application civile pour le transport des passagers.
2. La rationalisation du travail, facteur de croissance ?
a. Une croissance démographique et industrielle
Au début du XXe siècle, la volonté d’augmenter le profit pousse les entreprises à accroître leur production et à en baisser les coûts. Tout concourt à favoriser la croissance : l’augmentation de la demande liée à une démographie galopante, les débouchés du marché colonial et le rôle important des investissements effectués par les entreprises. Avec elle, l’industrie gagne des échelons dans les régions conquises et les centres urbains deviennent des lieux clefs parce que riches en main d’œuvre et en réseaux routier et ferroviaire. Si la Grande-Bretagne a été la première à connaître le développement industriel, elle a du céder le pas, à la veille de la Première Guerre mondiale aux Etats-Unis qui figurent désormais en haut de l’affiche.
b. Une nouvelle organisation du travail
Le développement du capitalisme, la naissance des trusts et des conglomérats et surtout la volonté de rationaliser le travail ont donné de l’avance au géant américain. En effet, un nouveau type d’organisation y est né : le taylorisme ou OST (Organisation Scientifique du Travail), méthode qui repose sur la division scientifique du travail en tâches simples et dont le paiement des ouvriers s’effectue au rendement.

A côté de cette méthode mise en place par Frederick Taylor, se fait écho l’organisation de Henri Ford ou fordisme. Celui-ci innove avec le travail à la chaîne dans le but d’accroître la productivité. C’est ainsi qu’il instaure la production en série (En référence, Charlie Chaplin dans son célèbre film Les temps modernes de 1936). Ainsi, les entreprises vont avoir recours à l’OST et au fordisme qui vont révolutionner le monde du travail et de l’entreprise aux Etats-Unis avant d’atteindre l’Europe.
L'essentiel
La seconde révolution industrielle amène une accélération des progrès.Celle-ci amène les entreprises à produire plus tout en diminuant les coûts de production. Cette diminution entraine une réorganisation du travail, le fordisme. La seconde moitié du XXe siècle va encore amener d'autres évolutions, mais aussi une hausse des inégalités.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents