La Russie, un espace inédit et immense - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La Russie, un espace inédit et immense

Objectif : La Fédération de Russie est un état particulier : plus grand pays du monde, il subit des contraintes liées à la fois à son immensité mais aussi à la zone climatique dans laquelle il s’inscrit. Quelles sont ces contraintes ?
1. Un état fédéral immense
Bien qu’ayant perdu du territoire après la fin de l’URSS (24 % environ), la Russie reste le plus vaste état du monde. C’est désormais une fédération de 89 composantes (21 républiques, 49 régions et 6 territoires, 9 districts autonomes, 2 régions en Extrême-Orient et 2 villes autonomes : Moscou et St Pétersbourg). Chacune a ses propres instances avec un gouverneur élu et deux représentants au Conseil de la Fédération (une assemblée législative fédérale). Le contrôle par l’état central est parfois difficile comme le montre l’exemple tchétchène.

Le territoire russe s’étend ainsi sur 11 fuseaux horaires, de la mer Baltique à l’Océan Pacifique, et recouvre 17 millions de km2 (environ 30 fois la superficie française et le double de la Chine). Cette immensité est l’héritage d’une expansion territoriale commencée dès le Moyen-âge, à partir de la région de Moscou (l’Orient russe est ainsi conquis au XVIIe siècle).

La Russie est un pays relativement enclavé : la disparition de l’URSS l’a ainsi privé de nombreuses ouvertures vers l’extérieur. C’est désormais un territoire continental fermé par des barrières montagneuses au Sud et à l’Est et par des mers gelées au Nord. Les débouchés maritimes ne sont plus que des fenêtres étroites sur la Baltique et la mer Noire (les autres mers étant peu praticables).

La carte des reliefs est simple. Dans la moitié Ouest, il s’agit surtout de plaines et plateaux de faible altitude (à l’exception de la coupure des Monts Oural, peu élevés : 1894 m au maximum). A l’est du fleuve Ienisseï, on trouve des hauts plateaux et des chaînes de montagnes ; les communications y sont donc plus difficiles.

La Russie connaît aussi trois grandes zones bioclimatiques et donc trois types de paysages différents, du Nord au Sud :

  • La toundra : soumise au climat polaire l’hiver. Il s’agit surtout de mousses et de lichens (pâturage à rennes).
  • La taïga : c’est une forêt de conifères sur des sols pauvres.
  • La steppe : au contraire de la taïga, il s’agit là d’un sol riche (par le Tchernoziom) et un paysage de prairie.

Pour finir cette présentation du territoire, il faut mentionner les grands fleuves qui se présentent selon un tracé original Nord/Sud. Le plus important, la Léna, coule sur 4400 km (soit 4 fois la Loire, plus long fleuve français).

2. Des contraintes climatiques sévères
Le territoire russe est marqué par l’empreinte du froid. Celle-ci est liée à sa position en latitude (90 % du territoire se trouve au Nord du 50e parallèle). La taille du pays affaiblit grandement les influences océaniques, le climat continental est donc très marqué.

Les amplitudes thermiques sont fortes et de plus en plus importantes vers l’Est. L’hiver y est long et rigoureux (5 mois de températures négatives à Moscou, 8 mois à Irkoutsk en Sibérie). Le printemps bref et le dégel rapide transforment souvent les routes en terrains boueux et impraticables. L’été enfin, est généralement chaud et orageux.

Ces contraintes climatiques limitent l’espace agricole. La S.A.U (Surface Agricole Utile) ne représente que 13 % du territoire. Au Nord, la saison végétative est aussi très réduite (moins de trois mois). Les précipitations irrégulières rendent enfin les récoltes aléatoires.

3. Le poids des distances
Un chiffre rend compte de cette réalité : le pays fait 8000 km de long sur 4600 km de large. Il faut une semaine pour le traverser avec le Transsibérien.
Maîtriser de telles distances est une réelle contrainte. Autant l’Ouest est plutôt bien pourvu en infrastructures de transport, autant l’Est (à l’exception du Transsibérien et du BAM) est mal desservi. Certaines régions (notamment en Sibérie) ne sont desservies que par l’avion.

Les routes sont généralement dans un état médiocre, mal entretenues, démolies par le gel et la raspoutitsa (boue du printemps). Il y a aussi très peu d’autoroutes.
Les chemins de fer ne présentent guère un bilan plus glorieux. Insuffisants, vétustes et souvent surchargés, ils connaissent un fonctionnement chaotique et peu d’entretien.
Les voies d’eau sont elles, pénalisées par les conditions climatiques et restent souvent bloquées plusieurs mois par les glaces.
L’aviation civile, pourtant indispensable, est dans un état précaire (manque d’entretien).

Enfin, la continuité des réseaux est délicate avec les nouvelles frontières. Les oléoducs et les voies ferrées traversent parfois des pays étrangers plus ou moins conciliants.

L’essentiel

La Russie est une fédération avec 89 composantes (21 républiques notamment). C’est le plus vaste état du monde (11 fuseaux horaires, 8000 km de long).
Malgré cette immensité, le territoire russe est relativement enclavé, bloqué au Sud par des reliefs, au Nord par des mers gelées.
Le climat est très rigoureux (2/3 du pays connaît plus de 6 mois d’Hiver) et impose des contraintes fortes.
Les distances rendent difficile la maîtrise du territoire. Les infrastructures sont bien souvent insuffisantes et mal réparties (plus nombreuses à l’Ouest qu’à l’Est).

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents