La Révolution nationale - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La Révolution nationale

Objectif : Persuadé que la défaite de 1940 a des causes morales et politiques, le régime de Vichy entreprend une « Révolution nationale » censée régénérer la France.
Quels en sont ses composantes et objectifs ?

Hostiles au système républicain et à ses valeurs, le maréchal Pétain et ses partisans sont persuadés que la France s'est affaiblie en cédant à « l'esprit de jouissance » pendant le Front Populaire notamment.

La défaite apparaît ainsi à la fois comme un révélateur de cette décadence mais aussi une occasion unique de rebâtir le pays sur « des bases saines ».
C'est tout ce programme politique et moral qui va être appelé « Révolution nationale ». Il substitue ainsi à la devise républicaine : « liberté, égalité, fraternité » un nouveau triptyque : « travail, famille, patrie ».

Affiche de propagande sur la Révolution nationale

On y retrouve beaucoup de thèmes et d'idées de la droite conservatrice, de l'Eglise catholique et de l'extrême droite (celles par exemple de « l'action française » de Charles Maurras, ligue catholique et monarchiste de l'entre-deux-guerres).

C'est une politique réactionnaire qui cherche à revenir sur les acquis de la Révolution française et les évolutions sociales liées à l'industrialisation. Ce n'est pas toutefois un programme fasciste : il n'y a pas de parti unique ni d'embrigadement massif de la jeunesse.

1. « Travail »
Vichy repense le travail en l'organisant autour de corporations (comme sous l'Ancien régime : organisation de patrons et d'ouvriers exerçant le même métier ; les corporations visent à limiter les conflits du travail).

Ce principe est affirmé dans la Charte du Travail de 1941 qui à côté des corporations, institue des ordres pour les professions libérales : médecins, notaires, architectes (ces ordres existent toujours).

Les syndicats sont abolis au profit d'un syndicat unique à l'adhésion obligatoire. La grève est interdite.

Enfin, le travail de la terre est mis en valeur : un des slogans du régime dit que « la terre ne ment pas ». On encourage d'ailleurs ce retour à la terre.

2. « Famille »
La famille est conçue comme un élément fondamental du pays.
La natalité est encouragée et on célèbre les familles nombreuses. Des allocations familiales sont créées dans ce but.
La fête des mères est instituée.

La place de la femme est justement pour Vichy, de rester au foyer pour s'occuper des enfants (la future épouse peut recevoir une allocation si elle s'engage après son mariage à ne pas travailler). Elle doit y être soumise au père de famille, dont l'autorité est affirmée.

Le divorce est limité (pas avant trois ans de mariage) et l'avortement très sévèrement puni par la loi (une avorteuse est condamnée à mort).

3. « Patrie »
Pétain veut remettre le culte de la patrie à l'honneur.
Des « chantiers de jeunesse » sont créés dans ce but ; remplaçant le service national, ils doivent permettre sur le modèle du scoutisme, de faire des individus sains et forts physiquement et aimant leur patrie. Ils permettent aussi de diffuser la propagande pétainiste.
Pour les anciens combattants, « la légion française » est instituée. Elle a pour but de propager la Révolution nationale et de lutter contre ceux qui s'y opposent.

L'exaltation de la patrie sous entend aussi la lutte contre ceux que le régime appelle « l'anti-France » : Juifs, franc-maçons, communistes, résistants.

Dès octobre 1940, un statut des Juifs est mis en place. Ils sont exclus des fonctions publiques, leur nombre est limité à l'université, dans le commerce, les spectacles. Il s'agit d'une initiative française sans une réelle demande allemande. Les Juifs étrangers sont internés ; les Juifs français vont subir des rafles régulières, comme celle du « Vel' d'hiv » en juillet 42 à Paris (13 000 Juifs sont arrêtés, transférés à Drancy et livrés aux Allemands). Cette fois-ci, le projet est allemand mais Vichy l'a soutenu et a prêté sa police pour son exécution.

Des hommes politiques éminents qui furent au pouvoir dans les années 30 (Blum, Mandel, Daladier, Reynaud) sont aussi arrêtés et jugés lors d'un procès à Riom.

Ce programme de Révolution nationale n'a jamais cependant suscité d'adhésion populaire. Si la popularité du maréchal Pétain est très forte en 40, les idées propagées paraissent suspectes, excessives ou dictées par les Allemands.
Dès 1941, le régime de Vichy doit renoncer à son ambitieux projet et se contenter d'exercer une répression accrue alors que les Français choisissent massivement l'attentisme.

L'essentiel

Sitôt parvenu au pouvoir, le maréchal Pétain met en place ce qu'il appelle « la Révolution nationale », un programme pour « régénérer la France » après la défaite, qu'il explique par une certaine décadence et un relâchement du pays.
Basé sur les mots d'ordre « travail, famille, patrie », c'est en fait un programme réactionnaire très marqué par des idées conservatrices et d'extrême droite (dont un fort antisémitisme).
Les Français y adhèrent très peu malgré la popularité de Pétain.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents