La Révolution d'Octobre - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La Révolution d'Octobre

Objectif : La révolution de février 1917 avait donné le pouvoir à un gouvernement provisoire dont les membres étaient surtout issus de la bourgeoisie.
La situation à l'automne était cependant délicate : désertion massive des troupes toujours en guerre contre l'Allemagne, agitation dans les villes et dans les campagnes. Pour les bolcheviks (et surtout pour Lénine), la Russie semblait mûre pour une nouvelle révolution leur permettant d'accéder au pouvoir.
Contrairement à la spontanéité de la première révolution, celle-ci ressemble davantage au coup d'état d'un groupe politique minoritaire.
1. Une situation trouble dans l'automne 1917
Remarque : à l'époque, la Russie utilise le calendrier julien (et non pas grégorien comme dans le reste de l'Europe avec 12 jours de différence entre eux deux). Ce qui explique que « la révolution d'octobre » a en fait lieu le 6 novembre. Les dates données ici respectent le calendrier russe de 1917.
a. Les revers militaires
Le gouvernement provisoire de Kerenski avait décidé de poursuivre la guerre contre l'Allemagne, ce qui le rendait impopulaire. Les défaites des troupes russes ainsi que les désertions massives de milliers de soldats n'arrangent rien à la situation.
En juin 1917, le gouvernement lance une grande offensive en Galicie. Celle-ci est rapidement écrasée par les troupes allemandes. Ce dernier échec rend l'armée russe de plus en plus incontrôlable.

Le général Kornilov tente un putsch en septembre 1917. C'est l'homme de l'armée, républicain et soucieux de l'ordre. Face à ce danger, Kerenski doit réarmer les forces révolutionnaires, en particulier celle des milices bolcheviques qui avaient été désarmées en juillet. Leur victoire sur Kornilov leur assure le statut de sauveurs de la Révolution.

b. Les oppositions politiques
Dès l'été 1917, le gouvernement provisoire est de plus en plus contesté. Il perd progressivement la faveur des classes moyennes (pourtant son principal soutien) à cause du désordre régnant dans le pays. Il doit de plus affronter des contestations à sa droite (les tenants de l'ancien régime) et à sa gauche (les bolcheviks).

En juillet, les bolcheviks organisent des émeutes contre ce pouvoir. Celles-ci sont rapidement réprimées mais les idées des bolcheviks, pourtant groupe très minoritaire, commencent à se diffuser largement, surtout au sein des soviets.

En septembre, ils deviennent majoritaires au soviet de Petrograd (la capitale), désormais présidé par Trotski, ainsi que dans la plupart des soviets des grands centres urbains. Alors qu'en juillet, ils devaient se cacher (Lénine était parti en Finlande), ils apparaissent désormais au grand jour et n'hésitent plus à contester ouvertement la politique du gouvernement provisoire.

c. Le désordre civil
Dans le pays, la situation devient de plus en plus ingérable.
Le désordre est général surtout dans les campagnes où les paysans se partagent les terres des grands domaines. Les occupations d'usines se multiplient. L'inflation devient très préoccupante.

Le gouvernement n'arrive plus à établir son autorité. Pour Lénine, « la crise est mûre » et c'est le moment d'envisager une seconde révolution donnant le pouvoir aux bolcheviks. Cela correspond en fait au schéma marxiste d'une révolution en deux temps : d'abord une révolution « bourgeoise » qui correspondrait à celle de février 1917 avant une révolution des prolétaires que Lénine souhaite en octobre.

2. Le coup d'état des Bolcheviks
a. Une insurrection minutieusement préparée
Souhaitant accélérer les choses, Lénine rentre en Russie et encourage le Comité central du parti bolchevik à tenter une prise du pouvoir. Le plan est réalisé avec Trotski et organisé avec soin.

L'objectif est d'abattre le gouvernement provisoire qualifié de « bourgeois » pour instaurer la « dictature du prolétariat » prônée par Marx.
Les militants bolcheviks sont peu nombreux mais très actifs et volontaires. Ils réussissent à rallier les soldats de la garnison de Petrograd ainsi que les marins de Cronstadt (principal port militaire à proximité de la capitale). Leurs slogans : « paix immédiate », « la terre aux paysans », « tout le pouvoir aux Soviets » basés sur les Thèses d'avril de Lénine, sont très populaires parmi ces troupes.

La date de l'insurrection est établie au 25 octobre, jour de l'ouverture des Congrès des Soviets de toute la Russie, qui sera donc mis devant le fait accompli. Lénine et Trotski appuient cette initiative alors que Kamenev et Zinoviev, deux autres dirigeants bolcheviques majeurs, y sont opposés craignant une défaite.

b. La prise du pouvoir
soldats et des marins contrôlent les principaux points de la ville (ponts, gares, bureaux de poste etc.) sans affronter de résistance (pas une seule victime n'est à déplorer).

Le lendemain, le palais d'hiver (siège du gouvernement provisoire) est attaqué. Le croiseur « l'aurore » lui tire dessus depuis la Neva (où il est amarré). Kerenski s'enfuit et part en exil. Plusieurs ministres sont arrêtés.

Comme prévu, les Bolcheviks font légitimer leur coup de force par le congrès des Soviets où ils sont majoritaires. Celui-ci désigne un conseil des commissaires du peuple avec Lénine à sa tête.

c. Les premières mesures
Très rapidement, Lénine installe sa dictature. Il dirige par décrets. La presse est étouffée tout comme l'opposition (les socialistes révolutionnaires, ou S.R, dernière force d'opposition aux Bolcheviks sont pourchassés en avril 1918). La police politique (Tcheka) est instituée le 26 novembre. L'abolition de la propriété foncière est instituée.

Dès le 13 novembre, des pourparlers sont engagés avec l'Allemagne pour parvenir à une paix. Un autre décret offre aux nationalités de Russie la possibilité d'obtenir leur indépendance.

L'assemblée constituante élue librement pendant le précédent gouvernement, et dans laquelle les Bolcheviks sont minoritaires, est dissoute le jour même de sa réunion le 5 janvier 1918. Lénine a atteint ses objectifs et avec les Bolcheviks, il est désormais maître de la Russie.

L'essentiel

La situation politique et économique de la Russie, sous le gouvernement provisoire, est mauvaise : la guerre est impopulaire et l'armée connaît défaites, désertions et mutineries ; l'économie est déstabilisée par l'anarchie du pays.
Ce contexte difficile favorise la montée d'un groupe politique minoritaire : les Bolcheviks qui diffusent leurs idées.
Leur chef, Lénine, s'appuyant sur les troupes de la capitale Petrograd, planifie et déclenche une « révolution » qui est en fait un coup d'Etat. Elle a lieu entre le 24 et le 25 octobre 1917.
Le gouvernement provisoire est déposé et la dictature de Lénine (et des Bolcheviks) s'installe.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents