La procréation médicalement assistée - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La procréation médicalement assistée

Objectif
Aujourd'hui, lorsque les causes de la stérilité d'un couple sont déterminées, il est possible de leur proposer différentes techniques de procréation médicalement assistée (PMA).
Quelles sont les techniques permettant la procréation médicalement assistée ?
1. Les techniques de la PMA
a. La stimulation ovarienne

La stimulation ovarienne est obligatoire pour une femme devant subir une insémination artificielle ou une fécondation in vitro. Elle se fait en trois étapes :
– blocage de la production hormonale par l’hypophyse afin de contrôler le cycle de la femme ;
– stimulation directe des ovaires par injection de gonadotrophines ce qui permet le développement d’un ou plusieurs follicules ;
– déclenchement de l’ovulation par injection de hCG (gonadotrophine chorionique humaine).

b. L'insémination artificielle
L’insémination artificielle est réalisée dans les 24 heures qui suivent le déclenchement de l’ovulation. Le médecin procède à l’injection directe des spermatozoïdes dans la cavité utérine. Dans le cas d’une stérilité d’origine masculine, les spermatozoïdes peuvent être triés in vitro afin de n’injecter que les plus vifs et normaux.
c. La FIVETE
FIVETE correspond aux initiales de Fécondation In Vitro Et Transfert d'Embryon.
Le médecin réalise une ponction ovocytaire dans les 24 heures qui suivent le déclenchement de l’ovulation. Puis, les ovocytes sont mis en présence des spermatozoïdes du père in vitro. Lorsque la fécondation a eu lieu, plusieurs embryons se développent. C’est au stade 4 cellules qu’ils sont implantés dans l’utérus de la mère.
Cette technique aboutit le plus souvent à des grossesses multiples.
d. L'ICSI

ICSI sont les initiales de Injection Intracytoplasmique de Spermatozoïdes.
Cette technique récente permet de répondre à un problème de stérilité masculine.
Comme pour la FIVETE, la femme subit une stimulation ovarienne, puis une ponction ovocytaire, alors que les spermatozoïdes du père sont prélevés et triés. La fécondation est obtenue in vitro par injection du spermatozoïde dépourvu de son flagelle directement dans l’ovocyte. Les embryons obtenus sont ensuite réintroduits dans l’utérus de la femme.

2. L'éthique et la PMA
a. Le recours au donneur

Dans certains cas, l’un des parents ne peut produire de gamètes. Il est possible pour ces couples de faire appel à des dons de sperme ou d’ovocytes. Ces dons sont anonymes et gratuits. Il est même possible d’obtenir des dons d’embryons.
Ces pratiques posent évidemment des problèmes d’ordre éthique : sélection du donneur ou de l’embryon sur critères physiques ou intellectuels, commerce d’ovocytes ou d’embryons, risque d’eugénisme, insémination post-mortem, …
Comme pour l’adoption, les parents doivent se demander s'ils révèleront ou non la vérité à l’enfant qui pourrait alors vouloir retrouver son ou ses parents biologiques.

b. La reconnaissance de l'enfant

La filiation maternelle est fondée sur l’accouchement ; la mère est celle qui accouche. Par contre, le père est reconnu légalement comme tel uniquement lorsque le sperme qui a servi à la conception est le sien. Dans tous les autres cas (don de sperme, don d’embryon), il peut obtenir un désaveu de paternité devant la justice. La procréation faisant appel à un don d’embryon est considérée comme équivalente à une adoption.
Toutes les pratiques de PMA décrites précédemment sont légales en France, mais le don d’ovocytes et le don d’embryons sont soumis à des restrictions. Seule la maternité de substitution (ou mères porteuses) est interdite en France.

c. Les embryons surnuméraires

Le problème aujourd’hui se pose du devenir des embryons surnuméraires obtenus après fécondation in vitro et non réimplantés chez la mère. Ces embryons sont conservés congelés en vue, ou non, d'un projet parental. Ils peuvent faire l’objet de recherches, mais elles sont strictement réglementées en France. Il existe un risque évident de trafic possible d’embryons.

L'essentiel

Aujourd’hui, le développement des méthodes de procréation médicalement assistée permet à des couples stériles d’avoir des enfants. Elles permettent aussi à des couples présentant un risque élevé de transmettre une maladie génétique grave et incurable d’avoir un enfant non malade. Dans ce cas, on pratique une FIVETE avec un diagnostic préimplantatoire afin de n’implanter dans l’utérus de la mère que les embryons sains.
Toutefois, l’utilisation de ces méthodes soulève des problèmes éthiques importants et doit être encadrée par des lois.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents