La force d’une économie diversifiée et ouverte sur le monde - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La force d’une économie diversifiée et ouverte sur le monde

1. Un espace économique internationalisé
a. Le marché intérieur et son extension nord-américaine dans le cadre de l’ALENA
Les Etats-Unis ont organisé leur espace économique sur la base d’un marché intérieur solide, de près de 270 millions de consommateurs. L’espace économique des Etats-Unis est fortement « nord-américanisé ». Les productions et les échanges intérieurs sont dynamisés par la structure de production industrielle et la recherche-développement. Des logiques d’interface se sont développées depuis plusieurs décennies avec le Canada (Sud de l’Ontario et région des Grands Lacs ; à l’ouest avec l’axe Seattle-Vancouver) et avec le Mexique (maquiladoras). Ces interfaces productives confèrent une base très utile à l’économie américaine qui bénéficie largement des accords de libre-échange établis dans le cadre de l’ALENA (Accord de Libre-Echange Nord-Américain) qui associe le pays au Mexique et au Canada depuis 1993.
b. Les « partenaires » hors Amérique du Nord
Les Etats-Unis assurent des échanges économiques avec la plupart des ensembles continentaux, notamment avec le Japon et les NPI d’Asie, plus récemment avec la Chine, l’Union européenne, les pays producteurs de pétrole (Arabie Saoudite, Koweït) et les pays du Moyen-Orient (Turquie, Israël, Egypte).
Sous la présidence de Clinton, une véritable « diplomatie du négoce » est mise en place. Le gouvernement américain soutient directement la politique d’exportation par des dispositifs d’aide (en Afrique), des mesures de luttes commerciales et des pressions économiques (contre la pratique européenne des subventions agricoles) et la multiplication des accords commerciaux bilatéraux.
2. Diversité et dynamisme des activités
a. Une forte production comme fondement de la richesse
Première puissance économique à l’échelle internationale, le PNB (Produit National Brut) dépasse les 7 200 milliards de $ en 1995. Le revenu brut par habitant est l’un des plus élevé au monde avec 27 500 $ par habitant. Les zones de productions industrielles, agricoles, la haute technologie, la recherche et l’aérospatiale représentent des secteurs particulièrement dynamiques. L’économie américaine assure la majeure partie de la production mondiale dans de nombreux secteurs : production de maïs (38 %), espace (85 %), informatique (58 %), semi-conducteurs (44 %), biotechnologies (47 %)…
b. La prééminence des secteurs des services et de la haute technologie
Le secteur d’activité tertiaire concentre le plus grand nombre d’emplois (75 %). Les parcs de recherche se développent dans tous les pays. Les plus célèbres (Silicon Valley en Californie, Route 128 dans le Massachusetts) sont désormais renforcés par des parcs très actifs dans la recherche informatique et la haute technologie (Silicon Hills au Texas, Research Triangle en Caroline du Nord…).
3. Une économie appuyée sur des structures concentrées et sur le capitalisme
a. Une logique de concentration renforcée dans les dix dernières années
La décennie 1990 a montré la forte capacité d’adaptation de l’économie américaine aux évolutions du marché.
Les entreprises industrielles et technologiques ont été amenées à renforcer leur concentration. Des accords de coopérations ou des fusions à l’échelle internationale ont permis la constitution d’entreprises puissantes dans tous les secteurs, leur permettant de renforcer la souplesse de production, les économies d’échelles, la présence sur un nombre plus élevé de marchés. Quelques exemples sont significatifs : création de puissantes coopérations dans l’aéronautique (Boeing–MacDonnell Douglas), dans l’électronique (IBM-Toshiba-Siemens) ou dans l’automobile (General Motors-Toyota) entre d’anciens concurrents.
b. Une adaptation de l’outil de production qui transforme l’emploi
Afin de relancer la production et de diminuer les dépenses structurelles, les entreprises ont adopté des stratégies diversifiées : licenciements (réduire la masse salariale), perfectionnement du système de production (pour intensifier la productivité), destruction des sites industriels peu performants ou obsolètes, délocalisation des unités de production (dans les périphéries américaines ou à l’étranger), adaptation des produits à des marchés encore peu atteints par les productions américaines (automobiles). Ces adaptations n’ont pas véritablement accru le chômage (5 % en 1997) ; mais le travail précaire, la baisse des salaires et le travail à temps partiel affectent une part plus grande de la population active.
L’essentiel

L’économie américaine a montré sa grande capacité d’adaptation lors de la dernière décennie. La recomposition de l’appareil de production industriel, les délocalisations, les fusions d’entreprises et la coopération avec des entreprises américaines ou étrangères puissantes ont contribué à réorganiser l’économie américaine. L’ALENA et les accords commerciaux bilatéraux contribuent à multiplier les marchés au service d’une économie américaine qui pratique un commerce agressif, contestant parfois jusqu’à la légitimité des règles édictées dans d’autres aires économiques (PAC).

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents