La diffusion du texte - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La diffusion du texte

Objectif : connaître tous les éléments se rattachant aux objets d'étude de l'année.
1. Le travail de l'éditeur
a. Du manuscrit à la fabrication du livre
Parmi les manuscrits qui lui sont envoyés, l'éditeur choisit ceux qu'il va diffuser. Très peu d'entre eux sont sélectionnés. En effet, hormis les œuvres de fiction (qui représentent une infime partie de la production), la majorité des manuscrits édités sont le fait d'une commande de la part de l'éditeur auprès d'un ou plusieurs auteurs.
L'éditeur travaille avec l'auteur pour que celui-ci rédige un texte qui soit le meilleur possible et qui corresponde à la ligne éditoriale de telle collection de la maison. L'auteur est ainsi amené à corriger son texte, à le réécrire, à le modifier suivant le projet littéraire et les attentes des lecteurs.

Après différentes étapes, le manuscrit est transformé en objet « livre » qui est alors vendu aux lecteurs. Pour y parvenir, la maison d'édition collabore avec un certain nombre d'intervenants extérieurs (ou non) : maquettistes, illustrateurs, correcteurs, compositeurs, photograveurs, imprimeurs, relieurs, etc.

b. La mise en vente
L'éditeur confie à une équipe commerciale la charge de faire connaître le livre auprès des différents revendeurs possibles. Il est impératif de vendre un nombre donné d'exemplaires pour que les investissements soient productifs et que le livre soit rentable.
En effet, la maison d'édition est une entreprise comme une autre qui doit dégager des bénéfices pour pouvoir continuer à faire connaître de nouveaux talents, à produire de nouvelles collections, quelle que soit sa spécialité – romans, livres de jeunesse, manuels scolaires, livres pratiques, etc.
Or, si un livre ne se vend pas, les exemplaires restants sont rendus à l'éditeur qui n'a plus qu'à les détruire ou à les solder.
c. La promotion
Dans le but d'augmenter les ventes de livres, certains auteurs (dans le domaine de la littérature) sont soumis à des opérations de promotion. C'est pourquoi on voit souvent dans les émissions télévisées des auteurs qui viennent parler de leur dernière création et l'expliquer au public. Mais ces auteurs donnent aussi des interviews à de grands quotidiens ou à des magazines. On les rencontre également dans les salons du livre ou dans les manifestations culturelles locales (comme le salon de la littérature insulaire, par exemple).
2. Le circuit de distribution
Où que l'on achète son exemplaire, un livre coûte sensiblement le même prix puisque la loi Lang, en vigueur depuis août 1981, institue le prix unique du livre (prix fixé par l'éditeur), empêchant de pratiquer une remise supérieure à 5 %.
a. La vente directe
Lorsqu'une personne souhaite se procurer un livre, elle peut l'acheter directement dans différents endroits. Chaque lieu a sa spécificité en fonction du public qu'il envisage d'accueillir.

La librairie est le lieu traditionnel de la vente d'ouvrages imprimés. Mais, comme beaucoup de commerces indépendants, elle souffre parfois du désintérêt du public pour les centres-villes. Le client y trouve un conseil et une écoute qui lui permettent d'acheter ce qui lui convient le mieux.

En parallèle, le lecteur peut acheter son livre dans un magasin spécialisé, qui regroupe d'autres supports culturels comme le disque, la vidéo, etc. Le conseil est également présent dans ce type de commerce, mais il est plus succinct compte tenu de l'affluence de la clientèle.

Enfin, le lecteur peut se rendre dans une grande surface, où il trouve le livre au même titre que tout autre bien de consommation.
D'autres lieux comme les gares ou les aéroports contribuent à distribuer le livre au plus grand nombre.

b. La vente par correspondance
Il est possible de se procurer un ouvrage sans sortir de chez soi, grâce à la vente par correspondance. Les maisons d'édition et les clubs de livres diffusent des catalogues dans lesquels il suffit de faire son choix.
c. Le prêt
On peut aussi avoir accès aux livres sans les acheter, en s'inscrivant dans une bibliothèque, où les livres sont prêtés gratuitement. On a, d'un côté, les bibliothèques nationales et universitaires qui sont destinées aux étudiants et aux chercheurs ; de l'autre, les bibliothèques municipales qui ont davantage une vocation de « vulgarisation » du livre puisqu'elles sont ouvertes à tous.
Un débat agite actuellement le monde de l'édition pour rendre (ou non) le prêt payant, ce qui contribuerait à compenser le manque à gagner qu'il génère.
3. Les nouvelles technologies
a. Le cédérom
Ce support récent (né vers 1980) peut contenir des bases de données de toute sorte et permet d'associer texte, image fixe, vidéo et son. Il est employé comme support des applications multimédias et s'est ainsi posé comme un concurrent direct de certains types d'ouvrages. Le roman n'est pas concerné, mais les encyclopédies et les dictionnaires ont dû évoluer et éditer leur contenu sur CD pour continuer à se vendre et à être consultés par les clients. Ces derniers ont rapidement pu profiter du gain de place et d'information qu'il procure.
b. L'internet
Ce réseau télématique international, ouvert au grand public vers 1990, est un moyen efficace pour toucher de nombreux lecteurs. Il offre une multitude de données (au moins les mêmes que celles des cédéroms) aux internautes. Ainsi peut-on trouver d'innombrables textes et documents en ligne, souvent en consultation gratuite. Cependant, la diffusion des textes sur l'internet est un moyen de contourner la censure, n'importe qui pouvant créer son propre site.
En outre, plusieurs entreprises spécialisées, de même que certains grands magasins, organisent leur système de vente par correspondance « en ligne ».
c. Le e-book
Inimaginable il y a quelques années, le livre électronique (ou numérique) est arrivé à la fin du XXe siècle. Sous forme d'un gros livre de poche, il permet de télécharger des textes, de les mémoriser et de prendre des notes en les lisant.
Mais le cas des œuvres qui ne sont pas dans le domaine public (c'est-à-dire qui peuvent être exploitées sans payer de droits d'auteur) n'est pas encore envisagé. En revanche, cette nouvelle forme de distribution de l'édition pourrait favoriser la diffusion de certains livres anciens ou rares.
L'essentiel

Aujourd'hui, il est possible de diffuser un texte par de nombreux moyens. Le plus classique, et peut-être encore le plus efficace, reste l'édition d'un livre imprimé. Mais cette solution est concurrencée par l'arrivée de nouvelles technologies comme le multimédia et l'internet.

1

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents