La décoction et la décantation - Maxicours

La décoction et la décantation

Objectif : Une plante, comme l’anis étoilée, doit subir une multitude d’opérations afin d’être utilisée dans des boissons anisées : il faut d’abord pouvoir en extraire l’arôme.
Quel est alors l’intérêt d’un chauffage dans l’eau bouillante ?
Lors de l’extraction par un solvant, pourquoi faut-il réaliser une décantation ?
1. Principe de la décoction

La décoction consiste à verser une substance dans un solvant bouillant pour en extraire l’huile essentielle ; c’est-à-dire un mélange de substances volatiles dont l’espèce majoritaire est appelé principe actif.

Exemple : Dans la vanille, le principe actif est la vanilline.
 
La décoction ne doit pas être confondue avec l'infusion (où on verse le solvant chaud sur la substance, on laisse ensuite reposer quelques minutes) ni avec la macération (où on verse un solvant à chaud ou à froid et on laisse reposer plusieurs heures, plusieurs jours voire plusieurs mois).
Ici, le solvant, bouillant en continu, permet de faire éclater en quantité les alvéoles des plantes qui contiennent le principe actif.

Cette technique est plus complète que l’infusion, mais elle présente l’inconvénient de ne pouvoir être appliquée aux substances qui se dégradent à la chaleur.
Le chauffage, dit à reflux, peut durer de plusieurs minutes à plusieurs heures. L’intérêt du condenseur (ou réfrigérant) est d’éviter la perte de matière : les substances volatiles s’élèvent avec la chaleur mais sont immédiatement condensées grâce au réfrigérant et retombent dans le mélange réactionnel.


Exemple : La décoction de peaux d’agrumes (oranges, citrons….) dans l’eau permet d’extraire le limonène (densité d=0,84 ) peu soluble à l’eau . Il faut bien entendu filtrer le mélange solide-liquide pour pouvoir récupérer le liquide issue de la décoction.
2. Principe de la décantation
La décantation consiste à laisser reposer pendant une certaine durée, un mélange hétérogène de manière à ce que les espèces non miscibles se séparent lentement.
En classe de seconde, on se retrouve en général avec deux phases :

• l’une appelée aqueuse, car elle contient l’eau et d’autres espèces
• et l’autre appelée organique, qui contient l’huile essentielle que l’on souhaite extraire.

Dans le cas de l’extraction du limonène de la peau d’agrumes (densité d=0,84), on constate l’apparition d’une fine couche huileuse à la surface de l’eau :
 

Bien entendu, la position des deux phases dépend de la densité de la phase organique par rapport à la phase aqueuse.

Lorsque la densité de la phase organique est plus faible que la densité de la phase aqueuse, on peut même ajouter du sel de manière à augmenter davantage la séparation des phases. En effet, le sel se dissout dans la phase aqueuse et augmente sa densité. Cette opération s’appelle un relargage.

L’essentiel

•   La décoction permet d’extraire à l’eau bouillante les arômes d’une substance. Toutefois cette technique ne peut pas être appliquée aux principes actifs qui se dégradent à la chaleur.

•   La décantation peut suivre une décoction lorsque l’huile essentielle ne se mélange pas à l’eau : elle permet de séparer la phase aqueuse et la phase organique qui contient le principe actif extrait.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité