L'ONU et les casques bleus - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'ONU et les casques bleus

1. Mission originelle et moyens limités jusqu'en 1989 du fait de la Guerre froide.
a. Une action bloquée par le condominium.
Condominium : désigne l’ordre mondial mis en place par les deux Grands dans les années 1960-70

L’Organisation des Nations Unies (ONU) est fondée le 24 octobre 1945 par 51 pays décidés à préserver la paix grâce à la coopération internationale et la mise en place d’un sécurité collective.

Actrice dans la décolonisation, l’ONU joue le role de tribune politique pour les leaders du Tiers-Monde. Elle assure leur intégration, une fois l’indépendance obtenue.

Son rôle est particulièrement difficile et limité durant la Guerre froide, du fait de l’opposition constante entre l’URSS et les Etats-Unis. Les deux pays usent et abusent de leur droit de véto au Conseil de Sécurité pour bloquer toute intervention.

Trois exceptions sont notables :
•  La condamnation de l’agression nord-coréenne en 1950, permise par la politique de la « chaise vide » du côté soviétique.
•  L’envoi de casques bleus lors de la crise de Suez.
•  L’admission de la Chine populaire en 1971.
Depuis les années 1970, certains pays demandent à entrer au Conseil de Sécurité sans succès.Le Japon, au nom de sa puissance économique, revendique ainsi un siège.
b. Ses missions traditionnelles restent les mêmes depuis 1945.
Dans le Rapport du millénaire de 2001, ces missions traditionnelles sont réaffirmées par le Secrétaire général Kofi Annan :
•  Prévention des conflits et protection des droits de l’Homme, en assurant une croissance économique solide et équilibrée, en assurant une représentation équitable de tous les groupes éthniques ou religieux.

•  Renforcement des opérations de maintien de la paix.

•  Travailler au maintien d’un équilibre et d’un ordre mondial par la réduction des armes notamment nucléaires.
c. Moyens dont l’ONU dispose.
Sa mission de maintien ou de consolidation de la paix recouvre une forme militaire (40.000 « casques bleus »), mais aussi civile et humanitaire. « Casques bleus » est le nom donné à la force militaire d’interposition des Nations Unies.
2. Intensification et diversification des opérations de maintien de la paix depuis 1991
a. La fin de la guerre froide permet à L’ONU de réaffirmer son rôle.
Avec la fin de la Guerre froide, l’action du Conseil de Sécurité cesse d’être paralysée par le droit de véto des deux Grands.Un nouvel ordre mondial semble pouvoir se mettre en place, fondé sur le droit. A ce titre, le Secrétaire général Boutros Boutros Ghali propose, en juillet 1992, un « agenda pour la paix » espérant ainsi renouer avec l’espoir d’une sécurité collectiveprincipe régissant les relations internationales et où les conflits seraient évités ou réglés dans le cadre de l’ONU).

Depuis 1990, elle est intervenue dans plus de conflits régionaux qu’elle ne l’avait fait au cours des 45 premières années de son existence.

A partir de 1989, ses interventions sont mutiples :
•  Elle intervient dans des conflits interétatiques, mais aussi dans des guerres civiles. Elle peut alors jouer un rôle de protection. Par exemple, la résolution 1244 fait du Kosovo une « province de Yougoslavie » sous protection de l’ONU. Le continent où elle intervient le plus est l’Afrique en proie aux guerres civiles (10 des 23 interventions depuis 1989).

•  Après l’attaque du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center, elle dénonce le terrorisme international comme ennemi à combattre.

•  Elle rétablit la légalité internationale. La guerre du Golfe, en 1990-1991, est emblématique de ce retour de l’ONU sur la scène internationale et lui permet de réaffirmer son rôle (résolution 660). L’URSS deGorbatchev, ancien allié traditionnel de Saddam Hussein, laisse les Américains faire voter une résolution autorisant le recours à la force pour faire respecter l’intégrité du Koweit.

•  Elle rétablit la légalité interne dans des Etats faibles. A Haiti, en 1994, le Conseil de Sécurité autorise les Etats-Unis à intervenir pour chasser du pouvoir les militaires qui ont renversé le président Aristide, démocratiquement élu. En Afghanistan où elle vote l’envoi d’une Force Internationale d’Assistance à la Sécurité (ISAF composée de soldats originaires de 28 pays

•  Elle organise des actions humanitaires régies par le droit d’ingérence. En effet, en 1988, elle reconnait le droit d’assistance humanitaire aux victimes de situations d’urgence. Des interventions sont organisées sous mandat de l’ONU à plusieurs reprises : en Somalie (opération Restore Hope en 1992-1995) ou auprès des kurdes irakiens (opération Provide Comfort).
b. L’ONU, un outil de la nouvelle gouvernance mondiale.
La mondialisation nécessite des régulations à l’échelle planétaire et des organisations internationales (comme elle) capables de faire prévaloir l’intêret collectif sur l’intêret des états. Ainsi, en 1993, elle crée un Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie et en 1994, un tribunal pour le Rwanda. Arrêté en 1991, transféré à La Haye, le Président yougoslave Slobodan Milosévic est traduit devant la Cour. D’autres arrestations suivent.

Elle joue un rôle nouveau en étant un forum international indispensable pour gérer les enjeux planétaires (environnement, pauvreté, droits de l’homme, ...).
c. Des limites non négligeables à son action.
Refus du multilatéralisme et tentative de marginalisation des Nations Unies.

• Les Etats-Unis cherchent à marginaliser son rôle. Sous l’administration Clinton (1996), elle est victime d’une offensive visant à décridibiliser son action. Le Président américain fait pression pour que le mandat du Secrétaire général, Boutros Boutros-Ghali, qu’il juge trop indépendant, ne soit pas renouvelé. En septembre 2003, Georges W. Bush relance les attaques, en évoquant le spectre de la Sociétés des Nations (SDN), qui dans les années 1930 avait échoué à empêcher la Seconde Guerre mondiale.

•  Elle n’a pu éviter que se constitue un « groupe de contact » constitué des Etats-Unis, de la Russie, de la France, du Royaume-Uni et de l’Allemagne pour trouver une solution aux crises de l’ex-Yougoslavie.

•  Elle ne parvient pas à faire contrepoids à un « concert de puissances » et abandonne soit aux Etats-Unis, soit à l’OTAN ou à une coalition d’Etats, le règlement des conflits (ex. Accords de Dayton pour l’ex-Yougoslavie). La seconde guerre en Irak, en 2003, est révélatrice de cette mise à l’écart. La décision d’attaquer l’Irak, accusé de posséder des armes de destruction massive et de soutenir le terrorisme islamiste, est prise malgré les fortes oppositions de nombreux pays et sans l’aval de l’ONU.

•  Souvent accusée d’impuissance, elle est soumise aux intérêts particuliers de certains états, comme c’est le cas dans la mise en place d’une « feuille de route » en Israël/Palestine.

De nouveaux champs d’action contestés.

•  En 2002, lors de la création de la Cour Pénale Internationale  pour juger les individus coupables de crimes contre l’humanité, ni les Etats-Unis, ni la Chine, ni les Etats du Proche-Orient ne reconnaissent son autorité.

•  Elle se heurte à la difficulté de faire appliquer son droit d’ingérence systématiquement faute de moyens militaires suffisants. Son action s’avère totalement inefficace dans certains cas. Par exemple, elle n’est pas parvenue à empêcher le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda en 1994 (800 000 victimes et 2 millions de réfugiés).

Des moyens réfusés.

•  Son action est remise en cause par la crise budgétaire, depuis que les pays contributeurs, au premier rang desquels les Etats-Unis, refusent de payer leur quote-part. L’ONU est au bord de la faillite.

•  Elle n’a pas d’armée permanente et les missions des casques bleus hésitent souvent entre interposition et coercition. Leur action s’en trouve alors paralysée comme en Bosnie où ils ont assisté, impuissants, au massacre de 70 000 civils bosniaques, à Srebrenica, zone placée sous leur protection en 1994.

Même si elle est désormais la cible d’attentats (comble pour un organisme de paix) comme à Bagdad, en août 2003, son action est reconnue et récompensée lors de la remise du Prix Nobel de la Paix en 1988 aux casques bleus. En 2001, le Prix Nobel de la Paix est décerné à l’ONU et à son secrétaire général, Kofi Annan.

Elle bénéficie également du soutien de l’opinion internationale, comme l’a montré la guerre en Irak de 2003.

L'essentiel

En dépit de ses limites, l’ONU reste « un forum indispensable, dans l’intérêt bien compris de ses 191 membres, pour négocier ou donner un habillage juridique à d’innombrables actes de la vie internationale » . « L’acte de décès des Nations Unies n’est pas prêt d’être signé », selon le Rapport annuel mondial sur le système économique et les stratégies daté 2004.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents