L'internationalisation des marchés financiers - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'internationalisation des marchés financiers

Depuis les années 1990, les marchés financiers ont été libéralisés. Leur rôle accru n'apporte-t-il que des effets positifs?
1. Un processus relativement récent
a. Une libéralisation des échanges de capitaux
Le processus d'internationalisation des marchés financiers est relativement récent puisqu'il date des années 1980. C'est sous l'impulsion des États-Unis et de l'Angleterre (puis de l'Europe et du Japon) que les marchés financiers ont été libéralisés. Ce processus repose sur les principes du libéralisme économique et de la pensée néoclassique qui veulent que, en laissant faire le marché (la loi de l'offre et de la demande), on aboutisse à la meilleure situation économique possible.

Ainsi, l'internationalisation et la libéralisation des marchés doivent permettre une mobilité parfaite des capitaux à travers le monde. Ce processus s'inscrit dans un contexte économique de crise : crise du système monétaire international, crise de la dette des pays en développement, montée régulière du chômage, remise en cause de la pensée keynésienne...

Cette globalisation financière signifie qu'un agent économique peut emprunter ou placer de l'argent où il le souhaite à travers le monde, pour la durée qu'il veut, son objectif étant la recherche de la rentabilité maximale.
b. La règle des trois D
Le processus d'internationalisation se traduit à la fois par trois caractéristiques :

– Un décloisonnement des marchés, c'est-à-dire la suppression des séparations entre les différents marchés des capitaux notamment nationaux.
– Une désintermédiation, c'est-à-dire un accès direct aux marchés des capitaux pour les agents économiques en se passant (théoriquement) des banques.
– Une déréglementation, c'est-à-dire un assouplissement (voire une suppression) des règles de fonctionnement des marchés. Les placements sont donc libres sur toutes les places financières mondiales.

Pourquoi des capitaux s'échangent-ils ainsi chaque jour ?
On peut citer les raisons :

- De transaction : pour régler le montant des produits échangés.
- D'investissement : création ou rachat de filiales à l'étranger, échanges de capitaux entre les filiales et la maison-mère.
- De spéculation: les achats de titres ou de devises sont faits dans le but de faire des plus-values rapides.
2. Des effets contrastés
a. Un meilleur dynamisme pour la croissance économique
Les marchés financiers fonctionnent aujourd'hui 24 heures sur 24, en temps réel et en continu à travers le monde (grâce à l'informatique et au décalage horaire entre les places financières). Leur libéralisation a favorisé une plus grande disponibilité de l'épargne notamment pour les pays en développement. Par exemple, sur le marché des changes, la valeur des échanges quotidiens dépasse les 1 500 milliards de dollars (l'équivalent du PIB annuel de la France). Les mouvements de capitaux à travers le monde sont 50 fois plus importants que le commerce international.

Les agents économiques qui ont un besoin de financement (l'État, les collectivités locales ou les entreprises) peuvent se financer plus facilement et quelques fois à bon compte. Ils peuvent émettre des titres de créances comme des obligations et en déterminer le montant, les intérêts et le terme.
b. Des effets pervers importants
Cependant, la globalisation financière a aussi favorisé une plus grande volatilité des capitaux, développant ainsi la spéculation, c'est-à-dire les mouvements de capitaux à (très) court terme. Cette spéculation est responsable de la formation de bulles spéculatives sur les marchés financiers et lorsqu'elles éclatent on assiste à un krach qui a parfois des répercussions sur l'économie réelle. Ainsi, la spéculation financière sur la dette des ménages américains a conduit à la crise financière de 2008 qui a fortement fait chuter la croissance économique et augmenter le chômage. De plus, cette crise a plongé certains États dans un endettement insupportable mettant en danger des zones entières comme l'UE.

Depuis peu, on peut aussi observer le développement d'un capitalisme actionnarial. En effet, avec l'internationalisation des marchés financiers, une part de plus en plus importante du capital des entreprises est la propriété d'investisseurs qui recherchent la plus grande rentabilité. Ceux-ci n'hésitent pas à revendre leurs participations s'ils peuvent trouver un placement plus rentable. C'est pourquoi les entreprises sont « contraintes » de fournir des taux de profit importants pour conserver leurs actionnaires. Cela peut passer par des délocalisations, des suppressions d'emplois, des restructurations, etc.
L'essentiel
L'internationalisation des marchés financiers a débuté dans les années 1980. La libéralisation des marchés des capitaux a eu des effets contrastés, car si elle facilite l'accès à l'épargne pour les agents ayant des besoins de financement (comme les PED), elle favorise aussi la spéculation et peut conduire à de fortes crises financières qui ont des conséquences économiques et sociales graves.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents