L'État régule l'activité économique - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'État régule l'activité économique

1. Politique économique et intérêt général
a. L'approche keynésienne
J. M. Keynes a démontré que l'action de l'État pouvait être bénéfique en matière économique. Il explique dans la Théorie générale de l'emploi et de la monnaie (1936) que les crises économiques proviennent essentiellement d'une insuffisance de la consommation, à cause de revenus faibles ou d'une faiblesse des investissements. La demande est donc insuffisante pour assurer le plein emploi. Le chômage qui en résulte a bien sûr un aspect dépressif, tant sur l'économie directement, que sur le moral des consommateurs et des producteurs.
 
Doc 1 : John Maynard Keynes (1883-1946), économiste britannique

Il faut alors que l'État intervienne pour inciter les agents économiques à consommer plutôt qu'à épargner. Le gouvernement peut ainsi affecter son budget à des investissements publics ou développer des mesures sociales faisant repartir la consommation des ménages. Cela a pour résultat de relancer l'économie nationale. Depuis lors, les politiques économiques conjoncturelles sont utilisées en vue de réguler l'économie.
b. Les objectifs des politiques de régulation
L'État se fixe principalement 4 objectifs de régulation :

• Le premier concerne la croissance : l'augmentation du PIB est en effet bien souvent synonyme d'amélioration du bien être collectif ;

• Le deuxième a trait au chômage : l'action publique tente de limiter le nombre de chômeurs par des politiques de création d'emplois, de baisse du temps de travail, ou de baisse de charges sociales ;

• Le troisième objectif est de limiter l'inflation. L'inflation a principalement deux effets négatifs : elle limite le pouvoir d'achat des consommateurs, elle dévalorise la monnaie en terme de taux de change ;

• Enfin, le dernier souci de l'État est d'assurer un solde extérieur positif de la balance des transactions courantes : si les exportations sont plus nombreuses que les importations, la croissance nationale sera favorisée.

Ces 4 objectifs sont souvent représentés sous la forme d'un carré magique, ce qui a l'avantage de montrer combien ils sont liés.
2. Les mises en pratique
a. Entre relance et rigueur
Les États ont pendant longtemps alterné politique de stabilisation et politique de relance (ou stop and go). La relance s'appuyait sur des investissements d'État qui favorisaient l'essor de la production et limitaient le chômage mais avaient pour inconvénient d'accentuer le solde négatif de la balance commerciale et les déficits publics.
La stabilisation
imposait ensuite un retour à la rigueur budgétaire : il fallait assainir l'économie et améliorer la compétitivité nationale par une lutte contre l'inflation. Pour ce faire, le contrôle de la masse monétaire passait par une limitation des progressions salariales.

Aujourd'hui, les politiques de régulation sont moins évidentes car l'ouverture croissante des économies sur l'extérieur a réduit l'efficacité de ces politiques. La régulation économique passe désormais aussi par une politique structurelle : par exemple, la loi des 35 heures en France a pour but de créer des emplois avec pour conséquence une augmentation de la masse des revenus distribués et donc, éventuellement, de relancer la consommation.
b. Et aujourd'hui ?
L'intégration européenne change la donne : la politique budgétaire est très largement soumise aux règles européennes interdisant de trop larges déficits publics. À cela s'ajoute le respect du principe de subsidiarité, qui impose aux États membres de déléguer une partie de leurs compétences économiques à l'échelon européen ou à l'échelon régional.

Les marges de manœuvre des États sont donc plus faibles et soumises au contrôle de l'Europe. C'est pourquoi on observe que les politiques de relance ou de soutien sont maintenant ciblées sur les seuls secteurs économiques en difficulté : l'immobilier, l'agriculture, ou autres. Il n'existe plus guère de relance généralisée à l'ensemble de l'économie.
L'essentiel
La régulation économique regroupe l'ensemble des politiques visant à améliorer l'économie d'une nation. Cela passe par le maintien des quatre objectifs que sont la croissance, le plein emploi, un solde extérieur positif et une inflation faible. Les modalités politiques permettant d'atteindre ces objectifs sont complexes, oscillant entre relance keynésienne et stabilisation selon un mode plus libéral. L'autonomie politique des États est désormais faible dans le cadre européen.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents