L'échange à travers l'Histoire - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'échange à travers l'Histoire

1. De l'échange au marché
a.  Les liens de marché
Décrire une histoire du marché est difficile à effectuer, tant les périodes à prendre en compte sont longues et les interprétations nombreuses. Cependant, quelques éléments pratiques et théoriques permettent de comprendre la progression vers la société de marché que nous connaissons.

Dès le Moyen âge, les marchés et foires sont des lieux de rencontres importants où s'échangent les biens importés des alentours. La grande majorité des échanges reste malgré tout circoncise à des relations très locales.

De plus, la production est avant tout l'objet d'une autoconsommation, ce qui ne laisse que peu de produits à négocier. Ce commerce repose principalement sur des échanges stables et relativement égaux entre consommateurs et producteurs. L'ajustement par les prix permet simplement d'équilibrer les besoins de chacun en produits ou en capital. Le lien de marché inclut aussi de fait de nombreux liens sociaux, primordiaux par rapport à l'activité d'échange monétaire.
b. Vers une « économie-monde »
Pour l'historien F. Braudel, le développement du commerce international s'appuie ensuite sur une autre logique. En effet, l'organisation du marché se transforme en capitalisme : l'objectif économique principal devient l'accumulation des richesses.

Afin de rassembler ces richesses, il faut des capitaux croissants et de nouveaux marchés. Les entrepreneurs se lancent alors dans la conquête de nouveaux espaces maritimes pour s'approvisionner ou écouler les productions. Cela se manifeste par l'apogée de certaines cités commerçantes tournées vers l'extérieur : les cités italiennes, Londres et Amsterdam.

On assiste ainsi à la naissance d'une véritable « économie-monde », accroissant les échanges internationaux et la circulation du capital (document 1).
 
Doc 1 : Échange marchand à l'international
2. L'avènement d'un système libéral de marché
a. Le « désencastrement » du marché
Selon K. Polanyi, les faits économiques se « désencastrent » par la suit;e du reste des faits sociaux à partir du 19e siècle, lors de la révolution industrielle.
Dans les sociétés traditionnelles, les actes de production, de consommation et de répartition se faisaient à partir de normes et de valeurs morales ou religieuses (interdiction du prêt à intérêt, répartition de la richesse en fonction des statuts matrimoniaux, etc.).

En revanche, dans les sociétés modernes, la sphère économique a produit ses propres valeurs et ses propres normes de comportement de manière autonome, dissociées notamment du champ politique et social. Le travail devient en particulier une valeur marchande perdant son attrait social, avec l'avènement du salariat généralisé et de la division du travail.

Pour l'auteur de La Grande Transformation, le capitalisme se convertit donc en libéralisme. La croyance en un marché autorégulateur se développe largement, avec son cortège de préceptes associés : la marchandisation de toutes les activités, l'efficacité du laisser-faire ou du libre échange, l'individualisme méthodologique, etc.

De plus, K. Polanyi montre une subordination de l'ordre social aux phénomènes économiques.
b.  Le double mouvement des sociétés
En parallèle de ce désencastrement, les citoyens vont demander une protection sociale pour pallier les défaillances du marché, nous dit K. Polanyi. Les États instituent alors des règles de bon fonctionnement du marché et de répartition des richesses.

Il y a donc véritablement un double mouvement : l'idéologie de marché s'étend puisque la société adopte les principes du laisser-faire et du libre échange. Un contre mouvement affirme la nécessité d'une régulation ou d'un contrôle de cette expansion du marché.
L'essentiel
L'échange marchand s'est développé pour donner naissance à une société de marché, orientée vers des objectifs d'accumulation et de profit. Cette « grande transformation » s'est réalisée sur une longue période, marquée par deux évolutions idéologiques majeures. Tout d'abord, l'idée capitaliste est apparue. Ensuite, le marché s'est progressivement émancipé des autres relations sociales, pour apparaître comme un ordre naturel et autorégulateur.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents