L'approche libérale de la stratification sociale - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'approche libérale de la stratification sociale

1. Une représentation de la société en couches superposées
a. Face aux inégalités et aux différences
Toutes les sociétés sont confrontées aux inégalités et aux différences.

P. Sorokin (1927), définit la stratification comme la « différenciation d'une population en classes hiérarchiques superposées ». La distribution inégale des revenus, du prestige et du pouvoir crée des gradations entre couches supérieures et inférieures. Plus le statut social est élevé, plus la probabilité d'accéder aux ressources importantes de la société est forte.

Ce schéma très général implique déjà une représentation du social :
- les individus peuvent d'une génération à l'autre ou au cours d'une même génération passer d'une couche à l'autre ;
- les strates comportent des degrés et des paliers mais il n'existe pas de véritable discontinuité, de rupture entre elles ;
- l'acceptation des principes de division de la société évite les conflits.

b. La société américaine des années 1940
Au-delà des inégalités et des différences, ces analyses libérales sont particulièrement bien adaptées à la société américaine des années 1940.

Les trois points détaillant la représentation du social indiqués plus haut sont en phase avec l'idée d'une société fluide où les écarts sociaux sont destinés à s'atténuer sous l'effet de la promotion sociale due aux efforts des individus (les self-made men). La sociologie américaine n'a utilisé que tardivement la notion de classe soit parce qu'elle correspond mal aux réalités observables, soit parce que la valorisation de l'individu y fait obstacle.

Selon T. Parsons (1949), le système des hiérarchies dépend du système de valeurs de la société concernée. Les sociétés archaïques privilégient la stabilité alors que la société aux Etats-Unis valorise la capacité d'adaptation. Cela revient à accorder une grande importance aux activités économiques, et par la suite une place de haut rang dans la hiérarchie sociale aux individus considérés comme efficaces et compétents, au premier rang desquels les chefs d'entreprise.
2. La sociologie empirique américaine
a. Ses méthodes
La sociologie empirique, caractérisée par la priorité donnée aux faits dans la construction des savoirs est une tradition américaine qui remonte aux années 1920. Deux approches peuvent être distinguées :

- l'approche macrosociologique et quantitative est par exemple celle de R. Nisbet qui rassemble des faits sur le pouvoir d'achat, le niveau de vie, ou encore la mobilité sociale pour montrer que les classes sociales sont en déclin ;

- l'approche microsociologique et qualitative privilégie les études de terrain. C'est celle de l'école de Chicago et de F. Lloyd Warner qui lance une grande enquête sur la stratification dans une communauté urbaine lors des années 1930. La nécessité d'une connivence avec le terrain observé apparaît lorsqu'il définit les classes comme un groupe dans lequel chacun a accès à l'intimité de l'autre. L'interaction entre les membres de ce groupe passe par des activités informelles comme la danse ou le thé et cela constitue la structure des classes sociales.

b. Ses résultats
Warner (1942 et 1949) veut saisir la manière dont une société conçoit sa propre hiérarchisation. Les membres de la société deviennent des juges de prestige chargés de se classer et de classer les autres.

Cette méthode a le double intérêt de permettre la prise en compte d'une multiplicité de critères de stratification et de placer l'évaluation des hiérarchies à l'intérieur d'un contexte précis. Le modèle de Warner est devenu classique, il distingue trois classes (inférieure, moyenne, supérieure), elles-mêmes subdivisées en supérieur et inférieur, ce qui donne au total six classes allant de l'inférieur-inférieur au supérieur-supérieur.
L'essentiel

La sociologie américaine a présenté une analyse de la société en strates hiérarchisées correspondant assez bien aux faits observés sur le terrain. Toutefois, si la démarche empirique met bien en évidence l'existence d'inégalités et de différences, elle tend à ignorer les ruptures et conflits entre les groupes sociaux et ne propose pas d'explication quant à l'origine des clivages repérés par les enquêtes.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents