Idéal démocratique et mobilité sociale - Cours de SES avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Idéal démocratique et mobilité sociale

1. Les principes d'une mobilité sociale idéale
a. Justice et égalité
Pour Tocqueville (De la démocratie en Amérique, 1835), la démocratie permet l'égalité des conditions. Cela désigne deux phénomènes. L'aspiration à des rapports sociaux égalitaires de la part de la population (la « passion pour l'égalité ») se traduit ainsi par la possibilité pour chacun d'accéder à n'importe quel statut social, quelle que soit son origine. Cela suppose alors une égalité de droit et de fait, permettant qu'un nombre croissant de personnes se rassemble dans une classe moyenne aux conditions d'existence comparables.

Cet idéal de justice sociale se traduit plutôt aujourd'hui par le concept d'équité sociale : les personnes ayant le même talent doivent pouvoir accéder à des positions sociales identiques ; et pour cela, certains membres moins avantagés de la société peuvent être traités différemment et aidés, pourvu que cela soit à leur bénéfice, et au bénéfice de la collectivité toute entière.
b. Les idéaux de la mobilité sociale
Les principes d'égalité et d'équité dans les démocraties supposent une mobilité sociale parfaite : chaque individu doit avoir la possibilité d'exercer une activité correspondant à ses capacités, sans subir le poids de son origine sociale. Pour parvenir à cet état idéal, trois hypothèses doivent être remplies.

Tout d'abord, la société doit limiter les différences de statut, en contrecarrant les mécanismes de classement social. Il s'agit par exemple de restreindre le nombre de niveaux hiérarchiques possibles.
Ensuite, la société doit être fluide, c'est-à-dire avec une mobilité élevée entre les différentes générations et à l'intérieur même d'une génération, et non ressembler à une société de castes immuables.
Enfin, la société doit reconnaître le mérite de chacun, indépendamment de sa naissance. Un vrai système méritocratique doit notamment éclore à l'école, de façon objective, et non servir d'alibi pour justifier des différences sociales préexistantes.
2. La mobilité à l'épreuve des faits
a. La pesanteur sociale
Dans la réalité, la mobilité sociale est cependant assez faible. La reproduction sociale est une observation ancienne : l'inégalité des chances s'observe dès l'école, puis se manifeste dans les tables de mobilité intergénérationnelles. L'ascension sociale est souvent limitée à une mobilité de proximité. La réussite de celui qui n'est parti de rien reste souvent l'exception. À cela s'ajoutent les logiques inégalitaires souhaitées par certains groupes eux-mêmes qui désirent conserver leur statut élevé.

Ainsi, qu'il s'agisse d'une « noblesse d'Etat », d'une élite aristocratique bourgeoise ou d'une élite entrepreneuriale, le projet est toujours de se distinguer, par des capitaux spécifiques (culturels, sociaux ou économiques). Cette distinction permet de maintenir des écarts sociaux importants.
b. Le rôle des pouvoirs publics
Dès lors, la logique de la justice sociale redistributive nécessite l'intervention de l'État, pour corriger ces déterminismes sociaux. En particulier, tant qu'il existe une amélioration de la mobilité sociale, l'État peut avantager les uns, voire désavantager les autres, par des politiques spécifiques. L'État est donc dans son rôle lorsqu'il pratique des discriminations positives. Ces discriminations consistent à avantager certaines personnes plus démunies, pour leur permettre d'accéder à de meilleures positions sociales conformes à leurs capacités réelles.

Aux États-Unis, cette discrimination prend la forme de l'affirmative action, favorisant l'accès des minorités noires ou latinos à certains postes dans l'administration publique. En France, l'idéal égalitaire s'oppose pour l'instant à toute forme de discrimination. Cependant, la situation est sans doute en train d'évoluer, comme en témoigne la récente décision de Sciences-Po d'intégrer sans concours quelques très bons élèves repérés dans des lycées des banlieues de la capitale. Sans cette décision, il est probable que ces élèves n'auraient même pas eu l'idée de postuler à cette école prestigieuse, et n'auraient pas connu une telle ascension.
L'essentiel
L'idéal démocratique égalitaire prescrit une mobilité sociale parfaite, par bien des aspects utopiques. C'est donc à la puissance publique de garantir l'égalité et l'équité d'accès aux différentes positions sociales, éventuellement en organisant des discriminations positives.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents