Faut-il réduire les déficits publics ? - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Faut-il réduire les déficits publics ?

Assainir les finances et réduire les déficits publics a été l'objectif de l'Union européenne au cours de la décennie 1990. Les Etats souhaitant adopter la monnaie unique ont dû satisfaire deux exigences en la matière : 
• limiter les déficits publics (déficit de l'Etat et des administrations publiques) à 3 % du PIB ; 
• limiter le poids de la dette publique à 60 % du PIB.
1. Pourquoi réduire les déficits ?
Pour les libéraux, un déficit public traduit une trop forte intervention de l'Etat dans les affaires économiques donc des dépenses excessives alourdissant les prélèvements obligatoires. Or, des prélèvements excessifs grèvent le revenu des ménages et des entreprises et pénalisent la consommation et l'investissement, donc la croissance et l'emploi.

Par ailleurs, qui dit déficits, dit endettement. Le financement de la dette se fait par l'emprunt. La demande de monnaie de l'Etat et des administrations publiques (organismes de Sécurité sociale) engendre une hausse des taux d'intérêt préjudiciable à la consommation des ménages et à l'investissement des entreprises, donc à leur compétitivité.

D'autre part, les emprunts publics peuvent avoir un effet d'éviction en détournant l'épargne vers le financement des déficits publics au détriment de l'investissement productif.
2. Les risques de la rigueur budgétaire
Pour Keynes, les déficits peuvent être vertueux. En période de crise, le déficit budgétaire se justifie par la nécessité de relancer la demande pour stimuler la croissance et l'emploi.

Depuis une vingtaine d'années, les aides aux entreprises, aux secteurs en difficulté et aux ménages ont permis de stimuler l'activité et d'atténuer les effets de la crise. Sur le plan social, les prestations ont contribué à lutter contre l'exclusion (création du RMI - revenu minimum d'insertion - et de la CMU - couverture maladie universelle -).
Les dépenses publiques ont été source de compétitivité externe en contribuant par les dépenses d'éducation à former une main-d'œuvre compétente et en stimulant la recherche. Au plan européen, l'intervention publique a favorisé la reconversion des régions en difficulté, le rattrapage des pays les moins développés et l'avènement d'une agriculture forte.

Néanmoins, les déficits publics ne peuvent perdurer sans générer des effets pervers. Il est donc souhaitable de profiter de la croissance actuelle pour les résorber sans pour autant pratiquer des politiques de rigueur.

L'essentiel

Il convient de trouver un équilibre entre des dépenses publiques excessives et une nécessaire intervention de l'Etat dans les affaires économiques.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents