Durkheim : nature et formes du lien social - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Durkheim : nature et formes du lien social

Grâce à ses travaux sur la démarche spécifique des sociologues (Les Règles de la méthode sociologique, Le Suicide) et ses nombreuses analyses de la réalité sociale (Les Formes élémentaires de la vie religieuse, De la division du travail social), Emile Durkheim (1858-1917) fonde l'Ecole française de sociologie. Il s'attache notamment à l'étude des liens sociaux entre l'individu, le groupe et la société.
1. Division du travail et solidarité
a. Sociétés mécaniques et organiques
Dans De la division du travail social, Durkheim explique le développement de la coopération sociale par le passage d'une solidarité mécanique à une solidarité organique. La distinction entre les deux types de société se fait notamment par l'étude d'un phénomène objectif : le droit.

Dans les sociétés primitives, les normes coutumières et les règles s'imposent à tous les individus. Le droit est donc avant tout un droit répressif. De la sorte, la personnalité individuelle est subordonnée au groupe, qui gouverne la conscience collective de tout un chacun. Caractéristique des sociétés de faible importance numérique, cette organisation sociale très segmentée produit une solidarité mécanique où l'intégration se fait essentiellement par la ressemblance entre les différents individus, qui poursuivent les mêmes buts collectifs. Cela permet la reproduction et la sauvegarde des valeurs immuables de la collectivité.

A l'inverse, dans les sociétés complexes modernes, la division du travail implique une spécialisation des activités économiques, et un indispensable échange de compétences. Le droit est donc coopératif, fondé sur l'équité et la réparation des préjudices. La diversification des rôles et des statuts engendre par ailleurs la naissance d'une conscience individuelle. La nécessité de la coopération rend l'intégration des individus dans la collectivité aisée : la solidarité y est organique, chaque homme étant économiquement dépendant des autres.
b. Les fondements du lien social
L'intégration sociale et le développement des liens sociaux dépendent essentiellement du volume social de la société (la taille de la population ou encore la densité physique) et de sa densité morale, ce terme signifiant l'intensité des relations entre membres d'une collectivité.

Cette augmentation des rapports sociaux permet de dépasser l'opposition entre conscience collective et individuelle : la division du travail « crée entre les hommes tout un système de droits et de devoirs qui les lient les uns aux autres de manière durable », ce qui permet de vivre dans une communauté de croyances et de sentiments. Dans le même temps, l'émancipation individuelle va intensifier les innovations techniques ou sociales. Ainsi, la division du travail est à l'origine de trois phénomènes : elle crée de la solidarité, elle permet une large cohésion sociale et elle est source du changement social.
2. Les limites de la cohésion sociale
a. Des formes anormales de division du travail
La division du travail peut parfois être vécue comme une contrainte lorsqu'elle ne respecte ni les souhaits ni les aptitudes de chacun. L'ordre social repose alors sur une répartition arbitraire, où la faculté des individus est ignorée, au profit d'une répartition fondée sur l'inégalité des chances. A ce moment, les relations sociales se dégradent, conduisant à un affaiblissement de la solidarité organique. Cette situation développe une crise sociale profonde, car le sentiment d'injustice et d'inégalité est exacerbé.

La division du travail peut aussi conduire à des crises industrielles ou commerciales qui se manifestent par des faillites. Cela témoigne du fait que certaines fonctions sociales ne sont plus aussi bien ajustées les unes aux autres. Enfin, l'antagonisme entre le travail et le capital peut se développer en parallèle de la propagation de la grande industrie.

Ces différents phénomènes conduisent, selon Durkheim, à un affaiblissement de l'intégration de l'individu, brisant les solidarités et les tentatives de régulations sociales.
b. La perspective de l'anomie
Cette baisse d'intégration doublée d'un défaut de régulation sociale par les règles communes s'appelle l'anomie. Les situations anomiques rompent l'équilibre qui existe entre l'individu et la collectivité, un mal de l'infini se développant face au relâchement des normes sociales. Quand la société est incapable d'éviter cette rupture fondamentale, lors des crises économiques par exemple, on observe en particulier une brusque ascension des courbes de suicides. Ces suicides anomiques s'expliquent principalement pour Durkheim par l'absence de limites sociales, la collectivité en crise ne pouvant plus jouer son rôle modérateur et intégrateur.
L'essentiel

Avec le passage d'une solidarité mécanique à une solidarité organique, la forme des liens sociaux évolue. La division du travail et la spécialisation ont finalement pour résultat de renforcer la coopération en augmentant la densité morale à l'intérieur de la population.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents