Des échanges inégaux malgré la mondialisation - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Des échanges inégaux malgré la mondialisation

1. Un espace mondial dominé par les échanges
a. L’augmentation des échanges mondiaux
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et plus encore depuis le début des années 1970, les échanges internationaux de marchandises, d’information et de capitaux se sont accrus. Entre 1976 et 1995, la valeur des exportations de marchandises est passée de 1 000 à 5 000 milliards de $. De la même manière, la valeur des exportations de services marchands est passée de quelques dizaine de milliards à plus de 1 000 milliards de $ pendant la même période. Les exportations de tous les pays se sont accrues en raison du développement des firmes multinationales. Les échanges mondiaux sont devenus plus faciles grâce à l’amélioration des conditions et de la rapidité du transport et à la libéralisation des échanges.
b. Les partenaires privilégiés des échanges
Le commerce mondial est marqué par des déséquilibres importants : les espaces producteurs de produits énergétiques sont en grande partie des pays du Sud tandis que les plus grands pays consommateurs sont les pays industrialisés (Amérique du Nord, Europe, Japon). Ce type de discordance spatiale est l’une des raisons majeures de l’augmentation des échanges. Les produits manufacturés progressent le plus fortement et représentent aujourd’hui les 2/3 des échanges. Les échanges des services sont principalement opérés entre les pays les plus riches de l’hémisphère nord, qui agissent comme des centres de décision et d’impulsion mondiaux.
c. Le commerce : agent de la mondialisation
Le commerce international est un agent important de l’internationalisation des économies. Deux tiers des échanges sont effectués entre trois pôles principaux (Amérique du Nord à hauteur de 16 %, Europe pour 45 % et Asie pour 26,5 %). On assiste toutefois à l’émergence de nouveaux pôles dans la zone pacifique et dans l’océan Indien. L’interdépendance entre les économies de la planète se renforce au fur et à mesure que les échanges augmentent.
2. Les voies des échanges mondiaux
a. La prépondérance des échanges maritimes
Les échanges de marchandises s’effectuent essentiellement par voie maritime. Entre 1985 et 1995, les tonnages transportés ont augmenté de plus de 25 %. De grandes façades maritimes équipent les grands ensembles continentaux des pays industrialisés : la façade nord-est (de Montréal à Philadelphie) et la façade ouest (de Los Angeles à Vancouver) des Etats-Unis, la façade nord-ouest européenne, la façade japonaise et la façade Sud-Est asiatique. Tous les grands ports (et les grands ports de conteneurs) tels que Hong Kong, Singapour, Rotterdam, Anvers, Shanghai, Los Angeles… sont situés dans des espaces continentaux ou régionaux ayant joué la carte de l’industrie (pays anciennement et nouveaux pays industrialisés). En 1996, on estimait à près de 4,8 milliards de tonnes le trafic mondial des marchandises.
b. Les échanges d’information comme fondement du pouvoir
Les pays industrialisés disposent des moyens techniques et des technologies nécessaires pour disposer du contrôle sur les échanges d’information qui est essentiel à tout organe de pouvoir (politique, militaire, économique ou financier). Par exemple, l’agence Reuter (agence d’information financière) dispose du deuxième réseau de satellites après celui de l’armée américaine. Les technologies de l’information et de diffusion sont contrôlées par des entreprises américaines. Les Européens et les Japonais disposent également de réseaux d’information qui complètent ou concurrencent parfois le réseau américain.
c. L’augmentation des échanges de capitaux
Les pôles de la finance mondiale se trouvent également dans les pays anciennement ou nouvellement industrialisés. New York, Londres ou Tokyo correspondent aux places boursières les plus actives au point de modeler une partie des centres urbains des grandes villes (Wall Street, City de Londres). La mobilité des capitaux dans les différentes bourses du monde permet une circulation de l’argent facilitée par l’ouverture des capitaux et le développement des pratiques spéculatives. Ces pratiques peuvent parfois entraîner des effets dévastateurs comme dans le cas de la crise asiatique. La rapidité des échanges d’information est dans ce type de situation un élément pouvant aggraver les effets d’une crise boursière.
Au total, l’internationalisation des échanges et la création d’un système d’échanges ouverts à l’échelle mondiale n’a eu pour effet de résorber le déséquilibre Nord-Sud. Bien au contraire, les échanges s’effectuent entre trois aires géographiques privilégiées qui assurent 87,5 % des échanges mondiaux.
L’essentiel

Trois zones géographiques assurent 87,5 % des échanges mondiaux (Asie, Europe et Amérique du Nord). Elles disposent des principales places boursières, du plus fort potentiel technique et technologique. Elles maîtrisent les technologies de l’information et elles ont développé les interfaces maritimes les plus équipées du monde pour les échanges de marchandises.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents