Contraintes et menaces de l'espace japonais - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Contraintes et menaces de l'espace japonais

1. Une situation favorable à l'apparition des aléas
a. Une zone de contact tectonique entre Asie et Pacifique
L'archipel japonais est en partie composé d'une chaîne de montagnes imposantes (environ 70 % de la superficie du pays avec des sommets dépassant 3 000 mètres) en formation depuis l'ère tertiaire. Résultat du glissement de la plaque pacifique sous la plaque eurasiatique, ce dispositif est à l'origine de nombreux tremblements de terre (1 500 par an en moyenne) qui frappent parfois durement certaines zones du pays. Les volcans et les phénomènes associés (sources d'eau chaude) sont nombreux. Le volcan le plus célèbre du pays, le Mont Fiji (Fiji-San), a été érigé au rang de symbole national.
b. Un climat sous avis de tempête
L'archipel est sous l'influence de vents provenant du Sud-Est. Le régime des précipitations est dominé par le phénomène de la mousson. Les précipitations sont abondantes en été et en automne, périodes pendant lesquelles peuvent survenir de violentes tempêtes tropicales ou typhons. A l'intérieur et à l'abord des massifs, l'abondance des précipitations dans un pays où les reliefs de montagnes sont importants augmente les menaces de glissements de terrain.
2. Les menaces contre une société qui ne réussit pas toujours à réduire sa vulnérabilité
a. Les aléas climatiques liés à la position pacifique
L'économie japonaise se développe sur une portion réduite de l'archipel. Elle repousse les limites du peuplement concentré dans les plaines et des villes progressant vers le littoral : multiplication des polders et surtout des zones de remblais aménagées pour l'industrie ou les transports (ex. : aéroport international du Kansai [Osaka] construit sur une île artificielle). Cette progression vers la mer favorise une vulnérabilité importante face aux typhons menaçant surtout les régions littorales très peuplées, ou face aux tsunamis (raz de marée) consécutifs aux séismes sous-marins dans le Pacifique.
b. Des séismes destructeurs
Les séismes sont très fréquents et les plus puissants (230 environ depuis l'an 1000) ont entraîné des destructions impressionnantes : 100 000 victimes dans le tremblement de terre ayant détruit Tokyo en 1923. En dépit d'une législation imposant des normes antisismiques aux nouveaux bâtiments, le tremblement de terre de Kobé (janvier 1995) a montré à quel point le bâti ancien (ou traditionnel) était encore un facteur d'accroissement de la vulnérabilité (incendies). La destruction des réseaux (routes, autoroutes parfois construites aux normes antisismiques) a également mis en valeur la fragilité des mesures en matière de gestion des crises sismiques.
3. Les menaces liées aux activités humaines
a. Les altérations de l'environnement urbain
La croissance urbaine et industrielle a contribué à l'évolution de certains paysages (dégradés pour certains, modifiés pour d'autres...). L'impact de ce phénomène est encore plus fort dans les villes et leurs périphéries en raison des pollutions des eaux et de l'air. Les distributeurs d'oxygène observés dans certains magasins de Tokyo manifestent – sinon une réalité de l'altération de l'atmosphère urbaine – au moins une inquiétude forte des populations.
b. Les menaces technologiques et chimiques
Les activités industrielles sont à l'origine de pollutions à l'arsenic, au cadmium, au mercure dans des régions entières (baie de Tokyo, région de Nagoya, de Kobé-Osaka...). Ces pollutions industrielles affectent les eaux de surface comme les nappes phréatiques (dans ce cas, l'agriculture intensive a sa part de responsabilité en raison de l'emploi d'engrais chimiques).
Enfin, le risque technologique et chimique quitte les murs et les périphéries des usines. Il est désormais un outil au service du terrorisme comme l'a montré l'emploi du gaz neurotoxique sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995.
L'essentiel

En raison de la présence d'une montagne prédominante, le peuplement de l'archipel japonais s'est concentré sur les plaines littorales représentant moins du tiers de la superficie du pays. Les villes multimillionnaires, les activités industrielles ont dû se développer le long des littoraux. Les phénomènes volcaniques, sismiques et les tempêtes tropicales pouvant survenir pendant l'été ou l'automne représentent les aléas majeurs susceptibles de provoquer des dommages très graves pour une société organisée et aux densités de peuplement et d'aménagement élevées.
Par ailleurs, la société japonaise elle-même génère une variété de risques (accidents technologiques, pollutions, attaques terroristes aux gaz toxiques) qui ont déjà montré que la vulnérabilité dépend tant des phénomènes liés aux milieux que de la société elle-même.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents