Philosophie

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Philosophie. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Philosophie, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Philosophie / Terminale STG
Galilée  
  • 1. La formation et les...
    • a. Les années...
    • b. Les orientations intellectuelles
    • c. Les travaux
  • 2. La contestation du savoir...
    • a. La nouvelle physique : le rejet...
    • b. La nouvelle astronomie : du...
    • c. La nouvelle méthode...
  • 3. La condamnation par le tribunal de...
    • a. La condamnation
    • b. La poursuite de l’œuvre
    • c. La célébrité...

1. La formation et les caractéristiques de la démarche
a. Les années d’apprentissage
Galilée est le nom francisé du savant italien Galileo Galilei né à Pise (province de Toscane) le 15 février 1564, dans une famille modeste issue de l’ancienne noblesse florentine. Il manifeste très tôt une grande habileté manuelle ainsi que des dispositions pour le dessin et la musique. Son père, compositeur de musique, l’encourage à développer ses talents. Galilée effectue sa scolarité au monastère, dans un cadre religieux classique, puis entreprend des études de médecine à l’université de Pise. Il s’intéresse surtout à la géométrie, à l’astronomie et à la physique. Il poursuit un cheminement intellectuel brillant, selon la tradition lettrée de son temps. Il se passionne pour les mathématiques.
b. Les orientations intellectuelles
Il devient rapidement très critique à l’égard de l’enseignement qu’il a reçu : cet enseignementissu des travaux d’Aristote et de ses disciples, avait été assimilé par la pensée chrétienne et marquait la culture scientifique et religieuse de l’époque. Il approfondit ses recherches dans le domaine des sciences et fait un certain nombre d’expériences et d’inventions. Il enseigne à l’université de Pise, puis à l’université de Padoue. Il acquiert une grande célébrité grâce à ses œuvres originales en mécanique, en physique et en astronomie .
c. Les travaux
Les ouvrages qu’il publie heurtent l’esprit de son temps. Il entre en conflit avec les autorités religieuses. Il est condamné en 1632 par le tribunal de l’Inquisition (tribunal mis en place par l'église catholique et chargé de trancher sur le caractère orthodoxe - ici, conforme à la religion catholique - ou non  des cas qu'il devait juger). Il est obligé de se rétracter et doit renoncer à l’enseignement. Il mène alors une existence retirée auprès de quelques disciples. Les dernières années de sa vie, assombries par les conflits, montrent toutefois la continuation de ses recherches. 
Galilée a mis en place une nouvelle conception du monde et une nouvelle méthode d’étude de la nature : il revendique le libre exercice de la raison et signale, dans tous les domaines d’étude, le rôle des mathématiques. Il ouvre ainsi l’ère de la science moderne .
2. La contestation du savoir scientifique traditionnel
Galilée enseigne d’abord à l’université de Pise et ensuite, pendant dix-sept ans, à l’université de Padoue. Les disciplines qu’il enseigne constituent les fondements du savoir de son temps :
-
la géométrie du mathématicien Euclide (IIIème siècle avant Jésus-Christ) ;
-
la physique du savant et philosophe Aristote (384-324) ;
-
l’astronomie de Ptolémée (IIème siècle avant Jésus-Christ).

Ses recherches et travaux l’amènent à contester la physique d’Aristote et l’astronomie de Ptolémée
.
a. La nouvelle physique : le rejet d’Aristote et la « mathématisation » de la nature
La physique d’Aristote distinguait deux mondes :
- le monde «sublunaire»
, c’est-à-dire placé sous la lune : domaine des réalités changeantes et périssables  soumises à la naissance et à la mort ;
-
le monde «supralunaire»
, c’est-à-dire le monde au delà de la lune : domaine des réalités impérissables, immuables, aux mouvements nécessaires et immuables.
Galilée
conteste cette physique.
Ses recherches en mécanique, dès les années 1560, l’amène à affirmer l’unité de l’espace physique. L’univers est une totalité homogène (sans domaines différenciés) que les sciences de la nature sont en mesure de comprendre.
Le rôle des mathématiques est essentiel
: on ne peut comprendre l’univers «si d’abord on n’apprend pas à comprendre la langue et à connaître les caractères dans lesquels il est écrit. Or il est écrit en langue mathématique …»
...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte