Philosophie

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Philosophie. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Philosophie, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Philosophie / Terminale L
L'art  
  • 1. Définitions
  • 2. Le beau s’oppose à ce...
  • 3. L’art ne consiste-t-il que...
    • a. «Les trois lits» de la...
    • b. «La beauté artistique...

1. Définitions
• L’art, en vertu de l’étymologie latine qui est la sienne -ars- s’apparente à un savoir-faire et en ce sens désigne une aptitude ou un talent ; parce qu’il tend vers une fin, il est assimilé à une technique.
• Au Moyen-Âge, sous l’appellation d’«arts libéraux» étaient regroupées certaines disciplines telles que la grammaire, la dialectique et la rhétorique d’une part, et l’arithmétique, l’astronomie, la géométrie et la musique d’autre part –disciplines considérées comme «intellectuelles». Les arts libéraux se distinguaient des arts mécaniques.
• Au sens où on le comprend aujourd’hui, l’art est intégré à ce que nous nommons les «Beaux-Arts». Les Beaux-Arts regroupent notamment l’architecture, les arts plastiques et graphiques. Le cinéma, par exemple, est considéré comme le «septième art» (la télévision et la bande dessinée correspondent aux huitième et neuvième art). Il complète l’architecture (1), l’art décoratif (2), la gravure (3), la musique (4), la peinture (5) et la sculpture (6).
• Le terme d’«esthétique» (du grec aisthèsis, sensation), désigne tout ce qui s’apparente à la beauté. D’ailleurs, dans le langage courant, nous disons que ce qui n’est pas beau n’est pas «esthétique». L’esthétique apparaît également, au 18ème siècle, comme une discipline à part entière -qui regroupe l’ensemble des théories et de la réflexion sur l’art. Baumgarten, dans son Aesthetica (1750) donne à l’ «esthétique» sa signification moderne.
2. Le beau s’oppose à ce qui est utile. L’art est-il pour autant «gratuit» ?
Nous considérons comme «utile» tout ce qui correspond à la satisfaction d’un besoin. C’est ainsi que sont, à proprement parler, «utiles» les outils, les machines, le commerce, l’argent. La chose belle, elle, ne sert à rien. Léonard De Vinci disait de l’art qu’il était une cosa mentale, une chose mentale : l’art appartient au domaine de l’esprit. Il serait davantage spirituel que matériel. Pourtant, une œuvre d’art est «matérielle», dans la mesure où elle existe comme objet. Le Moïse de Michel-Ange ou la Pyramide de Khéops -l’architecte grec qui, vers 2600 av.J.-C., fit élever la plus grandes des pyramides de Gizeh- ont une existence avant tout physique et occupent un espace. L’architecte, le sculpteur ou le peintre se trouvent confrontés à des problèmes matériels, très concrets, dans la réalisation de leur œuvre. A ce titre, l’œuvre d’art n’est donc pas uniquement une cosa mentale. On raconte qu’Ingres aurait dit, du portefaix qui venait à son atelier prendre le portrait
...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte