Histoire des arts

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Histoire des arts. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Histoire des arts, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Histoire des arts / Niveau confirmé
L'été et le fauvisme  
  • 1. A l'origine de la période fauve de...
    • a. Collioure
    • b. Matisse suit les préceptes de Signac
    • c. L'émulation respective :...
  • 2. Les trois portraits « fauves »
    • a. Le Portrait de la femme au chapeau
    • b. Le Portrait à la raie verte
    • c. Le Portrait de Derain

Objectif : Définir ce que fut le fauvisme et les raisons pour lesquelles Matisse en fut le catalyseur ; montrer que le fauvisme a été un moment primordial de la vie de Matisse, avant qu'il ne passe, à nouveau, à autre chose.

Au Salon d'automne de 1905, le public mi-amusé mi-indigné se bouscule pour voir de ses propres yeux la « salle aux fauves ». Les « fauves », parmi lesquels on comptera, outre Matisse, les peintres Derain, Manguin, Marquet, Puy, Vlaminck, Rouault et Braque, refuseront toujours cette appellation, due au critique d'art Louis Vauxcelles. Ce dernier, visitant le Salon, devant une sculpture italianisante trônant au centre de la salle consacrée à Matisse et à ses amis, s'est exclamé : « Tiens, Donatello parmi les fauves ! ».

Le groupe, ainsi désigné, est pourtant constitué de peintres très différents, qui n'ont en commun que leur désir de se libérer des carcans esthétiques de l'époque par l'usage de la couleur pure, le rejet de la perspective, le refus de toute représentation naturaliste, la soumission du sujet à l'expression colorée (ils seront pour cela apparentés aux expressionnistes allemands, dont les motivations profondes seront pourtant assez différentes).

La couleur ne sert plus à reproduire et représenter la réalité mais est utilisée pour ses qualités expressives ; elle se substitue au sujet en tant que tel. Ils écarteront toute idée d'école ou de mouvement, qu'on lui donne le nom de fauvisme ou autre. Lors du Salon, Matisse focalise le scandale bien malgré lui, et se trouve vite considéré comme le meneur de ces révoltés.

1. A l'origine de la période fauve de Matisse : un lieu, Collioure et un artiste peintre, Derain.
Ce qu'on appellera la période fauve de Matisse est la première manifestation véritable de sa liberté, de son autonomie par rapport à ce qui l'a précédé. C'est aussi l'affirmation de sa passion pour le Sud.
a. Collioure
Durant l'été 1905, il a loué une chambre sur le quai, avec vue sur la mer à Collioure, dans les Pyrénées-Orientales, en compagnie de son ami Derain (1880–1954). Ce dernier dira de la lumière de Collioure qu'elle est « blonde, dorée et [...] supprime les ombres ».

Les deux peintres semblent presque surpris de ce qu'ils trouvent et de ce qu'ils font. Ils voient aussi chez Daniel de Monfreid sa collection d'œuvres de Gauguin, dont l'utilisation de l'aplat de couleur trouve peut-être en eux, à ce moment précis, un écho particulier.

Quoi qu'il en soit, de nombreux éléments, glanés par Matisse au fil de son apprentissage, paraissent devoir converger vers Collioure et se cristalliser, incitant le peintre à sauter le pas définitivement.

b. Matisse suit les préceptes de Signac
L'une des premières œuvres que Matisse produit à Collioure, Le Port d'Abaill, destinée sans doute au prochain Salon, est encore faite en suivant de plus ou moins loin les préceptes de Signac.

Matisse n'a, en effet, pas renoncé à tout

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte