Histoire des arts

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Histoire des arts. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Histoire des arts, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Histoire des arts / Niveau confirmé
Nice et les Odalisques 1918-1930  
  • 1. Orientalisme et classicisme
  • 2. Le style des Odalisques, au-delà...

Objectif : Evoquer l’installation de Matisse à Nice de 1917 à 1930. Il se démarque alors de ses travaux antérieurs. Il peint des femmes alanguies dans un décor de harem, d’un style apaisé, plus « classique » : c’est la période des Odalisques.

A partir de 1917, Matisse rompt avec ses expérimentations « para-cubistes ». Son style s’apaise, comme s’il désirait renouer avec une approche plus traditionnelle de la réalité. Cela correspond à un mouvement plus général, appelé « rappel à l’ordre » qui, suivant le chaos de la Grande Guerre, voit les artistes, même parmi les plus radicaux, se retourner vers le classicisme : Picasso entre ainsi dans sa période « ingresque », bien loin des expérimentations du cubisme.
Pour Matisse, la transition est plus douce et finalement plus logique. Pour lui qui a toujours rechercher l’apaisement par la peinture, cette période – lors de laquelle il ne peindra pratiquement que des Odalisques, notamment inspirées de l’art orientaliste du XIXe siècle – sera juste un retour aux sources, avec la ville de Nice pour cadre.
1. Orientalisme et classicisme
Séduit dès 1916 par le climat de Nice en hiver, Matisse choisit de s’y rendre chaque année en cette saison, d’abord à l’hôtel puis dans un appartement qu’il loue place Charles-Félix. La beauté du cadre et la lumière du Sud, qu’il se réjouit de retrouver chaque matin, le place dans un état d’esprit apaisé qui trouvera à s’exprimer à travers toute la production de cette période, et plus particulièrement tout au long des années 20, que Matisse vit, comme tous ses contemporains, comme une période joyeuse et fastueuse.

A Nice, il fréquente Renoir et Bonnard qui ont opté pour la même idéologie du bonheur. Il est donc logique que Matisse ait adapté les moyens de sa peinture à son propos, en l’occurrence en rétablissant dans ses toiles une certaine conformité à la réalité, qu’on a pu faire passer pour un retour au classique. Ainsi, il a de nouveau recours aux lois de la perspective, qu’il utilise en virtuose après des années de liberté, choisissant parfois d’audacieux points de vues en plongée ou en contre-plongée. Les scènes sont le plus souvent en intérieur : le motif de la fenêtre est parfois présent, les sujets sont la plupart du temps féminins (quelques autoportraits aussi), et parmi ces figures de femmes, on trouve essentiellement des Odalisques, plusieurs dizaines de versions différentes, toutes accoutrées de costumes ...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte