Electrotechnique

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Electrotechnique. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Electrotechnique, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Electrotechnique / BAC PRO Maintenance des équipements industriels (MEI)
Démarreurs à tension réduite (2)  
  • 1. Fonctionnement d'un démarreur par...
  • 2. Démarrage électronique
  • 3. Résumé sur les démarreurs à...

1. Fonctionnement d'un démarreur par élimination de résistances rotoriques

Le schéma d'un démarreur par élimination de résistances rotoriques apparaît à la figure suivante.

Schéma d'un démarreur par élimination de résistances rotoriques :

Sur le circuit, remarquez les deux contacteurs KM12 et KM11 dont les contacts de puissance court-circuitent le groupe de résistances RK2 - RL2 - RM2 pour le 2e temps de démarrage et le groupe RK1 - RL1 - RM1 pour le 3e temps du démarrage.

La commande du moteur s'effectue par l'entremise d'un poste marche-arrêt à boutons poussoirs (S1 : marche et S0 : arrêt).

Analysons le circuit de la figure 5.26.

- Si l'on actionne le bouton "marche" (S1), la bobine KA1 est alimentée, ce qui provoque la fermeture de ses trois contacts (13-14, 23-24 et 33-34). Le contact KA1 (13-14) maintient le bouton marche. Le contact KA1 (23-24) permet l'alimentation du contacteur KM1, lequel, par ses trois contacts de puissance permet le démarrage du moteur avec les deux séries de résistance branchées dans le circuit rotorique. Dans le même temps, son contact auxiliaire KM1 (67-68) commence sa temporisation. Le 3e contact de KA1 (33-34) permet l'alimentation des contacteurs lorsque les contacts temporisés se fermeront. Au fur et à mesure du démarrage, le courant de ligne diminue, de même que le couple.

- Lorsque le 1e temps de démarrage (9 s) est terminé, le contact temporisé KM1 (67-68) se ferme, ce qui permet d'alimenter la bobine du contacteur KM12. La fermeture de ses contacts de puissance court-circuite la première série de résistances (RK2, RL2, RM2) redonnant au moteur du couple, mais aussi de l'intensité. Dans le même temps, le contact temporisé de KM12 (67-68) commence sa temporisation.

- Lorsque la temporisation est terminée (2,6 s), le 2e temps de démarrage est terminé, la bobine KM11 est alimentée, entraînant la fermeture de ses contacts de puissance qui court-circuitent la 2e série de résistance (RK1 - RL1 - RM1). C'est le dernier temps du démarrage correspondant au fonctionnement normal du moteur avec le rotor en court-circuit.

- La commande du bouton "arrêt" (S0) coupe l'alimentation de KA1 entraînant la coupure des contacteurs KM1, KM12 et KM11 ainsi que l'arrêt du moteur.

Dans le cas d'une surcharge du moteur, le contact du relais thermique F1 s'ouvre, coupant ainsi l'alimentation des contacteurs et provoquant l'arrêt du moteur.

L'adjonction du relais thermique F2 dans le circuit de commande assure une protection contre des démarrages fréquents ou incomplets. Dans ce cas F2 reste alimenté, chauffe, puis ouvre son contact F2 (95-96) coupant ainsi l'alimentation de KA1 et provoquant l'arrêt du moteur. Il faut attendre qu'il refroidisse avant de pouvoir le réarmer et de recommencer un démarrage. En marche normale, c'est le contact KM1 (11–12) qui le met hors service à la fin du démarrage.

La figure suivante montre les courbes caractéristiques d'un démarrage par élimination de résistances rotoriques. Vous pouvez voir le passage d'un temps de démarrage à l'autre correspondant à l'élimination des résistances RR2 puis RR1.

Caractéristiques d'un démarrage par élimination de résistances rotoriques :

 

2. Démarrage électronique

Le fonctionnement des différents types de démarreurs que vous avez étudiés jusqu'à maintenant se base sur l'utilisation de dispositifs électromécaniques.

Avec l'arrivée sur le marché de nouveaux composants électroniques de puissance, il est possible de remplacer les démarreurs à tension réduite par résistance, par autotransformateur et "étoile-triangle" par des démarreurs électroniques, dont la performance est inégalée.

Les démarreurs électroniques permettent de réaliser une installation moins coûteuse, plus compacte et très fiable, exigeant peu d'entretien.

La figure suivante représente un démarreur électronique installé dans une armoire de commande.

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte