Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
D.W.Griffith  
  • 1. Les courts-métrages
  • 2. « Naissance d'une nation...
  • 3. « Intolérance » (1916)

Objectif : Mettre en évidence ce qui distingue Griffith de ses prédécesseurs du point de vue du montage. Montrer que s'il n'en est pas l'inventeur proprement dit, il reste celui qui en a découvert et établi les propriétés essentielles.

Griffith n'est pas le premier cinéaste à avoir coupé et collé des fragments de pellicule (d'autres, notamment Méliès et Porter, l'ont fait avant lui).
En revanche, et c'est pourquoi on lui concède volontiers le titre de véritable pionnier du montage cinématographique, il est le premier à s'être interrogé avec rigueur et méthode sur les possibilités expressives d'une telle opération.

1. Les courts-métrages
Réalisés entre 1908 et 1914, ces films racontent une histoire et sont le lieu de véritables expérimentations sur le montage. Ainsi chacun s'impose comme la réponse pratique à une question précise (Comment exprimer la vitesse ? Comment exprimer un retour dans le temps ?).
Griffith évalue par ailleurs l'effet que peuvent produire sur le spectateur l'usage combiné de différentes tailles de plan et certains mouvements de caméra dans une brève séquence narrative.

Il apparaît ainsi que l'intensité d'une histoire au cinéma repose certes sur l'histoire elle-même mais davantage encore sur la représentation que le cinéaste en donne (à partir d'effets recherchés). Le montage devient expressif.

2. « Naissance d'une nation » (1915)
Cette fois, il ne s'agit plus d'expérimenter quelques configurations de montage dont le film serait le prétexte ou le laboratoire, mais de mettre les précédentes découvertes au service d'un véritable projet narratif, d'une longueur incomparable.

Dans Naissance dune nation, Griffith raconte la guerre de Sécession par le prisme de deux familles sudistes autrefois liées mais sur le point de se déchirer à cause de points de vue divergents sur les événements : l'une reste fidèle à l'Union (les Storman) tandis que l'autre se veut sécessionniste (les Cameron). Dans la grande scène finale de ce film, Griffith déploie certaines des grandes possibilités du montage, notamment le montage alterné, voire convergent.

Dans cette séquence, les Cameron sont recueillis par deux anciens combattants dans leur maison assiégée par des noirs révoltés. Le découpage de la scène est très précis :
des plans larges sur les assaillants (pour proposer au spectateur une description générale du lieu) alternent avec des plans serrés sur les Cameron qui préparent leur défense (grâce à l'exiguïté du cadre, le spectateur comprend et sent bien qu'ils sont pris au

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte