Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Cinéma de Hong-Kong  
  • 1. Des films stylisés
  • 2. Accentuations
  • 3. Autres particularités de montage

Objectif : Aborder quelques unes des particularités du montage pratiqué dans le cinéma d'action de Hong-Kong, notamment dans certains films de John Woo et de Tsui Hark.

Le cinéma de Hong-Kong ne se réduit évidemment pas à la production de films d'action ou d'arts martiaux. Bien que cette production dépasse largement le cadre des années 80-90, force est de reconnaître que les films d'action de cette période ont largement accompagné la nouvelle popularité dont jouit ce cinéma aujourd'hui dans le monde (popularité assurée dans un premier temps par l'emblématique Bruce Lee, première vedette chinoise internationale).

Des acteurs comme Jackie Chan, Jet Li ou Chow Yun-Fat parviennent plus ou moins à s'imposer à Hollywood. Certains films qui renouent de près ou de loin avec cette tradition cinématographique y connaissent un succès considérable (« Tigre et dragon » réalisé par Ang Lee en est un exemple stupéfiant). Quelques cinéastes privilégiés sont invités à exercer leur talent dans des productions américaines, avec plus ou moins de réussite. John Woo, dont le succès est incontestable, est le plus célèbre de ces cinéastes.

1. Des films stylisés
Les films d'action de John Woo se remarquent d'abord par leur extrême stylisation. La violence y occupe une place centrale, le sang coule à flot, et les coups de feu se tirent en rafale, presque sans interruption pendant les scènes d'action. Les combats et autres fusillades sont aussi très saccadés, le rythme est très rapide, les plans très brefs, ce qui ne les empêche pas par ailleurs d'alterner avec des plans (ou même des séquences) au ralenti, pendant lesquels le héros reçoit un coup, prend une balle ou alors, bien souvent, lorsque les autres meurent et que leurs corps sont projetés en l'air une dernière fois avant de chuter définitivement.

Si la violence est importante dans ces films, elle est dans le même temps inséparable d'une stylisation qui lui enlève une part de son réalisme et lui donne finalement un caractère résolument cinématographique. La mise en scène, le filmage et la chorégraphie sont absolument essentiels. De façon identique, le montage est tout à fait fondamental.
John Woo avait projeté de réaliser « A toute épreuve » (« Hard boiled », 1992, le film qui marque la transition entre sa carrière chinoise et américaine) en empruntant une toute autre démarche, celle du réalisme. Il n'a pu s'y tenir, son style est non seulement une signature, mais c'est aussi un instrument de création.

Le montage consiste d'abord, pendant l'action, en l'alternance quasi systématique d'un plan sur le tireur et d'un plan sur l'objet visé ou atteint par la rafale. Les points de vue sur ces images (position de la caméra, angle de vision), la taille des plans et la vitesse

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte