Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
L'Underground américain  
  • 1. Genèse du mouvement
  • 2. Des montages

Objectif : envisager le cinéma indépendant américain d'un point de vue historique et par l'intermédiaire de quelques une de ses figures emblématiques pour mesurer l'impact et les incidences qu'il a pu avoir sur le montage cinématographique.

Il n'est pas question ici de faire toute l'histoire de l'underground américain, il ne s'agit pas davantage d'identifier un cas de montage particulier susceptible de représenter ce cinéma. La liberté est au centre de cette production, elle autorise toutes sortes de formes artistiques et in extenso toutes sortes de montages... l'underground américain rassemble en effet des œuvres très différentes qui participent toutefois d'une même démarche, d'une même volonté : sortir des cadres et des contraintes, économiques, industrielles, fixées par Hollywood.

1. Genèse du mouvement
Après la seconde guerre mondiale, la machine à rêve qu'est Hollywood fonctionne pleinement. Mais la fin des années 50 est marquée par une très grande crise provoquée en partie par l'émergence de la télévision (le public ne se déplace plus au cinéma pour des spectacles disponibles à domicile). Les petites salles de cinéma sont les premières à disparaître. Cette crise laisse penser qu'un cinéma parallèle est peut-être possible... L'activité de ce nouveau marché du film se fait de plus en plus intense : il se développe régulièrement dans les années 50 au cours desquelles quelques productions indépendantes voient le jour (elles partagent la même vitalité artistique, un faible coût, une grande rapidité de tournage) et s'est finalement incarné en la personne de Jonas Mekas.

Celui-ci s'emploie surtout à rassembler toutes ces créations et à fédérer leurs auteurs au sein d'un même projet : l'établissement d'un autre cinéma. Il crée une revue spécialisée en 1955, « Film Culture », qui évoque les œuvres qui s'imposent en marge de la grande idéologie hollywoodienne. Il envisagera un peu plus tard la possibilité de réunir ces œuvres dans un mouvement américain (le new american cinema) qui pourrait être un équivalent de la nouvelle vague française ou du free cinema de Londres.

Mais le premier objectif n'est pas de réaliser des œuvres résolument expérimentales, il ne relève pas de préoccupations esthétiques. Il s'agit d'abord de donner aux artistes qui le désirent la possibilité de réaliser leurs films hors des circuits économiques et industriels d'Hollywood, et d'évacuer ainsi toutes les considérations qui touchent à la rentabilité de leurs œuvres. L'artiste redevient maître de son film, il en est pleinement l'auteur.

Dans les productions indépendantes, le corps et la sexualité retrouvent une place importante, il sont moins menacés par la censure. Des populations minoritaires sont représentées, ce qui n'était jamais le cas (ou seulement de façon condescendante ou extrêmement réductrice). Il n'y a par ailleurs plus aucune contrainte esthétisante (la belle lumière, le beau cadrage ne sont

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte