Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
L'avant-garde française des années 20  
  • 1. Premiers éléments
  • 2. La voie de l'abstraction
  • 3. Elargissements

Objectif : Mettre en évidence l'intérêt qu'a suscité le rythme cinématographique en France dans les années 20 à partir de nouvelles conceptions du montage, peu à peu libéré des lois du récit et de la représentation.

En 1919, Abel Gance voit « Intolérance » de Griffith. Fasciné par une telle œuvre, il est particulièrement sensible au rythme qui s'en dégage. Néanmoins, il pense avec d'autres artistes qu'il faut aller encore plus loin, que le rythme cinématographique doit être affranchi des limites du récit et suivre la voie de la musique pour trouver une certaine pureté. En effet, la musique reste le seul véritable art du rythme et Gance considère le cinéma comme « la musique de la lumière ». Sur ce modèle, il réalise « La Roue » en 1923, l'œuvre emblématique de l'Avant-Garde française des années 20.

1. Premiers éléments
Si Gance propose avec « La Roue » une œuvre tout à fait exemplaire du cinéma d'avant-garde dont il est un chef de file, un célèbre extrait de ce film peut illustrer à lui seul les enjeux et les principaux moyens que se sont fixés les grands artistes de ce courant. Dans cette séquence, Gance filme un train en pleine vitesse pour exprimer les émotions qui se bousculent, à toute allure, dans l'esprit d'un personnage.
Il aurait été possible de filmer ce train en plan séquence (Lumière l'avait déjà fait), mais la vitesse aurait été celle de la machine, pas celle du montage. Gance décide au contraire de fragmenter la scène en un grand nombre de plans et d'accroître l'impression de discontinuité d'un tel découpage en donnant aux plans contigus des compositions différentes (les rails, par exemple, ne traversent jamais le cadre de la même façon, le train ne parcourt pas non plus l'espace dans le même sens, mais une fois vers la gauche, une fois vers la droite, etc.).

L'événement filmé est ainsi complètement déréalisé et tous les plans qui le composent deviennent la matière première d'un montage très rapide : le montage

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte