• CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale

Histoire

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Histoire. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Histoire, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Histoire / 2de
Luther, un nouveau rapport de l'homme à Dieu  
  • 1. La crise de l'Eglise catholique...
    • a. Le « temps des malheurs »
    • b. Une Eglise qui ne répond...
    • c. Des fidèles qui...
  • 2. Luther, une volonté de...
    • a. Qui est Luther ?
    • b. Que préconise Luther ?
    • c. Un discours réformateur qui...

L'humanisme qui gagne l'Europe au 16e siècle place l'homme au cœur des préoccupations. Cette révolution intellectuelle touche rapidement l'Église catholique, qui connaît une crise grave depuis la fin du Moyen âge.

Certains ecclésiastiques, tel Luther, s'interrogent sur le rapport de l'homme à Dieu et souhaitent retrouver ce lien fort qui s'est, selon eux, progressivement perdu.
1. La crise de l'Eglise catholique à la fin du Moyen âge
a. Le « temps des malheurs »
Les malheurs vécus par les populations au cours du 14e siècle renforcent le sentiment d'angoisse face à la mort : la guerre de cent ans, la peste noire, les épisodes de famines accablent des individus fragilisés. Les danses macabres et de nombreuses enluminures sont l'expression de cette omniprésence de la mort et de la peur qui marque les communautés.

Elles espèrent trouver le réconfort spirituel auprès des prêtres. Ils doivent les soutenir face aux malheurs et leur garantir la vie éternelle, le paradis.

La crainte de l'enfer, justifiée par les malheurs du temps que l'on attribue à la punition divine, donne à la parole de ces prêtres, à leur présence auprès des fidèles, une place centrale.
Mais cette attente, ce besoin fort de la religion, sont déçus par l'attitude de la hiérarchie ecclésiastique qui ne parvient pas à satisfaire à ces demandes.
b. Une Eglise qui ne répond plus aux attentes
Le pape Eugène IV reconnaît lui-même en 1434 que « depuis la plante des pieds jusqu'au sommet de la tête, il n'y a pas dans le corps de l' Église une seule partie saine ».

Les humanistes critiquent très rapidement le comportement moral des ecclésiastiques : Érasme fustige l'attitude du bas-clergé, des prêtres qui oublient les règles de conduite que l'on attend d'eux. Ils se font remarquer dans les tavernes, ont parfois une vie maritale...

Les fidèles ne trouvent avec ces serviteurs de Dieu, aucune règle de conduite. Plus grave, sur le plan spirituel ces prêtres ne répondent pas aux besoins et aux attentes. Le latin est mal maîtrisé et les messes ne respectent pas toujours le rituel traditionnel, ces messes en latin ne sont d'ailleurs pas forcément comprises, ce qui désespère ces fidèles. L'absentéisme fréquent des prêtres ternit enfin l'image de cette Église qui semble se
...
Pour consulter la fiche en entier, inscris-toi gratuitement sur Cours.fr,
tu pourras accéder à toutes les fiches de cours dans toutes les matières.





Suivez-nous sur les réseaux sociaux !