• CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale

Histoire

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Histoire. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Histoire, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Histoire / 2de
La fin de la monarchie (1789-1792)  
  • 1. La fin de la monarchie absolue
    • a. Une révolution politique
    • b. Une révolution sociale
  • 2. L'échec de la monarchie...
    • a. L'œuvre de la Constituante
    • b. L'échec du compromis avec...
  • 3. La chute de la monarchie
    • a. La méfiance envers le roi
    • b. Le 10 août 1792

1. La fin de la monarchie absolue
a. Une révolution politique
Au moment où s'ouvrent les Etats généraux, le royaume de France est profondément troublé : à la crise économique s'ajoute une crise sociale, financière et politique. Les cahiers de doléance ont montré que les Français souhaitaient de profondes réformes.

Le roi n'attend des Etats généraux que le vote de réformes financières. Mais les députés du tiers état entendent aller plus loin et limiter le pouvoir royal par une constitution. Ils demandent la suppression du vote par ordre, favorable au clergé et à la noblesse (2 voix contre 1) et réclament le vote par tête.

N'obtenant rien du roi, les députés du Tiers se déclarent le 17 juin 1789 Assemblée nationale, signifiant ainsi au roi qu'il n'est plus le seul détenteur de la souveraineté nationale. Louis XVI riposte en faisant fermer la salle où siègent les députés du Tiers, qui se retrouvent alors dans la salle du Jeu de paume où ils prêtent le serment de ne se séparer qu'une fois la France dotée d'une constitution (Serment du Jeu de paume). Le roi laisse faire : l'Assemblée Nationale devient Assemblée constituante. C'est la fin de la monarchie absolue.
b. Une révolution sociale
En réalité le roi ne cède pas : il renvoie Necker et concentre des troupes autour de Paris. La foule parisienne réagit et s'empare le 14 juillet de la prison de la Bastille, symbole de l'absolutisme royal. Louis XVI en tire les conséquences, rappelle Necker et arbore la cocarde parisienne, bleue et rouge.

Dans les campagnes, l'agitation prend une ampleur considérable avec le phénomène de la « Grande Peur ». Les paysans se soulèvent contre le régime féodal et pour apaiser la situation, l'Assemblée vote dans la nuit du 4 août l'abolition des droits et des privilèges féodaux : c'est la fin de l'Ancien Régime.

Le roi, effrayé par l'ampleur des bouleversements, refuse de reconnaître les
...
Pour consulter la fiche en entier, inscris-toi gratuitement sur Cours.fr,
tu pourras accéder à toutes les fiches de cours dans toutes les matières.





Suivez-nous sur les réseaux sociaux !